Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 
Mauvaise gestion à la Sbee :Yayi Boni livre Luc da Matha et Adjanohoun [13 juillet 2007]
La passation d’un marché gré à gré de plus de 3 milliards Fcfa à la Société béninoise de l’énergie électrique (Sbee) ne cesse de rebondir. Depuis hier jeudi 12 juillet 2007, elle connaît un autre développement. Les mis en cause, Célestine Adjanohoun et Luc da Matha ont à faire avec le président de la République Yayi Boni à qui ils n’ont jamais marchandé leur soutien. Malgré cela, le chef de l’Etat se refuse d’intervenir d’une manière ou d’une autre dans le dossier, renvoyant ainsi les concernés devant l’Inspection générale de l’Etat (Ige). ...

L’épée de Damoclès est toujours suspendue au-dessus de Célestine Adjanohoun et de Luc da Matha, anciens directeurs généraux de la Sbee, aujourd’hui membres de l’Assemblée nationale, 5ème législature. Lâchés par le chef de l’Etat Yayi Boni qui n’a aucune intention de les protéger, ils ont désormais le dos au mur. Qu’à cela ne tienne, ils seront obligés de se justifier devant l’Ige qui est à leur poursuite. Il faut dire qu’à ce sujet, et l’un après l’autre, ils passent devant cette instance et les commissions d’enquête dirigées depuis la présidence de la République. Ceci pour se défendre contre les accusations dont ils sont accablés. Il leur est reproché la violation du code de passation des marchés publics pour avoir signé un marché de gré à gré de plus 3 milliards Fcfa au moment où Célestine Adjanohoun était directrice générale de la Sbee. Quant à Luc da Matha, successeur de Adjanohoun à la tête de la même société, les accusations qui sont dressées contre lui, n’ont pas de frontière entre elles. A la seule différence que les montants incriminés sont moins importants dans le dernier cas. Toutefois, tous deux sont rendus responsables de la mauvaise gestion à la tête de ladite société. La poursuite engagée contre eux, ne vient que de commencer. Le reste va certainement se dérouler à l’Assemblée nationale, où les intéressés siègent actuellement. Tout porte à croire que le président de la République s’apprête à demander la levée de l’immunité parlementaire des mis en cause. Après les vagues de dénonciations, le chef de l’Etat est désormais décidé à sévir et a même demandé à ses deux alliés d’aller régler leurs problèmes avec l’Ige. Et de bonnes sources indiquent que la demande de cette levée de l’immunité de ces députés de la liste Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) ne tarderait pas à atterrir sur la table du président de l’Assemblée nationale, Mathurin Nago. La situation fait suite, selon les mêmes sources, aux résultats de la commission d’enquête mise sur pied par le chef de l’Etat pour voir clair dans le dossier. Selon ces sources, d’importantes révélations ont été faites au chef de l’Etat sur le sujet. Le rapport des membres de cette commission aurait confirmé toutes les accusations des membres du Fonac contre les deux directeurs de la société qui ont passé un contrat de gré à gré pour la fourniture de matériels avec une entreprise étrangère. Une autre source ajoute que les révélations de Martin Assogba sont également fondées pour ce qui concerne les boissons commandées pour la somme de 26 millions de francs. Si toutes les informations sont vérifiées, la levée de l’immunité des deux députés ne saurait tarder avec l’ambiance qui prévaut actuellement au Palais des gouverneurs à Porto-Novo. Outre les députés du Parti du renouveau démocratique (Prd), du Parti social démocrate (Psd), du Mouvement africain pour la démocratie et le progrès (Madep) qui se liguent contre le changement, il y a les députés Fcbe qui ne trouvent pas d’inconvénient à suivre le mot d’ordre du chef de l’Etat, exaspéré par l’ampleur de la situation.

Jean Christophe Houngbo (Br. Ouémé/Plateau)

Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0