Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BENIN - Présidentielles 2016 : Patrice TALON, un destin national

1 octobre 2015 par richard

Il est des signes qui ne trompent point. Le parcours de Patrice Talon, jalonné de succès éclatants mais aussi d’épreuves douloureuses, est de ceux qui révèlent un homme à lui-même. De ce genre de parcours initiatique, naissent des guides. Et de leur rencontre avec un peuple, à un moment décisif, nait l’histoire. La grande Histoire…

Depuis les ténébreuses histoires, dites de tentative d’empoisonnement puis de coup d’Etat, le nom de Patrice Talon résonne dans la mémoire de ses compatriotes. Evidemment, nul n’a oublié les rocambolesques épisodes, d’exhibition de produits censés radioactifs, par l’ex-commissaire central de Cotonou, Louis-Philipe Houndégnon, flanqué du procureur de la République, Justin Gbénamèto. Ce tableau délirant, digne d’un mauvais polar, sera suivi de très longues séances, de présentation de compassion au Chef de l’Etat. Et dans le rôle de victime, ce dernier jouera à merveille sa partition. Le délire avait atteint des sommets, et Patrice Talon était alors «le grand méchant» assassin. D’ailleurs à son propos, le ministre de l’Intérieur Benoît Dègla, a pu déclarer sur les ondes de Radio France Internationale, qu’il s’apprêtait à acquérir des « drômes » (sic) pour attenter à la vie du Chef de l’Etat ! Et le matraquage médiatique à ce propos était tel que nombre de nos compatriotes ont fini par croire que le départ en exil de Patrice Talon, était directement lié à cette histoire d’empoisonnement.

Episode 1

Or faut-il le rappeler, les problèmes de l’homme d’affaires Patrice Talon avec le pouvoir, remonte plus loin. Plus précisément au mois de décembre 2011, dans un pays encore sous le choc du fameux K.O électoral. On a encore en mémoire, le fameux discours du Chef de l’Etat, portant sur la Refondation. Il datait bien de cette époque. En effet, et on le saura un peu plus tard, le fallacieux concept de refondation de la République, ne cachait que grossièrement le lugubre dessein d’une révision opportuniste de la Constitution du 11 décembre 1990. Le clash entre Talon et Yayi, est donc parti du refus du premier à adouber les sinistres ambitions du second. D’où le début de la chasse à l’homme d’affaireS récalcitrant, dont le top a été donné par le Chef de l’Etat lui-même. Ce sera d’abord l’acharnement, les revirements spectaculaires, suivis de la destruction de toutes les affaires de Talon. Des saisies sont opérées dans ses entreprises, sous forme de véritables opérations « commando ». Le 6 Mars 2012, Patrice Talon traqué de toutes parts, est reçu en audience par les six présidents d’institutions constitutionnelles, que compte notre pays. Le but était de trouver un terrain d’entente, entre le Chef de l’Etat et lui. Ce sera un échec, car à peine un mois plus tard, Patrice Talon sera convoqué au Commissariat central de Cotonou et même gardé à vue. On lui reprochait (déjà !) d’avoir indûment perçu la bagatelle de 12 milliards de francs Cfa, destinés à la subvention des intrants coton. Or la vérité est plus prosaïque. Car il ne s’agissait là en fait, que d’une dette de l’Etat à l’égard des acteurs privés de la filière Coton, dette qui ne sera du reste payée jusqu’à ce jour. Mais il fallait casser du Talon, et tous les prétextes étaient bons. C’est dans ce contexte lourd de menaces de tous genres, que prévenu à temps de certaines intentions du Chef de l’Etat, Talon a dû quitter le pays. Mais Boni Yayi n’est pas homme à renoncer. Il avait du reste dit à Talon, qu’il est toujours dangereux de s’opposer à un Président de la République…

Episode 2

Un mois après le départ en exil de Talon, les scénaristes du Palais lanceront le célèbre feuilleton à rebondissements, dit affaire empoisonnement. La trame du scénario tournera autour d’un emballage de médicaments « toxiques ou radioactifs » (c’est selon), qui auraient été remis au médecin personnel du Chef de l’Etat, aux fins de le tuer. En dehors de l’acteur principal identifié, Patrice Talon, avec en second rôle son compagnon d’exil Olivier Boko, cette fois-ci la distribution des rôles sera plus large, frôlant même la tragédie familiale. Car en dehors de Moudjaidou Soumanou, alors directeur de la Sodeco (une société de Talon) et du médecin personnel du Chef de l’Etat, Ibrahima Mama Cissé qui seront arrêtés et jetés en prison, la nièce du Chef de l’Etat Zoubérath Kora et son neveu Bachirou Adjani Sika (garde-corps du Chef de l’Etat), subiront les mêmes sorts. Ils seront tous accusés de tentative d’empoisonnement et d’association de malfaiteurs. Une demande d’extradition de Patrice Talon, sera adressée à qui de droit en France. Mais comme un simple ballon de baudruche, tout ce scénario explosera. L’ordonnance de non lieu général en date du 17 mai 2013, rendu par le juge Angelo Houssou, sera reçue comme un coup de poignard dans le dos par le Chef de l’Etat. Le juge lui-même a dû nuitamment prendre la clé des champs. Rattrapé aux frontières, il sera ramené manu militari au pays, avant de s’échapper à nouveau. Les demandes d’extraditions de Patrice Talon subiront le même sort. La nécessité de trouver une porte de sortie, ne serait-ce qu’à travers une paix des braves, conduira à un pardon prononcé du bout des lèvres par le Chef de l’Etat.

Suite et fin ?

Mais trois ans d’exil, çà vous transforme un homme en le transcendant. Surtout lorsque celui-ci n’a jamais renoncé, à se préoccuper des problèmes qui touchent au devenir de sa cité. Trois années durant, l’homme ne s’est pas contenté de suivre de loin. Il a écouté quand il le faut. Agit lorsque cela le nécessite. Conséquence, même de loin, il est devenu la fameuse « télécommande » ayant hanté bien de nuits et suscité tant de cauchemars ! La main de Talon était perçue derrière tout. Son ombre était partout aperçu. Après donc le combat victorieux du perchoir, coordonné de main de maître depuis Paris par Patrice Talon, des choix s’imposaient. L’horizon étant dégagé des menaces de révision de la Constitution. Et Talon lui-même, après avoir tiré leçons de tous les derniers événements, en le passant au besoin par pertes et profits, s’est résolu à prendre ses responsabilités et toutes ses responsabilités. L’homme en est venu à la conclusion que ce pays et son processus démocratique, ont besoin de reformes en profondeur. Et mieux, il est convaincu qu’il peut être l’homme de la situation. Depuis, il écoute. Discute. Concerte. Car il sait mieux que quiconque, que pareille entreprise, ne saurait être personnelle. Il faut nécessairement rassembler, pour ratisser large. Evidemment, depuis l’annonce de cette ambition, des coups pleuvent sur l’homme. Certains qui vivent de prébendes, gagnés sur le dos de l’Etat, l’accusent lui de travailler en toute transparence pour l’Etat ! Mais lui, il en a désormais l’habitude. En homme d’Etat en devenir, il s’élève au-dessus des commérages de bas étages. Des aigreurs de caniveaux. Il sait le chemin encore long alors et cherche les vents favorables, sa destination étant connue. Ces vents capables de le porter à la rencontre de son peuple. Ainsi commencent toujours les Grandes Histoires…

Ben Olawalé

Source : La Presse du Jour

BENIN - Présidentielles 2016 : Patrice TALON, un destin national
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0