Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

22/12/2015

BENIN : Lionel ZINSOU, ex PDG de PANZANI (filiale du groupe DANONE) a été mis en examen pour « tromperie sur la qualité, l’origine et les contrôles des viandes bovines » dans l’affaire dite de la vache folle !!!

LES BENINOIS ONT LE DROIT DE SAVOIR !!!

L’homme lige de Boni YAYI avait un CV trop parfait pour ne pas éveiller des soupçons. L’homme que certains béninois appellent désormais « YAZIN » aurait maquillé son CV en omettant volontairement de préciser ses fonctions au sein du groupe DANONE. Et pour cause. Nulle part il est mentionné ses responsabilités de PDG de PANZANI, une filiale de DANONE spécialisée dans les plats cuisinés. Mis en examen pour tromperie sur la qualité, l’origine et les contrôles des viandes pour confectionner des plats cuisinés industriels, Lionel ZINSOU sera contraint de démissionner et sortir par la petite porte. C’est alors qu’il rejoint la banque d’affaires Rothschild en 1997.

On se rappelle que la ministre Georgina DUFOIS avait été contraint de démissionner dans l’affaire dite du « sang contaminé ». Elle aura alors eu cette phrase devenue célèbre : « Responsable mais pas coupable ».

On comprend alors pourquoi aucun gouvernement socialiste français n’a jamais pensé à faire de Lionel ZINSOU un ministre. Les français qui n’ont pas la mémoire de moineau auraient ressorti les tromperies de « YAZIN » chez Panzani pour provoquer une crise politique majeure.

Chers Béninois, l’oiseau rare de YABO ne viendra pas nettoyer l’écurie d’Augias chez nous. Au contraire, le chantre de la dissimulation sera pire que YAYI !!!

IB

L'ancien PDG de Panzani-France, Lionel Zinsou, filiale plats cuisinés du groupe Danone, a été mis en examen pour « tromperie sur la qualité, l'origine et les contrôles » de ses viandes bovines.

Vache folle: des raviolis Panzani mis en examen

Mercredi, 24 Septembre, 1997

L'Humanité

Lionel Zinsou, ancien PDG de Panzani France, a été mis en examen pour «tromperie sur les qualités substantielles, l'origine et les contrôles» de ses produits, ainsi que pour «fausse publicité». Certains produits contenant de la viande animale bovine, dont les raviolis, sont ainsi mis en cause.

L'INTERDICTION d'importer de la viande bovine d'origine britannique a-t-elle été bravée par la société Panzani, entreprise fabriquant, entre autres, les célèbres raviolis? La question est posée depuis que Lionel Zinsou, l'ancien PDG de Panzani France, a été mis en examen en août dernier par le juge d'instruction lyonnais Gilbert Emery pour «tromperie sur les qualités substantielles, l'origine et les contrôles» de ses produits. Cette mise en examen décidée par le parquet de Lyon, et rendue publique hier, fait suite à de multiples contrôles sanitaires effectués au siège lyonnais de la société. La justice lui reproche de ne pas être en mesure de fournir des documents garantissant la fiabilité des viandes utilisées dans la fabrication de ses plats cuisinés et de ses sauces, notamment les raviolis.

Pour rappel, le 21 mars 1996, alors que la crise de la «vache folle» battait son plein, un arrêté avait été pris par les autorités sanitaires françaises. Il interdisait l'importation de tout produit, ou dérivé, d'origine animale bovine en provenance du Royaume-Uni. Suite à ce décret, un contrôle avait été effectué le 31 juillet 1996 par des agents de la direction régionale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DRCCRF). Dans leur rapport, ils concluaient à une incertitude concernant la «traçabilité» exacte des produits d'origine bovine utilisés dans le processus de fabrication des produits Panzani. L'ouverture d'une information judiciaire s'était ensuivie.

