Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Une affaire qui confirme que la raison d'Etat nous égare
 
Bonjour,
  je voudrais bien savoir sur cette affaire de telecom. Qui peut me l'expliquer. Les differentes interventions des deux cotes ne me convainquent pas et je ne comprends pas grands choses. De quoi il s agit en fait qu estce qui a ete fait et qu est ce qu'on devra faire et comment proceder? Chers listier, m erci de m eclairer s'il y a un specialiste.
 
 

CHRISTIAN D HOUSSOU wrote:
Pour vous apporter ma petite contribution
Il y a une autorité transitoire de régulation des télécom, composée, entre autre, de membres de la société civile, parmi lesquels des gens qui n'ont jamais lu une loi ou une règlementation sur une concession de droit public, qui était chargée de faire l'état des lieux sur le réseau GSM et sur les contrats des opérateurs installés dans le secteur, à la faveur, avouons-le, des accointances avec l'ancien pouvoir et qui se sont grassement enrichis depuis.
Les choses ont très mal fonctionné, comme elles continuent de l'être dans d'autres secteurs et, comme ce gouvernement n'est préoccupé que par les coups d'éclats sans profondeur, il a autorisé la mise hors tension des opérateurs dont il est question, qui ne se sont pas mis en conformité avec les nouveaux cahiers des charges, malgré de multiples rappels.
Il faut avouer que les sommes étaient importantes et que le désir de se dérober à ces nouvelles contraintes d'un Etat qui se voudrait de droit étaient les seuls mobiles ayant amené lesdites sociétés dans cette position attentiste et opportuniste, rendant inéluctable la rupture qui ne devrait pas se présenter aujourd'hui que comme une simple affaire de non paiement de redevance.
La licence valait moins d'un milliard de Fcfa au départ, Séverin ADJOVI était ministre et commerçant dans le tour de table entre les sociétés, à l'époque; tous les fonctionnaires du secteur s'étaient sucrés au passage jusqu'aux dernières et nombreuses attaques de Me Lionel AGBO contre cette cupidité monstrueuse qui n'avait même pas permis au coût unitaire des communications d'être des plus compétitifs de la sous région.
La licence a fini par être portée à cinq milliards, sous Gaston ZOSSOU; une bagatelle comparativement à tous les pays du monde; personne ne lui demande des comptes aujourd'hui dans ce qui peut être considéré, à juste titre, comme un crime économique des temps modernes.
Ce sont ces 5 milliards que ne règlent toujours pas lesdits opérateurs et à l'heure du bilan, leurs astuces respectives ont consisté à se substituer des sociétés nouvelles, MOOV pour TELECEL et MTN pour AREEBA, qui avait déjà connu une première mutation du même type, il n'y a pas si longtemps.
Ce sont les nouvelles entités qui vont s'inscrire pour payer la nouvelle licence fixée désormais à 30 milliards de F cfa. Les autres entendent créer leur insolvabilité, en disparaissant, et, ainsi, échapper au règlement de leurs arriérés; tout ceci astucieusement entretenu par les anciens régulateurs qui pourraient en répondre et qui, espérons-le, auront perdu toute possibilité d'investir à nouveau le milieu.
C'est le refus de reconnaître ces nouvelles sociétés par l'autorité de régulation qui a surtout posé problème, puisque la cession de AREEBA à MTN n'était plus une question de jour quand les nouvelles mesures ont surgi. Les affiches publicitaires trônaient déjà sur les grands panneaux dans tout le pays.
Il faut dire que les choses ont quand même changé depuis et on pourrait bien croire que ces bonnes affaires qu'on passait en douce, pour la prospérité de sa famille, de son clan, sont résolument d'une autre époque
Maintenant il y a le contenu des contrats qui ne profitent pas à l'Etat béninois, depuis que j'en ai pris connaissance. Comme cela se dit, des cadres ont pu faire aussi mal aux intérêts de leurs pays, en verrouillant sur dix ans toutes les possibilités de réviser une telle concession avec des intérêts privés et étrangers qui n'en demandaient pas tant!
Ecoutez les moyens de défense de telecel BENIN SA "Telecel-Benin S.A est titulaire d’une licence accordée par l’Etat Béninois et dont les conditions financières ont été fixées le 24 août 2004 pour 10 ans de manière ferme et non révisable ; Cette licence est donc valable jusqu’en 2014 et ne saurait faire l’objet d’une révision unilatérale avant son terme".

Personne n'est excusable y compris les députés qui voudraient donner des leçons aujourd'hui, au rang desquels sont tapis beaucoup de ces opérateurs GSM, détenteurs de chaînes de télé et pourtant débiteurs de l'Etat dans des proportions insoupçonnables..
Issa Salifou pour la petite histoire, doit à la SOBEMAP plus de deux milliards de FCFA au titre des redevances qu'il a perçues mais non remboursées au titre du parc tampon unique, rappelez-vous cette aberration du temps de KEREKOU! Il est aujourd'hui de la mouvance présidentielle; Un comble!
Le député TIDJANI SERPOS vient de laisser échapper, vous le lirez dans le dossier de presse ci-dessous, "que l’Autorité transitoire de régulation est illégale. Car selon lui, aucune structure de ce genre n’est valable sans l’avis de l’Assemblée nationale. Un autre a renchéri, du nom de Nassirou Bako Ari Fari, élu sur la liste Union pour la Relève (Upr).  Il se dit très inquiet après avoir entendu le ministre de la Communication qui dans son intervention, a révélé qu’il n’y a pas eu d’études avant a décision du gouvernement. Et quand selon lui, un gouvernement s’engage dans une opération de cette envergure sans le minimum de prudence, il faut craindre le pire.
Il y a un peu de tout dans cette affaire et pour la sécurité des affaires en Afrique. il nous reste beaucoup à faire; il ne faudrait pas confondre rigueur et précipitation
Ce n'est pas réellement un sac à noeuds, mais il va falloir en défaire beaucoup pour se sortir de ce qui pourrait se révéler être un véritable imbroglio judiciaire, si les divers acteurs, surtout au niveau de l'Etat n'avaient pas renoncé à aller vers des compromis et avaient bien pris la mesure des choses et de leurs responsabiltés.
Les conséquences socio économiques sous-jacentes sont énormes
pour l'Etat, en amont, pour les manques à gagner et en aval, pour les retombées en termes de condamnations judiciaires; ce n'est pas une nouveauté dirais-je
pour les fournisseurs de ces opérateurs ça pourrait être la disparition de certains PME
pour le consommateur, aucun respect pour ces catégories dont certains, dans des zones inaccessibles entretiennent de nombreux contacts par leur ligne téléphonique
pour les milliers de salariés
pour les familles de ces salariés
C'est tout ce que je sais
Bon weekend
Désiré

Le Benin d'hier, d'aujourd'hui qui prepare un lendemain pour ses generations cadettes...
 
Il y a eu pas mal de lumiere qui expliquent les relations de causes a effets dans cette affaire de GSM... Merci a Mr. C. D. Houssou.
 
La Lecon: si nos jours d'independances se fetaient dans une liesse de joie maintenant, ils doivent se celebrer dans la grande reflexion sans vin, ni repas, ni meme parade, mais dans le plus grand silence reflexif, etant donne que nous n'avons plus de victoire a feter sur le yovo ou le blanc, mais plutot a reflechir sur nos faiblesses...
 
G. Koty
Tag(s) : #Politique Béninoise