Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Benoît ILLASSA



Des livres du célèbre écrivain franco-béninois, le Doyen Olympe Bhêly-Quenum, sont traduits en anglais, allemand, grec, russe et en bien d’autres langues encore mais au Bénin du règne usurpé du Roi Boni1er, les livres de l’écrivain sont interdits de vente, ainsi on ne trouve dans les librairies de son pays natal aucun livre de ce fils de Gléxwé (Ouidah) qui ne « s’est jamais senti déraciné de son pays natal » comme il aime à le dire souvent.


Le Doyen Olympe Bhêly-Quenum est à l’honneur dans l’hebdomadaire « Le Républicain d’Uzès », un petit village du Gard. C’est en m’informant sur Nîmes où je pense rendre visite à un ami que j’ai découvert dans le quotidien « Le Midi Libre », la ville d’Uzès, l’hebdomadaire « Le Républicain d’Uzès » et surprise !!! Le dernier numéro avec une pleine page sur l’icône Olympe Bhêly-Quenum. Je téléphone dare-dare au Doyen qui…discret, je dirais même homme secret, rit, évitait mes questions et en posait sur le Bénin mais comme j’insistais et qu’il m’aime bien, il a lâché le morceau en disant : « saint Benoît ILLASSA de Tchabè, avant Le Républicain d’Uzès, Le Midi Libre m’avait consacré un reportage, ensuite, un article littéraire lors de la parution de la nouvelle édition de L’Initié. »


- Doyen, j’aimerais que la presse africaine et la diaspora béninoise lisent le reportage du Républicain d’Uzès.


- O K saint ILLASSA, dixit le Doyen avec un éclat de rires…

Je vous invite maintenant à lire les confidences de l’écrivain Béninois le plus connu au monde dans LE REPLUBLICAIN D’UZES ET DU GARD !!!

IB

Un écrivain du bout du monde

Par Muriel Duny

Olympe Bhêly­-Quenum est considéré comme le plus grand écrivain béninois en activité. Peu connu en France mais pourtant star internationale, il vit à Garrigues­-Ste-Eulalie depuis qu’il est tombé sous le charme d’Uzès.

L’homme a la passion des livres et de la langue

française. Il a aussi son franc-parler et n’hésite pas à lancer quelques piques assassines contre les éditeurs français, qui ont encore trop souvent tendance à considérer les écrivains africains franco­phones d’un œil colonialiste. «On dit que les écrivains africains anglophones osent davantage critiquer le système, mais aucun éditeur en France n’a le courage d’éditer un auteur francophone qui évoque la période coloniale», s’amuse Olympe Bhêly-Quenum. Lui qui est né au Bénin, d’un père lettré passionné par la France et d’une mère grande-prê­tresse vaudou est fier d’avoir réussi par lui-même. «Je ne dois rien à personne, je n’ai bénéficié d’aucune bourse, que ce soit du Bénin ou de la France et j’ai poursuivi mes études en France grâce à de l’argent que j’avais gagné avant de partir».

Dès l’enfance, Olympe Bhêly­Quenum est un contestataire. Lui qui est né dans une vieille famille aristocratique refuse de suivre la voie toute tracée de ses pairs après le certifi­cat d’études. «À l’époque, on devenait soit instituteur, soit médecin, soit administrateur colonial. Moi je ne voulais rien de tout cela, je voulais apprendre l’anglais». Il quitte le domicile familial avec la ferme volonté de s’auto-finan­cer. Et, grâce au soutien de sa grand-mère et de sa grand-tante et à quelques petits bou­lots, finit par réussir.

«Cela a été ma grande chance d’avoir des rudiments d’an­glais puisque, quand je suis rentré au pays, j’ai pu être embauché dans une entre­prise britannique. Nous étions 95 candidats pour seulement deux postes à pourvoir et j’étais le plus jeune employé du haut de mes 18 ans». À cette époque, il gagne très bien sa vie. Et tord le cou au pas­sage au cliché du pauvre jeune Afri­cain qui a besoin d’assistance pour suivre ses études et doit donc remercier la France de l’aider. «C’était une vision très répan­due à l’époque» et un moyen de museler cette jeunesse venue des colonies françaises. Car quand Olympe Bhêly­Quenum débarque à Mar­seille, nous sommes encore en 1948, à la plus belle époque de l’empire colonial français. «Je suis arrivé en pensant rester deux ans, avec assez d’argent pour être indé­pendant financièrement».

Il ne repartira jamais. D’une première escale à Marseille, il ira jusqu’en Normandie, en passant par Antibes, la région parisienne, où il enseigne durant de nombreuses années.

Mais son cœur appartient à Uzès depuis sa toute première visite dans la cité ducale, en 1951, presque par hasard. Lorsqu’il cherche une mai­son avec son épouse, son choix se porte naturellement

vers l’Uzège avec un critère de sélection précis «pas plus de 10 km d’éloignement du centre-ville d’Uzès». C’est finalement à Garrigues que le couple s’installe, et fait superbement rénové un vieux mas. «Cela m’a ruiné mais mon épouse est ravie et nous avons de la place pour accueillir toute notre famille», souligne l’écrivain en riant. Car cet ancien professeur de lettres est aussi un auteur

prolifique, qui, sous la forme romancé, décrit précisément les errements du colonialisme dans différents ouvrages, dont la plupart ont été soit auto-édi­tés soit édités à l’étranger, les éditeurs français se montrant souvent très frileux sur le sujet. «C’est quand même toute une partie du patrimoine franco­phone qui disparaît à cause de ces craintes. Plusieurs de mes livres sont sortis en anglais avant de sortir en fran‑

çais. Mes premiers ouvrages sont épuisés ou presque.Je suis traduit dans plusieurs pays, mais en France, je suis presque un inconnu». Pour­tant, Olympe Bhêly-Quenum est profondément attaché à notre pays, qui a vu naître et grandir ses enfants. «Je n’ai plus rien au Bénin, j’ai tout vendu pour financer les tra­vaux de notre maison. Chez moi, c’est ici maintenant».»

Muriel Duny

Source: Le Républicain d'Uzès et du Gard - N° 3511 du 08 au 14 janvier 2015

Site du Doyen Olympe Bhêly-Quenum:

  • www.obhelyquenum.com/

BENIN: Le Doyen Olympe BHÊLY-QUENUM en honneur dans le Gard
Tag(s) : #Contribution de la Diaspora

Partager cet article

Repost 0