Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Etudiant? Sans logement à la rentrée? Squattez!

Le Ministère de la Crise du logement invite des étudiants à s'installer dans dix immeubles parisiens inoccupés.


 

Le logo du Ministère de la Crise du logement

 


Un logement sur dix est inoccupé à Paris, alors que 350000 étudiants boursiers attendent un logement décent. Pour répondre à cette problématique rarement mise en avant, le Ministère de la Crise du logement a décidé d'investir des immeubles vides, afin d'en faire des appartements à l'usage des étudiants dans le besoin.

Ce collectif regroupant trois associations (Macaq, Jeudi noir et Droit au logement) a annoncé samedi que dix bâtiments de la capitale feront l'objet d'un "squattage en règle" au mois de septembre. Avant que le phénomène ne s'étende partout en France. Président de Macaq, Julien Boucher entend sortir certains étudiants de leur logement insalubre pour qu'ils puissent se concentrer sur leurs études. (Voir la vidéo)

 



 

Un formulaire électronique est mis à disposition des étudiants intéressés, qui seront ensuite sélectionnés suivant le sérieux de leur candidature. Suivront des réunions de préparation à l'entrée dans chaque immeuble, avec squatteurs avertis et avocats spécialisés.

Chaque endroit a été repéré de longue date et le processus est rodé. Reste qu'il faut être prêt à recevoir la visite de l'huissier et à effectuer quelques travaux. Changement des ampoules, peinture et pose d'une douche sont généralement les seules tâches à accomplir.

Aucune expulsion n'aura lieu durant la première année d'occupation, assure le Ministère de la Crise du logement. Et le loyer sera modique. Après les frais d'installation (de 300 à 400 euros), les coûts mensuels se limiteront aux charges d'électricité et d'eau. L'adresse du squatteur sera reconnue par la Poste et les impôts.

Quant à la taille des logements, elle dépend de la configuration du bâtiment, mais environ 50 m2 (fermés à clé) sont promis à chaque étudiant, à moins qu'il n'opte pour la colocation.

L'objectif est de livrer des habitations quasiment "clé en main", et de passer ensuite d'une occupation illégale à une solution pérenne, à l'image de ce qui a été réalisé pour le QG du "ministère". Ce bâtiment haussmannien de sept étages, en face de la Bourse, a été investi le 1er janvier. Entièrement rénové, il accueille aujourd'hui onze familles en mal de toit.

La Mairie de Paris, qui s'est aussitôt saisie du dossier, vient d'ailleurs de préempter l'immeuble, appartenant à une compagnie d'assurance. Des locaux qui vont être transformés en logements sociaux. Le geste relève du symbole, mais il s'inscrit dans la lutte pour l'application du droit au logement opposable, selon le maire écologiste du IIe arrondissement de Paris, Jacques Boutault. (Voir la vidéo)

 



 



Tag(s) : #RUMEURS

Partager cet article

Repost 0