Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BENIN : Patrice TALON désormais éligible au prix Nobel de la paix pour avoir sauvé la démocratie béninoise et les acquis de la Conférence Nationale Historique de Février 1990 !!!

Patrice TALON est de retour au Bénin depuis hier après avoir été contraint de passer près de trois ans en exil, loin de sa terre natale. Le motif de sa brouille avec YABO est connu et est de notoriété publique : il a refusé de participer au complot destiné à modifier de manière opportuniste notre loi fondamentale pour installer un pouvoir à vie.

Grâce à son courage, à son sacrifice et à sa détermination, les élections intermédiaires se sont bien passées au Bénin. L’opposition a même remporté le perchoir de l’Assemblée Nationale dans un climat politique apaisé.

L’exil forcé est sans aucun doute une prison sans les quatre murs. Plusieurs dirigeants africains sont passés par cette case de l’humiliation avant de conquérir le pouvoir suprême. C’est le cas du mythique Nelson MANDELA (Afrique du Sud), Robert MUGABE (Zimbabwe), Mahamadou ISSIFOU (Niger), Laurent GBAGBO (Côte d’Ivoire), Abdoulaye WADE (Sénégal) et Alpha CONDE (Guinée-Conakry).

Si les Béninois adhèrent au projet de société de Patrice TALON, le patriote qu’il est ne les trahira jamais. En effet, il aurait été plus judicieux pour lui de cautionner le parjure pour sauvegarder ses seuls intérêts s’il n’était pas animé d’un amour profond pour le développement de son pays, notre pays le Bénin.

Ce qui a motivé le jury du prix Nobel à décerner celui de la paix 2015 à quatre personnes morales tunisiennes « contribution décisive dans la construction d’une démocratie pluraliste en Tunisie… » est le même motif qui a justifié et justifie encore l’engagement patriotique de Patrice TALON !!!

IB

Le prix Nobel de la paix salue le processus démocratique en Tunisie

Le Monde | 09.10.2015

Par Frédéric Bobin (Tunis, correspondant)

Le comité Nobel norvégien a décidé de récompenser, vendredi 9 octobre, le quartet menant le dialogue national en Tunisie, qui s’est distingué pour « sa contribution décisive dans la construction d’une démocratie pluraliste en Tunisie après la “révolution du jasmin” de 2011 ».

» L’annonce du prix Nobel de la paix

Les jurés du Nobel ont rendu hommage à une structure issue de la société civile tunisienne qui a permis de sauver à l’automne 2013 une transition démocratique qui menaçait d’avorter, deux ans et demi après le fameux « printemps » de 2011.

Le « dialogue national » entre les islamistes d’Ennahda alors au pouvoir en Tunisie et l’opposition, destiné à sortir le pays d’une profonde crise politique, a officiellement débuté le 25 octobre 2013 et visait à former un gouvernement« indépendant » et à adopter la future Constitution.

Quatre organisations de la société civile

Le « dialogue national » est un groupe hétéroclite – composé du syndicat UGTT (Union générale tunisienne du travail), de la fédération patronale Utica (Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat), de la Ligue tunisienne des droits de l’homme et de l’Ordre national des avocats – qui s’était activé pour trouver une issue à la grave crise politique née des assassinats de deux figures de la gauche laïque : Chokri Belaïd le 6 février 2013 et Mohamed Brahmi le 25 juillet 2013. Ces quatre organisations, entrées dans l’histoire sous le nom du« quartet », étaient parvenues à arracher aux partis politiques de l’opposition et partie prenantes de la coalition gouvernementale une « feuille de route »aboutissant à l’adoption d’une Constitution progressiste fin janvier 2014.

Ce compromis s’était accompagné de la démission du premier ministre Ali Larayedh, issu du parti islamiste Ennahda, qui dirigeait le pays depuis sa victoire électorale d’octobre 2011, et son remplacement par un technocrate Mehdi Jomaâ. De l’avis de tous les analyses, l’œuvre du quartet a permis à la Tunisie de désamorcer un conflit entre islamistes et anti-islamistes qui menaçait de faire basculer le pays dans le chaos. Le processus a abouti il y a un an avec l’élection du président Essebsi, chef de Nidaa Tounès, le principal parti anti-islamiste.

Lire aussi : Béji Caïd Essebsi, le revenant devenu président

BENIN : Patrice TALON désormais éligible au prix Nobel de la paix pour avoir sauvé la démocratie béninoise et les acquis de la Conférence Nationale Historique de Février 1990 !!!
Tag(s) : #Politique Internationale

Partager cet article

Repost 0