Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

APA-Cotonou (Bénin) 
Le secrétaire général de la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (CSTB), Gaston Azoua, a appelé mardi à Cotonou le Président Yayi Boni à renoncer à sa récente décision de privatiser certaines sociétés d’Etat.
« La libéralisation et les privatisations des entreprises d’Etat constituent un pendant du Programme d’ajustement structurel (PAS) combattu sous toutes ses formes par les travailleurs des pays en développement, notamment ceux du Bénin », a indiqué M. Azoua.
Ces luttes de travailleurs « ont pris des formes diverses, marches, sit-in, grèves et ont assené aux pouvoirs des présidents Mathieu Kérékou et Nicéphore Soglo des coups de boutoirs suffisants pour qu’ils renoncent », a-t-il rappelé.
Le syndicaliste qui s’exprimait devant la presse, a estimé que dans leur recul en catastrophe, les auteurs des privatisations et des libéralisations ont dû changer le nom du programme devenu ’’Document de stratégie de réduction de pauvreté (DRSP)’’ puis ’’Stratégie pour la croissance économique (SCRP)’’.
« Les travailleurs béninois ont de bonnes raisons de considérer ces reculs comme un acquis qui a permis de conserver dans le portefeuille de l’Etat l’ensemble de ses entreprises stratégiques », a-t-il dit, ajoutant que les travailleurs béninois sont surpris de la résurgence des élans de privatisation du régime de Yayi Boni.
Selon le gouvernement béninois, les privatisations en vue visent l’assainissement du cadre macroéconomique et des finances publiques, l’amélioration de la compétitivité économique et la construction d’un Bénin émergent.
Ces privatisations concernent notamment la Société nationale pour la promotion agricole (SONAPRA), le secteur de l’énergie, les télécommunications, le secteur cimentier et le secteur portuaire.
S’agissant de la SONAPRA, la cession de cet outil industriel devra être opéré au plus tard le 30 septembre 2007.
« L’actionnariat sera ouvert aux adjudicataires ayant une situation financière saine, aux producteurs de coton, au personnel de la SONAPRA, au public béninois et étranger et à l’Etat », indique la même décision.
Concernant le secteur cimentier, il a été décidé « la cession avant le 31 mars 2008, par le marché financier régional et par appel d’offres international, des actions détenues par le Bénin dans la Société des ciments d’Onigbolo (SCO), après évaluation et suite au retrait du Nigeria du capital social.
Le gouvernement s’engage, par ailleurs, à poursuivre l’évaluation de la restructuration en cours de la Société Bénin Télécoms SA et à ouvrir son capital social aux privés, à hauteur de 51% avant le 30 juin 2008.
Quant au secteur de l’énergie, le gouvernement va poursuivre sa réforme par l’assainissement de la Société Béninoise d’Energie Electrique (SBEE) et la création d’une société publique de patrimoine chargée de réaliser des investissements.
Une société mixte de gestion dont le capital social devra être ouvert au secteur privé à hauteur de 51 % sur le marché financier régional et par appel d’offres international, au plus tard le 30 septembre 2008, devra assurer la distribution de l’énergie électrique.
MT/aft/od/APA 24-07-2007
Tag(s) : #Politique Béninoise