Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lucien Médjico

``Au nom de l’unité nationale, Boni Yayi doit retirer sa lettre à Nago’’

Lucien Médjico s’est prononcé sur les sujets qui défrayent actuellement la chronique. La lettre du chef de l’Etat à l’Assemblée nationale relative à sur la levée de l’immunité de Célestine Adjanohoun et de Luc da Matha, le dossier Gsm et l’appréciation qu’il fait de la gestion actuelle du pouvoir ont été hier au Codiam de Cotonou au menu de sa conférence de presse.

``Notre pays a besoin de la paix et de la cohésion nationale et Kérékou ne nous a pas habitués à autre chose’’. Lucien Médjico à l’occasion de sa dernière sortie médiatique, n’est pas allé par quatre chemins pour décrier la gestion qui est faite du dossier de la malversation à la Sbee et de celui de la mise hors tension de Moov et Areeba. Au sujet de la Sbee et des mis en cause, le conférencier affirme ne pas comprendre la démarche et la précipitation du chef de l’Etat quant au dénouement de ce dossier. ``Je suis d’accord avec le pouvoir et le Fonac, je ne suis d’ailleurs ni de l’opposition ni de la mouvance mais il faut éviter de casser trop d’œufs pour faire son omelette et confondre courage et entêtement’’ a déclaré le conseiller Lucien Médjico. Selon lui, la lettre du chef de l’Etat n’est pas la bienvenue et les conséquences qui en découlent quant à la sécurité des deux personnalités sont énormes. Pour lui, la corruption est aussi vieille que le monde et en lieu et place d’une lutte contre la corruption, le chef de l’Etat ferait mieux de se pencher sur celle contre la pauvreté. ``Ma position n’est pas celle du diable mais humanitaire et pour des personnes qui ont servi leur nation, nous devons, avant les conclusions de l’enquête, avoir des réserves et ne pas les livrer au lynchage’’ a-t-il déclaré. Sur les Gsm, il dit être d’accord avec le gouvernement. ``Les opérateurs de téléphonie mobile doivent payer le prix juste afin de calmer la douleur du peuple’’ reconnaît-il. Mais, il demande que les deux parties ramènent la balle à terre pour ne pas mettre le Bénin à genoux. D’ailleurs, il souhaite que les négociations se poursuivent et qu’elles aboutissent au plus vite. ``On ne veut pas savoir aujourd’hui la passerelle qui existe entre les Gsm et l’Etat. Mais Boni Yayi doit faire attention. Car, il a à faire à la haute mafia’’, a-t-il conclu.


Angelo DOSSOUMOU, 27 juillet 2007
Tag(s) : #RUMEURS

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :