Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La voiture sans pilote, c'est pour 2015

Voiture intelligente

C’est un peu son permis de conduire que passait Junior, jeudi 14 mai, sur un parking de Mountain View, en pleine Silicon Valley. Junior, c’est la nouvelle voiture sans pilote conçue par le labo d’IA (intelligence artificielle) de l’université de Stanford. Junior parce que cette VW Passat, passablement transformée, roule sur les traces d’un certain Stanley, qui remporta en 2005 le Grand Challenge, une épreuve infernale: traverser quelque 200 km de désert entre Californie et Nevada, sur des pistes improbables. Sans pilote, bien sûr.

L’équipe de chercheurs et d'étudiants de Stanford, déjà dirigée par Sebastian Thrun, démontra la supériorité de ses algorithmes. Junior est engagé dans une nouvelle course, Urban Challenge, organisée comme la précédente par la Darpa (Defense Advanced Research Projects Agency). Votre mission, si vous l’acceptez: circuler dans un environnement urbain. Peuplé d’autres véhicules et même de piétons. De quoi regretter le désert.

A quoi joue la Darpa? Simple: le Pentagone a décidé que dès 2015, un tiers de ses véhicules terrestres devraient rouler sans pilote. Donc, jeudi dernier, Junior passait sa première épreuve officielle. Des hommes de la Darpa lui ont imposé quelques tests: dépassement d’un véhicule arrêté, demi-tour, passage d’une intersection... Junior a eu une hésitation, mais a finalement emporté l’affaire. Les 53 équipes engagées dans cette course feront ainsi l’objet d’épreuves préliminaires, afin de désigner 30 demi-finalistes, qui doivent s’affronter pendant six jours à la fin octobre, la finale étant prévue le 3 novembre.

Stanford devrait rencontrer quelques adversaires coriaces, notamment les équipes de Carnegie Mellon, du MIT, de Georgia Tech et de Berkeley. Stanford ne s’endort pas sur ses lauriers de 2005. Junior est bien plus qu’un Stanley pour le bitume. La grande nouveauté est un œil d’un nouveau genre, sur le toit. Il s’agit d’un "lidar", sorte de radar à laser. Mais celui-ci est bien supérieur à ceux qui équipaient Stanley. Il est rotatif, de marque Velodyne, et donne à Junior une vision sur 360°. Avec une perception précise des distances jusqu’à 50 mètres.

D’autres lidars (huit en tout), simples, voient plus loin ou plus près. S’y ajoutent notamment six caméras haute définition et deux GPS. Dans le coffre, deux puissants PC font tourner les logiciels qui donnent à Junior ce brin d’intelligence qui lui permet de "voir" un peu, de distinguer les éléments fixes du décor et les autres mobiles, de prendre des décisions comme freiner ou tourner, de commander les organes de la voiture pour obtenir le résultat escompté...

Si l’on en croit le Pentagone, les descendants de Junior devraient sillonner les théâtres d’opération de 2015. Sebastian Thrun clame aussi que les premières voitures civiles autopilotées pourraient faire leur apparition vers 2030.

Photo: Le prototype Junior à la veille des premiers tests (université de Stanford)

En partenariat avec:

Tag(s) : #INEDITS

Partager cet article

Repost 0