Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BENIN : Halte au chômage des jeunes, à la corruption, au régionalisme, le népotisme, l’arbitraire, la confiscation des libertés !

Mercredi 9 septembre 2015

Par Denis da Conceiçao Courpotin

Une fin de règne qui confirme que l’intelligence a déserté les réflexions pour un vrai développement de notre Démocratie chèrement acquise en mars 1990 avec une loi fondamentale et une constitution qu’aucun citoyen n’a le doit de modifier pour promouvoir l’impunité et le non respect du peuple souverain !

Si le monde entier aime le Président Nelson Mandela, ce n’est pas seulement parce qu’il a passé 27 ans de sa vie en prison ; ce n’est pas la libération de son peuple de l’apartheid ; c’est parce que c’est un homme bon !

Bon, les Anglais disent « Sincere Heart » à l’instar de l’Empereur Meiji du Japon (1852 – 1912 ) ; Respectueux des Institutions de la République, attentionné et compatissant envers ses collaborateurs et à son peuple.

  • Les pauses de pierres et inaugurations tous azimut ceci tout au long des années d’exercice du pouvoir sous l’ère du changement et de la refondation ;
  • Le lancement de grands projets sans réaliser qu’à quelques mois de la fin du second et dernier mandat présidentiel, le peuple n’est plus prêt à se laisser berner par une élite au pouvoir qui sacrifie l’Education, la Santé, l’Economie, nos lois fondamentales, la Sécurité avec tous les scandales au sommet de l’Etat sans une réponse crédible pour nous convaincre de leur bonne foi.
  • Ce refus du respect de notre peuple, sera sanctionné par la volonté commune des électeurs, et de nos représentants à l’Assemblée Nationale, soucieux de restaurer l’espérance dans les cœurs.

Le seul moyen de redonner confiance à des milliers de béninois c’est de faire comprendre qu’il y a une autre façon de bien gouverner sans régionalisme ni populisme, sans la chasse aux opposants qui n’ont pas la même sensibilité politique ou religieuse que la majorité ; sans exiler les fils de notre pays, les opérateurs économiques ou sacrifier les hommes intègres aux mépris des lois de la République.

Je ne reconnais pas le DAHOMEY, République du Bénin où les Gouvernants actuels fragilisent tous les jours notre Démocratie oubliant qu'en plein 21 ème siècle c'est un désastre pour le développement.

Après avoir raté l’occasion de faire du Président Mathieu Kérékou, le Mandéla que nous n’avons pas encore au Bénin, c’est la promotion de la mauvaise gouvernance avec une gestion catastrophique des hommes et de nos institutions.

Aujourd’hui nous devons avoir honte de toutes ces dérives, des décisions qui sont prises par la cour constitutionnelle surtout par un certain Professeur de Droit, qui est un des pères fondateurs de notre constitution. Il doit savoir que le Président Yayi finira par le lâcher comme il a lâché son prédécesseur qui lui avait pourtant rendu des services contre toute logique du droit constitutionnel et la volonté du peuple béninois.

C'est éthiquement normal que le Président de la République garant des lois de la République respecte les procédures administratives et judiciaires en évitant de mettre en danger le respect des textes et des fonctionnaires de l'Etat qui ont des droits et des devoirs. Il en va de la crédibilité de notre pays, de sa diplomatie en enfin la confiance auprès des partenaires de la coopération bilatérale et internationale.

Les décisions éhontées de la Cour Constitutionnelle du Bénin ne sont pas acceptables car notre pays aspire toujours à la Paix avec pour devise : FRATERNITE – JUSTICE – TRAVAIL !

Heureusement, bientôt la parole sera donnée au peuple du Bénin qui souffre de la grave mise à mal de sa dignité pour la restauration de la Démocratie Béninoise sans être l'otage des appareils d'état manipulés et corrompus !

C’est pourquoi, j’invite le peuple à continuer à peser avant, pendant et après les élections pour des luttes à travers de nouvelles alliances avec tous les acteurs de la société civile, les partis politiques et les cultes pour fédérer les luttes. Celles du bon fonctionnement des Institutions de la République, de la lutte contre la corruption et les détournements qui non seulement augmentent la pauvreté, les besoins des classes populaires en manque du minimum vital, mais aussi le nombre croissant de jeunes sans emplois et à l’avenir incertain.

Un combat pour une transformation révolutionnaire de la société s’impose à la place des débats inutiles qui nous éloignent des préoccupations essentielles de la population.

Aujourd’hui nous avons toutes les raisons pour assumer notre indépendance vis à vis des dirigeants qui transforment le Conseil des Ministres en Cours de Justice et de règlement de compte aux mépris du bon sens et de la raison.

Halte au chômage des jeunes, à la corruption, au régionalisme, le népotisme, l’arbitraire, la confiscation des libertés !

Appelons un chat un chat et ensemble barrons la route aux dictateurs peu soucieux de l’héritage issus de la Conférence des Forces Vives de la Nation.

