Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

25/06/2015

Par LAWIN V

Que cet affreux personnage de Jacques MIGAN en appelle à voter en 2016 pour celui qu’il affuble du sobriquet peu reluisant « d’oiseau rare » montre le degré zéro de la politique au Bénin. Il montre aussi que le venin inoculé à une certaine élite foireuse de notre pays par le renard de Djrègbé continue avec ses effets dévastateurs. Le renard est depuis devenu « Frère Melchior ». Sans aucun doute, le sicaire Jacques MIGAN vient de reprendre à son compte l’héritage du « Frère Melchior » pour nous vendre un produit marketing comme en 2006. Sans aucun doute, nous sommes en présence d’un nouveau complot contre le peuple béninois. Pour convaincre les « encore » moins naïfs des béninois, lisez cette « confession » du plus grand manipulateur béninois de tous les temps.

« Le médiateur de la République Albert Tévoèdjrè s’est prononcé le 07 juillet 2010 à Porto-Novo sur l’affaire Icc-Services et le dossier Dangnivo lors de l’ouverture de la 2ème Assemblée générale de l’association des médiateurs de l’espace Uemoa.

Devant ses homologues hier, le professeur Albert Tévoèdjrè a dressé un sévère réquisitoire contre le gouvernement du président Yayi dont il dénonce la légèreté et la largesse. S’adressant aux différentes personnalités mobilisées pour la circonstance, le médiateur du Bénin a mis un accent particulier sur le dossier Icc services et l’affaire Dangnivo. S’agissant du dossier Icc services, il affirme : « On ne peut que déplorer l’envahissement de l’informel dans notre vie sociale et administrative. Voici un pays soumis à une Constitution et dont l’administration ne fonctionne pas selon l’oralité et qui se trouve confronté à des institutions financières sans comptabilité professionnelle, à des associations religieuses à théologie informelle et impliquées, sans compétence ni mandats reconnus, en toutes activités politiques, économiques et sociales. Les citoyens dont la naïveté est prise dans de tels réseaux s’adressent ensuite aux pouvoirs publics impuissants à gérer l’informel, l’illégal. Je répète ce que j’ai déjà dit : Economie informelle, Commerce informel, Ecole informelle, Médecine informelle. A force de laisser l’informel envahir le champ de toutes nos structures, nous aurons bientôt des familles informelles, des partis informels, une Assemblée nationale informelle et peut être aussi un gouvernement informel. Voici un sujet qui devrait assembler les énergies unanimes de toutes les institutions pour cause de salut public ». Une déclaration qui n’a laissé personne indifférent.


Tévoèdjrè, le grand manitou, en appelle à la responsabilité de tous alors qu’il est déjà dans la manipulation !


Le deuxième sujet pour lequel Albert Tévoèdjrè n’a pas du tout fait cadeau au gouvernement hier est l’affaire relative à la disparition de Pierre Urbain Dangnivo, fonctionnaire au ministère des finances.


Des dires du médiateur Tévoèdjrè : « Nos pays se trouvent confrontés depuis quelques mois à un phénomène nouveau, perturbateur de nos équilibres nationaux et de la paix sociale. Il s’agit du phénomène de la prise d’otage et de ces disparitions inquiétantes. Ce phénomène n’épargne personne et nous en sommes ici au Bénin à présent victimes (…) Je dois remercier tous les acteurs impliqués dans l’action nécessaire à l’apaisement des cœurs. Je dois redire ma solidarité avec la famille Dangnivo qui est une famille proche avec laquelle j’ai partagé de nombreuses préoccupations. Je lui dis notre profonde proximité dans ses inquiétudes. Je la soutiens dans son espérance. Je salue et je comprends tous les citoyens et les collègues de l’intéressé qui disent leur angoisse et expriment leur solidarité. (...). Je souhaite que les autorités spirituelles nous encouragent au rapprochement sincère des cœurs et nous aident à retrouver le bon sens et la sérénité nécessaire à un travail scientifique qui nous fera découvrir la vérité à laquelle nous devons faire face en toute responsabilité. Je le répète : tous les travailleurs, ceux des services financiers qui s’inquiètent légitimement pour l’un des leurs, ceux de la police, de la gendarmerie, de la justice, de la santé qui se trouvent plongés dans une enquête difficile, tous ces travailleurs méritent notre respect et notre soutien. L’enquête concernant cette affaire doit tenir compte non seulement du temps que nous passons dans nos bureaux et nos entreprises, mais le temps dont nous disposons pour exercer nos responsabilités familiales, citoyennes ou religieuses, nos loisirs et autres activités. Privilégier un seul aspect de ce temps et en tirer des conclusions définitives participe d’une volonté qui ne peut qu’inquiéter l’intelligence. ‘’Lorsque l’intelligence déserte le forum, la médiocrité s’installe et tout finit en dictature’’. C’est Denis de Rougemont qui nous le dit. J’ajoute ceci : lorsque le bon sens déserte la cité, la pagaille et le désordre s’installent. Et c’est un incendie ravageur qui embrase la société. Cet incendie ne donne chance à personne. Les espoirs de tous s’évanouissent. Et nul n’en sort gagnant. Je dis ces choses avec gravité au service de la patrie, et au service de l’Afrique. J’en appelle à la solidarité de tous les travailleurs pour le bien de toute la nation. Tenter de plonger tout le pays dans l’irrationnelle nuit des forces obscures où règnent sorciers, charlatans et devins en tous genres. »

COMPLOT TOUJOURS - Emile Derlin ZINSOU : « Je témoigne !». Le parachutage de Lionel ZINSOU vient de commencer…

Par ailleurs à la résidence du Cardinal à Cotonou cet après-midi du lundi 13 mai 2013, le professeur René Zinsou est venu lire le témoignage de son frère, Emile Derlin Zinsou sur l’auteur de Par-delà toutes frontières. Du Frère Melchior, l’ancien président de la République dira :

« Par-delà toutes frontières ! », ce vibrant appel du Professeur Albert Tévoèdjrè, au-delà des positions qu’il affiche des valeurs qui y sont défendues et du grand humanisme dont il fait preuve montre la voie à suivre pour un monde concilié avec lui-même. Je témoignage que c’est ici l’accomplissement d’un destin singulier ponctué de rebondissements notables dont la dimension spirituelle du texte est révélatrice. Je témoigne de notre de notre fidélité à notre Afrique que nous voulons digne, respectée, reconnue majeure dans un monde de progrès et de prospérité. Malgré nos errements, nos fragilités, nos chutes répétées, notre espérance est intacte parce que forte et fouettée par la misère préoccupante de nos peuples souffrants. Que vive donc et que prospère la grande idée salvatrice de citoyenneté universelle ! ».

EPILOGUE

Après ce que vous venez de lire, les béninois sont encore enchaînés pour très très longtemps encore si une flamme salvatrice, tel un éclair, ne vienne nettoyer la poutre de leurs yeux. Jacques MIGAN est aujourd’hui pour Lionel ZINSOU, ce que fit Aloubert TEVOS pour Boni YAYI. Certes les acteurs changent, mais la même rengaine demeure. Pour combien de temps encore ?

Ce que les béninois vivent aujourd’hui à travers leur cynisme n’est rien d’autre que le plan diabolique savamment orchestré par les affidés du renard de Djègbé pour mettre le Bénin en coupe réglée et pour accorder une impunité totale à Boni YAYI après tous ses forfaits et autres forfanteries. Si vous acceptez que Lionel succède à Boni, vous l’avez bien compris, vous et vos progénitures vivrez dans un abîme à nulle autre pareille et pour des décennies et des décennies !

Béninoise, Béninois, tu as le choix de vivre dans l’infamie ou te rebeller contre une caste de sangsues pour exister et montrer que tu es un être brave, citoyen et debout.

Indignes-toi ou baisse ton froc !

BENIN : Le publireportage de Jacques MIGAN dans plusieurs quotidiens de ce jour montre l’esquisse d’un nouveau complot contre le peuple béninois !
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0