Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Projet de loi sur l’immigration : Une déclaration de guerre contre les immigrés et les organisations de solidarité
 
Monsieur Brice HORTEFEFEUX, Ministre de l'Immigration,  de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Co-développement  a présenté aujourd’hu i en Conseil des ministres le projet de loi relatif à la maîtrise de l'immigration, de l'intégration et de l'asile. Ce texte qui devrait être examiné en session parlementaire extraordinaire cet été, est  une sérieuse source d’inquiétude.
En effet, décrié en avant première par les Collectifs de sans papiers, les organisations démocratiques françaises et de la diaspora le projet de loi constitue une attaque frontale sans précédent contre les travailleurs sans papiers en particulier, les immigrés en général et les droits des français en ce que ce :
·        Il n’offre aucune perspective aux sans papiers que le retour alors que leur régularisation était déjà bloquée depuis que l’actuel Président de la République était Ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire.
 
·        Il participe à la déstabilisation de ceux qui sont déjà régularisés  en créant des verrous qui r endent pratiquement impossibles le regroupement familial au moment où la plupart de ceux qui avaient obtenu un récépissé du temps des lois Chevènement ne disposent à ce jour que d’une carte d’un an renouvelable, participant cyniquement au financement de ceux expulsés pour défaut de papiers !
 
·        Il s’attaque aux citoyens français en incriminant la solidarité et en encourageant la délation au moment où les entreprises de plus en plus spécialisées dans le travail au noir qui bat tous les records, y compris certaines de celles qui sont sous co ntrat dans une des résidences présidentielles se frottent les mains : il n’y a aucune conséquence  juridiques contre ces négriers modernes !
C’est dans ce cadre qu’il faut situer  l’un des enjeux de la Déclaration du 1er juillet 2007bdu Collectif « Uni-e-s contre l’Immigration Jetable »  constitué de plus de 800 Associations dont IACD : 
« Nous refusons le projet de loi que prévoit le gouvernement sur l’immigration ! La nouvelle réforme du Code de l’Entrée et du Séjour de Etrangers et du Droit d’Asile (CESEDA) conduit à une négation radicale des droits fondamentaux de la personne. Elle restreint encore plus radicalement le droit de séjour pour les familles, les conjoint, les enfants, de toutes celles et ceux qui construisent leur vie en France. Elle entérine la quasi disparition de cet outil d’ « intégration » qu’était la carte de résident (…).
L’Immigration ne peut commencer avec la répression et se terminer par des raffles, des détentions et des expulsions ; elle ne peut pas être partagée entre  les brutalités  policières  et les dispositions sécuritaires. Il faut un véritable changement de la politique de l’Immigration en Europe et en France en particulier que celle basée sur la « préférence communautaire », la violation et la négation des droits fondamentaux, c’est-à-dire du droit de vivre en famille et d’avoir une vie privée, du droit des femmes et des enfants, du droit de travailler et de se soigner… au mépris de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, de la convention de Genève, de la Convention des Nations Unies sur les Droits de l’Enfant…
IACD appelle le gouvernement FILLON à plus de respect des Conventions internationales ratifiées par la France et ouvrir un nouveau chapitre autre que celui qui fait la chasse aux sans papiers et à leurs enfants, en rompant avec la théorisation et l’organisation du communautarisme d’Etat. Cela débouche sur le racisme et encourage la xénophobie.
IACD International appelle les Collectifs de sans papiers, les organisations de soutien à plus de vigilance et d’unité dans les actions en défense des sans papiers, pour la régularisation avec l’obtention de la carte de 10 ans, la libération des détenus pour défaut de papiers, la reconnaissance du droit d’asile et la mise en œuvre d’actions de développement qui mettent les immigrés intéressés pour le retour dans les pays d’origine au cœur de projets viables de développement afin de participer à la stabilisation des populations en amont.
Fait à Paris, le 4 juillet 2007
 
Tag(s) : #ACTIVITES MILITANTES

Partager cet article

Repost 0