Le Gouvernement et le Président de la République du Bénin feront mieux de surveiller le programme du Gouvernement et la bonne gouvernance plutôt que de surveiller l’espace politique qui lui échappe dans un pays dont la maturité politique est unique.

Nous tous autour des Houssous Angelo ! des Bocco Olivier , des AGBO Lionel , des Martin Assogba , des TALONS Patrice … , et comme un seul Homme avec un grand « H » nous allons démontrer que nous mesurons les enjeux des prochaines échéances électorales et ferons tout ce que nous pourrons pour restaurer la DEMOCRATIE !

Pour Nous, la réconciliation des fils du Bénin est en marche sans états d'âmes, malgré les braquages de la souche du volet N° 1 du registre de l’ Etat Civil de notre compatriote Patrice TALON à la Mairie d’ Abomey par des officiers de notre Armée !

J’ai confiance en la justice pour faire la lumière sur cet acte ignominieux contre un digne fils du DAHOMEY qui a eu le courage de dire avec fermeté et constance «NON au financement de la Révision de la Constitution de 1990 » !

Nous avons l'oreille fine pour, par devoir, nous battre afin de convaincre les électeurs béninois de prouver à l'Afrique et au monde la maturité politique et la souveraineté de notre pays pour ne pas décevoir les nouvelles Espérances qui sont en train de s’affirmer.

Prenons donc de la hauteur et ensemble, avec courage, persévérance et abnégation nous vaincrons la dictature sournoise qui endette et plombe l'économie nationale.

C’est vrai que le refus obstiné du Président de la République de tenir compte de quelques compétences et conseils autour de lui pour éviter la navigation à vue et la gestion hasardeuse du pays est un handicap grave du premier magistrat du pays depuis 2006.

L’heure est grave et je voudrais à l’instar de mes ainés souhaiter que la sagesse et l’intelligence l’emportent sur les menaces officieuses ou officielles des amis et collaborateurs d’hier ou adversaires ce jour au risque de susciter, je veux dire d’allumer une guerre civile dont personne ne veut dans un Etat de droit !!! Mes précédents écrits sur le respect de la Constitution, le droit à une justice équitable pour tous, le bon fonctionnement de la HAAC et ma lettre ouverte au Président de la République en décembre 2013 n’ont rien amélioré !

  • l’accès de l’opposition aux médias de services publics qui pourtant vivent aux frais du contribuable béninois et impose une autocensure implacable et inique aux médias privés indépendants rendant difficile l’information du peuple.
  • l’arrestation du journaliste Boris TOUGAN, confirme la poursuite de la violation fragrante du code de l’information qui interdit les arrestations arbitraires des hommes des médias.

La conjoncture économique et de crise dans ma patrie d’origine, nécessite de tous les Responsables politiques et de notre Armée Républicaine, un comportement conforme aux valeurs de la démocratie qui doit être le bréviaire de tout humain, surtout tout homme politique responsable.

Nous soutiendrons avec force et conviction la candidature de Monsieur Patrice Athanase Guillaume Talon, si telle est sa décision pour sortir notre pays du gouffre sur les plans humain, éthique, économique et sociale.

Que les crises futures ne viennent pas mettre en évidence de nouvelles failles de notre système alors que la Démocratie béninoise était un exemple en Afrique et dans le Monde.

Nous vivons dans un monde où la mondialisation des échanges, la circulation des biens et des personnes, l’externalisation à l’étranger des productions industrielles et alimentaires, l’émergence de crises sociales autour des échéances à venir rendent notre pays très vulnérable.

Nous souffrons de la misère que vit notre peuple et ne laisseront le monopole de son développement à des pseudos démocrates.

L’expérience est une école dont les leçons coûtent !

Monsieur Patrice Talon peut conduire le Bénin dès le 6 avril 2016 si nous aimons notre pays...

La chair n’est pas faible : elle est forte !!!

Soyez prêts à tout ! Ne nous trompons pas de cibles car ensemble et unis nous éviterons au Bénin le déluge en cours de préparation !

Il nous faudra avec conviction et amour passer à la vitesse supérieure de construction de la République des travailleurs pour soulager la misère de nos populations des villes et de toutes les communes du Bénin.

Merci à Maître DJOGBENOU et tous ceux qui, soucieux de voir un autre Bénin rayonnant de Justice, de fraternité et de Paix soutiennent la probable candidature de notre compatriote Patrice Talon.

Avec foi en notre Dieu Tout – Puissant, il reconnaitra les siens en éclairant les électeurs du Bénin à faire le bon choix dès le 28 février 2016.

A bon entendeur, Salut !

Vive le Peuple Béninois dans la Paix et la Prospérité !

Denis da Conceiçao Courpotin

Expert en Santé Publique

Spécialiste du Développement

République Française

BENIN : Halte au chômage des jeunes, à la corruption, au régionalisme, le népotisme, l’arbitraire, la confiscation des libertés !
Tag(s) : #Contribution de la Diaspora

Partager cet article

Repost 0