Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

06/05/2015

BENIN – GREVE DES ETUDIANTS BENINOIS 06 MAI 1985 – 06 MAI 2015 : Célébrons nos Héros d’hier oubliés pour mieux reconnaître les mérites de ceux d’aujourd’hui !!!

SOUVENIRS, SOUVENIRS …

Leonard Wantchekon

Chers amis

Il y a 30 ans, jour pour jour, le 6 Mai 1985, les étudiants de l'Université Nationale du Benin déclenchèrent un mouvement de grève pour les libertés. C'était l'acte fondateur du renouveau démocratique. Le risque était énorme. Des vies brisées a jamais, dont celle du jeune Acatcha Parfait du CEG Gbegamey qui a perdu sa vie ce jour-là. Voici une photo de l'époque de 4 des acteurs du dit mouvement, prise en dans une cachette quelque part à Cotonou (de gauche à droite, Leonard Wantchekon, Leonard Kedote, Basilien Biaou et Aboubakar Ba Parape).

Jean-Baptiste ADJIBI

Il paraît que ce mercredi sera rouge à Cotonou. Rouge comme "De tes aïeux le rouge évoque le courage"? Ou rouge comme "Danger"?

Nous serons édifiés dans quelques heures.

Pour ma part, je me souviens. Je me souviens d'un 6 mai. J'étais déjà un homme, jeune mais homme, certes encore insouciant et plein d'enthousiasme.

Ce 6-mai là, celui dont je me souviens, a beaucoup influencé ma perception du monde adulte, où je pénétrais alors à peine. C'était il y a trente ans. 30 ans. C'est long et c'est court, 30 ans. La veille du 6 mai 1985, j'étais allé au marché Dantokpa pour acheter un cadeau (tardif) d'anniversaire à ma belle. C'est dire combien rose nous paraissait la vie. Le 6 mai au soir, nous étions, tous les jeunes de ma "promo", aujourd'hui répandus aux quatre coins de la planète, sonnés, dégoûtés, désespérés.

Ce sentiment ne nous a peut-être pas abandonnés depuis. Pourtant, ce que nous avions vécu le 6 mai 1985 n'était rien à côté des vicissitudes, des turpitudes et des horreurs que la vie nous présentera plus tard. Seulement, c'était la première fois qu'à hauteur de nous, la première fois qu'à notre niveau, la violence politique, la police politique, la raison d'Etat frappait directement et nous touchait immédiatement.

En effet, ce jour-là, ce 6 mai 1985, AKATCHA PARFAIT, un élève de Gbégamey avait été froidement abattu par les "forces de l'ordre". Jusqu'à ce jour, nul ne connaît les conditions exactes de cette exécution. La première conséquence, pour ceux qui connaissaient la victime, était que Parfait ne pourrait plus jamais interpréter "Sexual Healing" le célèbre tube de Marvin Gaye dont il s'était fait un spécialiste.

Puisque cela fait aujourd'hui trente ans, 30 ans tout ronds, let's Remember Parfait.

Et j'ajoute, pour les manifestants de Cotonou, de la "mouvance" comme de "l'opposition" notamment à l'intention des plus politiques d'entre eux : "Lequel/laquelle d'entre vous se souvient du martyr d'Akatcha Parfait? Kérékou n'avait pas été renversé le 6 mai 1985 mais il y avait eu des morts. Vous souvenez-vous d'eux?

JbA.

Akindélé Polycarpe

Oh quel souvenir wantchek?


Ce 6 mai est une journée inoubliable. Du campus d’Abomey calavi je m'étais retrouvé à la gendarmerie de la sous-préfecture.


J'avais eu la vie sauve grâce au capitaine Comlan Rigobert qui par simple sympathie m'avait extrait du groupe. C'est l'une des raisons de ma colère aujourd'hui quand je vois des héritiers politiques sans formation politique de base qui incitent à l'incivisme je n'arrive pas à retenir ma colère. Des gens venus de nulle part, fabriqués par la nouvelle politique de destruction des finances publiques nous servir de boussole on ne peut que s'énerver. Nous nous avions souffert. On luttait à visage voilé . Aujourd'hui il n'y a plus le respect et chacun fait ce qu'il veut parce que le pouvoir est par terre comme le dirait l'autre en 2002 à Abidjan. Mes frères et sœurs retournons à l'ère révolutionnaire et luttons dans l'ordre. Malgré notre position à l'époque le Président Kerekou savait qu'on existait.


Un coucou au passage à Mr Djossou Joseph élève à l'époque au lycée technique Coulibaly comme moi sur qui le directeur du ceg gbegamey d'alors Mr Detchenou à fait siéger un conseil des professeurs qui le blâmaient.

Marthe Djidenou

Je reconnais au moins Aboubakar Ba PARAPE. Merci pour la lutte. L'histoire du Bénin retiendra et nous n'allons jamais laisser quelqu'un fouler au sol nos acquis ce que vous avez chèrement acquis pour le Bénin au prix de vos sangs.

Jean-Noël Eriyomi

Ce fut notre époque très dure. Merci aux combattants d ' hier et debout ceux d'aujourd'hui.

André Dagba

Aujourd'hui, si tu menais de pareille lutte, les gens passeront par tous les moyens pour t'assassiner. Le pouvoir est revanchard. Autre temps, autres mœurs.

BENIN –  GREVE DES ETUDIANTS BENINOIS 06 MAI 1985 – 06 MAI 2015 : Célébrons nos Héros d’hier oubliés pour mieux reconnaître les mérites de ceux d’aujourd’hui !!!
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0