Pour Jean Baumés, directeur régional de la DRCCRF, les contrôles effectués chez Panzani «étaient les mêmes que ceux effectués ailleurs» dans le cadre de la lutte contre l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), afin de vérifier que «des achats de viande anglaise n'avaient pas continué à être faits malgré l'interdiction». «Toute la filière a été contrôlée», précise-t-il en indiquant que ses agents «s'étaient particulièrement intéressés à ceux qui incorporaient de la viande dans des plats cuisinés», dont fait partie Panzani. La liste de tous ses fournisseurs a ainsi été regardée à la loupe par les fonctionnaires de la DRCCRF. Ces derniers se sont attachés à «regarder s'il y avait mention de l'origine des produits», ce qui les a conduits à remonter «jusqu'au point de départ: soit l'abattoir en France, soit l'importateur, si la marchandise venait de l'étranger», précise Jean Baumés. Quant au dossier Panzani, Jean Baumés rappelle simplement que «contrairement à ce qui était affirmé, l'origine de la viande n'était pas celle qui était annoncée». Elément à charge de Panzani mais qui n'est pas le seul puisque parmi les fournisseurs, «il y avait certainement des fournisseurs de viande anglaise», nous a indiqué le directeur régional de la DRCCRF.

En dépit du procès-verbal de la DRCCF, Panzani aurait rassuré ses clients inquiets, en leur indiquant que les processus de vérification de la provenance des produits bovins «étaient fiables», et en affirmant que des mesures avaient été prises dès 1991. D'où une seconde mise en examen pour «fausse publicité» notifiée à l'ancien PDG par le même juge Gilbert Emery.

Contacté, Me Alain Ribeyre, avocat de Lionel Zinsou, déclare quant à lui «qu'il n'y a pas de doute sur la provenance des produits». Selon l'avocat, son client «a une tranquillité totale sur l'origine des produits et les processus de vérification». Pour son client, «le système est totalement fiable, et ce à 100%». Pour Me Alain Ribeyre, il s'agit «d'une question d'appréciation des procédures de vérification». Ces accusations sont donc «totalement rejetées». Un rappel s'impose cependant. Panzani avait déjà décidé, en décembre dernier, de retirer du marché des plats susceptibles de contenir de la viande britannique «à titre de précaution» et ce à la demande d'Yves Galland, ministre délégué aux Finances. Il est vrai que les plats cuisinés en cause avaient été préparés avant les mesures d'embargo contre la viande britannique. Mais, tient à rappeler Jean Baumés, on peut douter que Panzani «ait fait cela par simple plaisir».

Quoi qu'il en soit, c'est à l'enquête et la justice de dire si le célèbre fabriquant a manqué aux règles sanitaires essentielles et à la nécessaire transparence des pratiques de contrôle. A ce propos, le Sénat examine à partir d'aujourd'hui une proposition de loi relative «au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l'homme». L'objectif est de corriger certains dysfonctionnements des dispositifs existants. L'affaire de la vache folle ou celle de l'amiante, en ont révélé les carences manifestes.

Source : http://www.humanite.fr/node/166932

L'ancien PDG de Panzani, Lionel Zinsou a été mis en examen

Les Echos | Le 24/09/1997

L'ancien PDG de Panzani-France, Lionel Zinsou, filiale plats cuisinés du groupe Danone, a été mis en examen pour « tromperie sur la qualité, l'origine et les contrôles » de ses viandes bovines. M. Zinsou, qui a démissionné de Panzani en mars 1997 pour rejoindre la banque Rothschild, est aussi mis en examen pour « publicité fausse ». La justice lui reproche de n'avoir pu fournir des documents garantissant l'origine des viandes utilisées dans les raviolis et les sauces.

Fin juillet 1996, en pleine crise de la vache folle, une information judiciaire a été ouverte après un contrôle chez Panzani par des agents de la Direction de la consommation (DGCCRF), qui n'avaient pu établir que la viande utilisée n'était pas britannique. « La justice reproche à Panzani non pas d'avoir utilisé de la viande douteuse, mais de ne pas avoir eu de contrôle assez fiable, ce que conteste mon client », déclare l'avocat de M. Zinsou.


Source : http://www.lesechos.fr/24/09/1997/LesEchos/17486-060-ECH_l-ancien-pdg-de-panzani--lionel-zinsou-a-ete-mis-en-examen.htm

BENIN : Lionel ZINSOU, ex PDG de PANZANI (filiale du groupe DANONE) a été mis en examen pour « tromperie sur la qualité, l’origine et les contrôles des viandes bovines » dans l’affaire dite de la vache folle !!!
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0