Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Compte-rendu de la visite au Bénin de Monsieur Brice HORTEFEUX

Ministre de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du Codéveloppement, sur l’approche codéveloppement.

jeudi 21 juin 2007

au centre de drépanocytose de Cotonou

dans le CNHU

___________________________________________________________________________

 

 

Participants de la table-ronde pour le secteur santé

L’accueil de la délégation Française , composée de Monsieur le Ministre Brice Hortefeux, accompagné de son cabinet, de l’Ambassadeur délégué au codéveloppement, M. Guy Seyries, accompagné de sa Chargée de mission,

en présence de M.l’Ambassadeur de France, Christian Daziano, du Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle, William Bénichou, du Conseiller Culturel, Alain Richard, du Conseiller Régional Santé, Dr Xavier Garde, et du Directeur de l’AFD, Didier Robert,

a été assuré par le Professeur Ag.Chérif Rahimy, responsable du centre de Drépanocytose, son équipe soignante, et la Directrice Générale du CNHU, Béatrice Radji.

La délégation béninoise était composée de M. le Ministre de la Santé, Dr Kessilé Tchala, accompagné de son directeur de Cabinet, Dr Yarou Moussa, du conseiller technique au partenariat, Christian Lodjou, et de M.le Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine, de la Francophonie et des Béninois de l’Extérieur, M. Okanla Moussa, accompagné de son Directeur Europe, M.Todjinou.

L’Union des Professionnels et Acteurs de Santé (UPAS)- experts béninois en France regroupés en une association créée et déclarée en France, cosignataire d’un appui au Ministère de la Santé, partenaire du codéveloppement, - était représentée par Mme le Professeur Ag. Dorothée Akoko Kindé- Gazard, Parasitologue et Représentante de l’UPAS au Bénin, ancienne Ministre de la Santé, Dr Jean-Léon Olory-Togbe, chirurgien viscéral spécialiste de la coéliochirurgie, Dr Olivier Biaou, radiologue scannériste,

Madame Marie Quenum, Coordinatrice des études, à l’INMES, et Mme Elizabeth Oloukoï, Infirmière générale du CNHU, coordinatrice des soins et de l’enseignement,

 

1- Visite et présentation du lieu d’accueil :

La présentation du centre de drépanocytose, de l’analyse des priorités de santé publique faite en 1993, jusqu’au suivi aujourd’hui de plus de 1000 enfants pris en charge par une équipe soignante motivée, par le Prof.agrégé Mohammed Chérif Rahimy, Pédiatre, initiateur et réalisateur du projet, a permis d’illustrer les étapes, difficultés et solutions, d’un succès, financé par l’Etat Béninois et reconnu par la population.

Le lieu d’accueil, comme l’a souligné le Pr. Rahimy, constitue donc un exemple réussi de ce que peut représenter le codéveloppement en santé.

 

 

 

2- Echanges :

Mots d’accueil du Ministre des Affaires Etrangères

La préoccupation des Béninois de l’Extérieur est partagée par le gouvernement et la politique d’aide au retour doit pouvoir s’appuyer sur des investissements.

Dans les nouvelles missions du Ministère des Affaires Etrangères, l’insertion des Béninois Extérieurs constitue une priorité qui va se traduire par la « création d’une agence autonome pour l’insertion sociale » des Béninois de l’Extérieur, dont le financement serait assuré par l’Etat, appuyé en termes de fonctionnement par l’assistance des bailleurs

Message du Ministre de la santé :

C’est « une greffe de savoir-faire à travers une politique concertée de retour des meilleurs spécialistes » qui est reconnue nécessaire au Bénin.

Quelques pistes de réflexion pour le court et le long terme ont été proposées:

l’édition d’un répertoire documenté portant sur l’identification exhaustive des béninois ayant des compétences dans tous les domaines ;

l’application d’un quota pour le recrutement de natifs béninois par les sociétés françaises intervenant au Bénin ;

l’évaluation de la masse d’argent transférée par la diaspora béninoise de France en direction du Bénin en vue d’une orientation plus féconde ;

l’exonération d’impôts du côté français par exemple pourrait inciter à ce type de cheminement et la plus-value ainsi dégagée participer à la mise en place d’une sécurité sociale ;

Pour faciliter le retour des ressortissants béninois, cette exemption d’impôts pourrait s’appliquer à leurs déplacements vers le Bénin lorsque ce déplacement aura été mené pour accomplir un travail public.

Et pourquoi ne pas rêver de retour vers le Bénin de spécialistes qui nous manquent dans nos facultés, dans nos secteurs de production avec leurs salaires français même réduit pendant une période d’insertion déterminée ;

le Ministère de la Santé du Bénin suggère la création sur notre territoire d’une banque de matériel médical avec une école de maintenance de matériel qui sera utile pour toute l’Afrique francophone ;

l’économie béninoise n’offre pas au Ministère de la Santé la possibilité de recruter de jeunes médecins formés sur place et qui demeurent sans emplois. Pour combler ce déficit, une des solutions pour les maintenir serait une assistance financière de la France par exemple pour les ancrer  car ces médecins sont de légitimes candidats à l’émigration vers les pays européens ;

En conclusion

« Dans le panier du codéveloppement, nous souhaiterions privilégier une thérapeutique curative à un remède symptomatique un peu comme disait Confucius il y a 3000 ans « donner du poisson à quelqu’un qui a faim c’est bien, lui apprendre à pêcher c’est mieux » !

« Si le Codéveloppement dont le Bénin s’honore d’être un laboratoire, peut accoucher d’idées novatrices fortes, ceci aiderait à soulager le poids du malaise qui pèse sur la dignité d’africains ».Il est enfin rappelé que le document cadre de partenariat (DCP) entre le Gouvernement français et le Bénin n’inclut pas le volet santé. Etant donné que la santé conditionne tout, il est demandé d’insérer ce volet dans le DCP pour permettre une meilleure visibilité des actions menées.

Présentation du Projet de codéveloppement dans le secteur de la santé par Pr. Kindé-Gazard

Objectif Général : « Promouvoir au BENIN un système de santé moderne à travers la mobilisation de l’expertise médicale des professionnels béninois résidant en France, en adéquation avec les besoins et les attentes des populations »

But : « Améliorer durablement l’accès aux soins de santé de qualité des populations béninoises grâce à la mobilisation des professionnels de la santé béninois établis à l’étranger »

Objectifs :

Médicaliser le premier niveau de soin

développer des partenariats nord-sud entre formations sanitaires

augmenter l’offre de soins hospitaliers

renforcer les capacités du personnel de santé

Améliorer les infrastructures et équipements sanitaires

Activités proposées :

Installation de jeunes médecins en milieu rural

Signature de contrat de partenariat entre structures médicales béninoises et françaises

Réalisation de missions chirurgicales pilotes par des chirurgiens béninois installés en France

Réalisation de missions de formation/recyclage

Formation aux « bonnes pratiques et assurance qualité »

Réalisation de missions de collectes de matériels hospitaliers fonctionnels et recyclables

Développement de mutuelles de santé

( Afrique Mutualité)

 

Requêtes à l’égard des 2 parties :

France:

Ouverture du DCP à la santé

Contribution au financement des activités de l’UPAS

Déduction d’impôts pour les investissements en direction du pays d’origine

Bénin:

Facilités d’obtention du visa (voyage d’études)

Financement des frais de transport

Exonération des frais de douane sur les équipements rapatriés

 

de 2 médecins (Dr Olory-Togbé et du Pr Rahimy)et d’un expert-comptable, (M. Radji) et des éléments de discussion portant sur :

Témoignages

la prise en compte des conditions de retour, d’une réinstallation, d’un positionnement administratif, d’une reconnaissance de la démarche de réinvestissement, d’une dynamique de projet, après un ‘vrai diagnostic’ des besoins avant la recherche des compétences en relation.

l’idée d’un retour encadré, accompagné, d’un réinvestissement contrôlé, d’un volontariat de solidarité internationale reconnu, comme modalité structurante de partenariat à proposer, comme solution individuelle de protection temporaire.

une compréhension commune du concept de co-développement et des messages qu’il véhicule, tant auprès des partenaires au développement qu’auprès de la diaspora, présente ici ou là.

la compréhension de la volonté d’une ‘immigration de transition’, d’une utilisation de la diaspora comme vecteur de développement structurant

l’émergence d’un projet stratégique de codéveloppement à partir des initiatives privées

les facilités de visas pour développer les périodes courtes de travail- 1 à 3 mois- ici et là, et dans les 2 sens Bénin/France, pour une meilleure ‘circulation des compétences’

.

Message du Ministre Français en charge du codéveloppement

 :

L’objectif d’une meilleure « circulation des compétences et non du pillage des cerveaux » doit guider les réflexions sur le codéveloppement, qui s’inscrit dans la politique de régulation des flux migratoires, avec des actions qui doivent être utiles aux 2 côtés:

les modalités d’accueil des étudiants en France

l’organisation des ‘allers et retours’ des compétences, avec l’appui aux ‘visas de circulation’

la recherche de conditions de travail équivalentes au retour au Bénin, avec aides financières, aide au secteur médical (bourses)

le retour après l’exercice professionnel de 3 ans, renouvelés 1 fois, avec la ‘carte compétence et talent’

la réorientation de transferts de fonds vers des investissements productifs et l’utilisation du compte-épargne et développement (Loi 2006 avec ses décrets d’application à venir) ;

l’appui à l’installation aux jeunes médecins,

la mobilisation de la ‘diaspora et des enfants de la diaspora’.. .

Un autre volet du codéveloppement vise la création de pépinières d’entreprises, d’un développement local, avec une aide au retour s’appuyant sur des crédits d’investissement, le compte-épargne développement, l’appui bancaire..

Le Ministre a bien reçu le message d’une demande du Bénin d’inscription de la santé dans le codéveloppement et d’une ouverture du DCP à ce domaine.

En conclusion :

La rencontre avec le Président, de sa délégation, en présence des 2 Ministres, de l’Ambassadeur de France et de l’Ambassadeur délégué au codéveloppement devrait permettre de prolonger ces échanges et d’y porter les requêtes reconnues pertinentes.

Fait à Cotonou le 21 juin 2007.

Documents remis

 : :
Tag(s) : #Actualités Béninoises
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :