Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

18 mai 2015

Yayi Boni, président de la République, est nagot. Komi Koutché, son candidat pour le Perchoir, est également nagot. De plus, ce dernier, désigné par le président de la République pour briguer la présidence de l’Assemblée nationale, n’est qu’un disciple docile totalement obéissant jusqu’à la servilité. Déjà, on reprochait à l’Administration Yayi d’être une ruche de nagots privilégiés. Koï ! Le Bénin n’appartient pas qu’à eux seuls. A vous d’en tirer les leçons.


« Sommes- nous toujours éveillés ou déjà complètement endormis » ? L’image d’un Bénin dirigé par un président issu du milieu nagot, de même que la deuxième personnalité de l’Etat nous fait craindre une discrimination négative, et même, au-delà, une confiscation du Pouvoir d’Etat par les nagots. Personne n’a rien contre eux, mais le Bénin ne mérite pas un tandem Yayi-Koutché. Yayi Boni, président de la République et Komi Koutché, président de l’Assemblée nationale est un grand danger sur tous les plans. Notamment en ce qui concerne l’unité et la cohésion nationale, mais aussi un mauvais présage pour la démocratie acquise sur l’autel des sacrifices des uns et des autres. Nous ne sommes pas en train de mener une bataille raciale ni ethnique, mais plutôt un combat pour sauvegarder ce qui nous reste à sauvegarder après que ce régime ait tout détruit. La candidature d’un fils nagot pour le Perchoir ressemble à l’un de ses nombreux pièges souvent imaginés par Yayi Boni qui est en difficulté en ce moment pour reprendre du souffle et éteindre son emprise sur les autres « peuples ». Yayi Boni, lui-même, avait lutté contre cet état de chose en empêchant en 2007, André Dassoundo de nourrir des ambitions pour le Perchoir. Il lui avait dit ceci : « Moi, président de la République, il ne serait pas normal que toi, Dassoundo, tu sois président de la République. Le Bénin n’est pas un patrimoine des nagots. Dissuadé par l’objectivité, en son temps, du chef de l’Etat, André Dassoundo s’est finalement rétracté et s’est contenté du poste de vice-président. Pourquoi aujourd’hui Yayi Boni s’écarte de cette objectivité ? Qu’est-ce qui se cache derrière la tête du président de la République pour se permette ce revirement ? Est-il sans mémoire ? En rêvant de voir le nagot Komi Koutché remplacer à la tête du Parlement Béninois, Mathurin Nago dont le patronyme n’a rien à voir avec le peuple nagot, Yayi Boni espère l’utiliser pour de basses manœuvres. On est alors de plus en plus convaincu que cette obsession du roi du Palais de la Marina à vouloir contrôler la présidence de l’Assemblée nationale appuie la thèse selon laquelle, la révision de la Constitution est pour lui une question de vie ou de mort. Pour atteindre son but, Komi Koutché apparaît inévitablement comme son homme de confiance. L’actuel ministre de l’Economie et des finances, abondamment cité dans le scandale des milliards de Fcfa détournés à la Direction de l’Eau, réussira-t-il à se laver de tous les soupçons avant cette compétition ? Yayi Boni doit aussi en tenir compte. L’autre problème que sa candidature pose, c’est le risque du déséquilibre régional à la tête des Institutions de la République. Yayi Boni, président de la République, Ousmane Batoko, président de la Cour suprême, Augustin Gbian, président du Conseil économique et social, Adam Boni Tessi, président de la Cour suprême, sont tous du Septentrion. Sans oublier le patron des Forces armées et celui de la Police nationale.

FN

Source : Le Matinal

BENIN: Le Bénin, patrimoine des seuls Nagots ?
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0