Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VISITE OFFICIELLE DU PRESIDENT KEREKOU EN France: LA PRESSE PUBLIQUE AUDIOVISUELLE FRANCAISE ATTAQUE LE GENERAL !

 

 

 

Le Président Mathieu KEREKOU a foulé la terre française cet après-midi avec la délégation qui l‘accompagne.

 

Visite d’amitié et de travail nous a t-on dit. Mais, ce qui a été livré à la population française ce soir est choquant. Le mot paraît même trop faible. Au delà de la personne du Président, en exercice, de tous les béninois, l’affront de ce soir doit pousser à la méditation tous les dirigeants africains. S’il s’avère que, derrière cette opération machiavélique, se trouve une main béninoise, qu’elle meurt à jamais.

 

De quoi s’agit-il ?

 

Ce jeudi soir, 24 novembre 2005, à une heure de très grande écoute (21H00 heure française), la première chaîne publique française, France 2, a diffusé une émission à charge contre tous les béninois, au moment même où le Général Mathieu KEREKOU commençait sa visite officielle en France.

 

L’émission qui était intitulée « Enfants esclaves » déroulait, pendant des minutes interminables, le triste sort que les béninois réservent à leurs progénitures. C’est-à-dire, des parents sans affection, dont le seul but est de procréer des enfants pour les revendre, soit en ville, soit au Nigéria voisin. Des femmes, seins nus et sans aucune affection, étaient montrées comme, jadis, des bêtes de foire ! C’est outrageant.

 

On eût droit aux gamins vendus, au Nigéria voisin, réduits au caillasse des pierres pour la construction des belles demeures des esclavagistes que sont restés tous les béninois. Pour qui feint de ne pas comprendre l’atrocité de la situation, on balance, avec légèreté, que la pratique est ancestrale au Bénin. On pousse l’outrecuidance jusqu’à nous donner la valeur monétaire d’un enfant voué à l’esclavage: 120 ,00 €.

 

Sans tomber dans la censure idiote et imbécile, nous ne pouvons nous retenir de penser que les auteurs de cette bévue sont les mêmes qui continuent de cantonner les noirs dans la situation d’esclaves dans laquelle ils n’auraient jamais dû sortir! La France des têtes pensantes ose ainsi se sortir de la torpeur de ses banlieues qui brûlent en se payant, à moindre frais, les citoyens honnêtes d’un pays ami.

 

Cela ne vous rappelle t-il rien ? Si nos ancêtres n’avaient pas été aussi accueillants et cupides avec «l’étranger », l’esclavage n’aurait peut-être jamais vu le jour! Comment comprendre que, pour tout accueil, au Président d’un état souverain et indépendant, l’on décide de jeter en pâture ses concitoyens qui n’ont que pour tout mérite d’être des barbares?

 

 

Demain, pour tout béninois qui vit en France, les moqueries vont commencer. Du genre, n’as-tu pas été vendu par tes parents pour te retrouver en France? Loin d’une considération égoïste, cette attaque décrédibilise toute la population béninoise et met à néant n’importe quelle politique de coopération bilatérale.

 

A la fin de l’émission, aucune allusion n’a été faite par les journalistes/présentatrices pour annoncer que le N° 1 de tous ces béninois jetés en pâture était un hôte de la « respectueuse et adorée France . »

 

Pour mieux enfoncer le clou, le sujet suivant avait pour personnage principal, le dessin animé KIRIKOU ! Non, vous ne rêvez pas. Un personnage peu doué et adoré des enfants dont il incarne le niveau zéro de l’intelligence. Réduit le Président d’un pays ami à une telle caricature est vraiment de ’l’insolence à l’état pur!

 

Alors qu’un Président de la République, nommé KEREKOU, est en visite d’état dans la capitale française, on ose le comparer à un personnage qui ne penserait que par sa mère (version light). En vérité, il s’agit d’un personnage loufoque, sans esprit ni âme. Quoiqu’on puisse dire, les français ne sont pas si bêtes pour ne pas faire un rapprochement entre KIRIKOU et KEREKOU.

 

Les conseillers en communication du Président KEREKOU ne me convaincront jamais qu’ils n’ont pas vu le scénario venir. Si c’est le cas, ils doivent rendre leurs tabliers. Sinon, à quoi servent-ils alors? Le Bénin est un pays démocratique, jaloux de la liberté d’expression. Certains, tapis dans l’ombre, voudraient-ils réduire à néant cette liberté chèrement acquise?

 

J’invite tous les béninois indignés par cette situation ubuesque à adresser un courriel de protestation à la direction de France télévision. En le faisant, vous ne cautionnez pas les engagements du Président Mathieu KEREKOU. Vous aménagez l’espace sacré de votre liberté. Quelque soient les opinions politiques et philosophiques des uns et des autres, sachons défendre la négritude qui est en nous, consciemment ou inconsciemment. Il y va de notre dignité que nul ne saurait absoudre!

 

Nous attendons une protestation officielle de la délégation béninoise en visite officielle en France. Ne pas le faire, c’est laisser ouverte la porte à tous les pandores. Dès cet instant, il ne faut pas alors s’étonner d’y voir sortir la bête.

 

« La vie à la campagne a quelque chose de sain qui est un facteur très important de l’éducation. Je ne dis pas qu’il suffit de vivre dans la brousse pour être un type bien, mais je crois que cela vous donne des chances de le devenir. La vie y est plus vraie que dans les grandes villes. On a réellement le sentiment d’appartenir à une vraie communauté! » .

 

 

 

 

Benoît ILLASSA

 

CRETEIL, le 24 novembre 2005

 

 

 

Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :