Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers Frères et Soeurs

Par la présente note, je vais répondre à quelques une des questions du frère Ganiou de Cotonou.


1)      Je n’arrive pas à comprendre que ceux qui sont résolus et qui veulent lutter pour l’Afrique résident pratiquement tous en Europe. J’estime qu’ils n’auront qu’un souvenir partiel du vécu quotidien des Africains. Mieux, même les initiatives sont tenues en Europe si bien que les concernés (Africains) ne sont au courant qu’en dernier ressort



Réponse:

<<  Nous les Africains d’outre-mer avons une conscience aiguë de la nécessité de recouvrer l’Afrique. Il s’agit là d’une connexion historique que l’on ne doit pas prendre à la légère, l’Afrique peut se sauver grâce à cette idéologie panafricaine. De tous les continents, l’Afrique est souvent apparue comme totalement déconcertée par ses enfants, semés de par le globe. Ceci est dû en grande partie à l’état de confusion dans lequel les enfants de l’Afrique eux-mêmes se trouvent. Souvent détachés et isolés de l’Afrique, nous assumons une nouvelle identité, et sommes doublement perdus, zombies au milieu de villes de pierres et d’acier dans les Amériques. Et pourtant, il est impératif que l’Africain en Colombie, l’Africain au Brésil, l’Africain en Guadeloupe, et l’Africain à la Jamaïque soient inclus dans le projet de l’Afrique. De même que l’européen australien qui vit à des centaines de kilomètres de l’Europe participe au projet culturel européen, l’Africain doit faire partie du projet culturel de l’Afrique, que ce soit à Cuba, ou aux Etats-Unis, à Haïti, ou au Nicaragua, en Martinique, au Mexique ou en Guyane. >>
Molefi Kete Asante
L’Afrocentricité , Ed. Menaibuc 2003, p.185
____________ _________ _________ _________ _________ ______




2)      De tous les courriels reçus, je n’ai pas souvenance d’avoir lu un seul qui fait état d’un point de vue maghrébin (Afrique du nord) encore moins de l’Afrique Occidentale (exception faite au Sénégal). Je me demande in fine, de quelle Afrique veut-on parler ? a cet égard, je souhaite une plus large contribution des africain résident en Afrique afin d’en relayer la teneur de vos magnifiques et fécondes idées.


Réponse:

Thomas SANKARA : « L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir. Seule la lutte libère... »


____________ _________ _________ _________ _________ ______



3)      Dans tous les cas, je considère que l’ensemble des membres de ce forum mène un combat véritablement noble, mais il faut avoir une vision pragmatique des choses notamment le développement des Ressources humaines adéquates pour le reversement de la vapeur en Afrique, pour une Afrique émergente. Je vous donne volontiers mon exemple : J’ai commencé à travailler au sein d’une agence générale d’assurances dès l’obtention du Bac G2 comme assistant comptable. Plusieurs années plus tard, je suis aujourd’hui, notamment, titulaire d’un MBA en Gestion des Ressources Humaines. Je vous assure que j’ai du mal à mettre en pratique mes nouvelles compétences parce que j’étais comptable dans une société. Par cet exemple, je voudrais souhaiter qu’il faille que vous, braves gens de l’extérieur, nous aidiez à faire travailler les africains à juste valeur où qu’ils soient en Afrique. Je souligne cette situation parce que j’ai été "choqué " de constater sur Africagora, l’existence d’une base de donnée de compétence africaine en France alors qu’une pareille base de données fait défaut en Afrique. A ce sujet, je m’interpelle et me pose la question : L’intelligentsia Africaine de la diaspora ne peut-elle pas servir d’éclaireur par exemple en constituant un lobby pour opérer des recrutements objectifs au service de nos nations (afin de lutter contre la corruption et d’autres maux)?


Réponse:

<<  Si nous devons survivre, ce sera grâce à nos efforts, à notre propre initiative. Les faibles ne survivront pas dans les siècles durs, éprouvants, hérissés d’obstacles multiples qui vont suivre. Je fais appel à la fois à l’élite intellectuelle et aux communautés illettrées de notre race. Nous devons travailler ensemble. Ceux d’entre nous qui sont avantagés intellectuellement doivent faire preuve de patience envers les illettrés et les aider à voir clair. Si vous vous trouvez membres d’une même organisation, et que l’illettré essaye de vous mettre dans l’embarras, ne vous laissez pas emporter par une réaction de dégoût : souvenez-vous plutôt qu’il agit ainsi par ignorance. Votre devoir est d’être patient et de ne pas lui en tenir rigueur, car notre but consiste non pas à servir un intérêt personnel, mais à contribuer au développement de la race toute entière. C’est dans cette perspective, et au nom de cette conviction que je fais le sacrifice de moi-même pour aider cette race foulée aux pieds qu’est la mienne.  >>
Marcus Garvey
Marcus Garvey, un homme et sa pensée, Paris 1983 Editions Caribéennes, p.154-155
____________ _________ _________ _________ _________ ______


Ganiou Liady <g_liady@yahoo. ca> a écrit :

Mesdames & Messieurs,
 
Je suis 100% africain, béninois de 32 ans. C’est avec un immense et réel plaisir que je vous lis toutes les fois que je reçois les opinions exprimées dans les différents mails. Mieux, j’apprécie fortement l’appropriation démocratique des échanges (certainement due au niveau intellectuel des membres).
Aujourd’hui, j’ai décidé de savoir plus sur certains points de vue déclinés par les uns et les autres.
J’ai plutôt l’impression d’un combat panafricaniste "biaisé" Tenez, à titre d’explicatif :
1)      Je n’arrive pas à comprendre que ceux qui sont résolus et qui veulent lutter pour l’Afrique résident pratiquement tous en Europe. J’estime qu’ils n’auront qu’un souvenir partiel du vécu quotidien des Africains. Mieux, même les initiatives sont tenues en Europe si bien que les concernés (Africains) ne sont au courant qu’en dernier ressort
2)      De tous les courriels reçus, je n’ai pas souvenance d’avoir lu un seul qui fait état d’un point de vue maghrébin (Afrique du nord) encore moins de l’Afrique Occidentale (exception faite au Sénégal). Je me demande in fine, de quelle Afrique veut-on parler ? a cet égard, je souhaite une plus large contribution des africain résident en Afrique afin d’en relayer la teneur de vos magnifiques et fécondes idées.
3)      Dans tous les cas, je considère que l’ensemble des membres de ce forum mène un combat véritablement noble, mais il faut avoir une vision pragmatique des choses notamment le développement des Ressources humaines adéquates pour le reversement de la vapeur en Afrique, pour une Afrique émergente. Je vous donne volontiers mon exemple : J’ai commencé à travailler au sein d’une agence générale d’assurances dès l’obtention du Bac G2 comme assistant comptable. Plusieurs années plus tard, je suis aujourd’hui, notamment, titulaire d’un MBA en Gestion des Ressources Humaines. Je vous assure que j’ai du mal à mettre en pratique mes nouvelles compétences parce que j’étais comptable dans une société. Par cet exemple, je voudrais souhaiter qu’il faille que vous, braves gens de l’extérieur, nous aidiez à faire travailler les africains à juste valeur où qu’ils soient en Afrique. Je souligne cette situation parce que j’ai été "choqué " de constater sur Africagora, l’existence d’une base de donnée de compétence africaine en France alors qu’une pareille base de données fait défaut en Afrique. A ce sujet, je m’interpelle et me pose la question : L’intelligentsia Africaine de la diaspora ne peut-elle pas servir d’éclaireur par exemple en constituant un lobby pour opérer des recrutements objectifs au service de nos nations (afin de lutter contre la corruption et d’autres maux)? 
4)      Je voudrais une fois de plus saluer les échanges démocratiques qui alimentent ce forum. En revanche, voudrais-je me permettre d’exprimer mon point de vue sur la circulaire préfectorale en direction des sans papiers. 
a)      Si on souhaite vous qu’il faille les régulariser ? Dans ce cas, à qui reviendra la charge de déterminer les conditions ? si nous sommes d’accord que c’est la République Française qui se chargera de déterminer les conditions, personnellement je ne trouve pas l’opportunité de débat. Plutôt, j’inviterai les uns et les autres à se mettre en règle. 
b)      Par contre, si on veut les laisser dans cet état ? on aura pas finit d’entendre parler de rafles qui affligent des traitements à la limite inhumains aux nôtres. Je ne comprends vraiment pas pourquoi il est si difficile de se conformer à la loi des états de "résidence". Acceptons qu’ils ne soient pas responsables de la porosité de nos frontières qui laissent entrer qui veut !  Je crois qu’il faudrait également penser à initier une culture de respect des lois des pays d’accueil, en afrique.
c)      Quant au message du Président Français, nous en méritons toute la teneur et n’avons qu’à en prendre à nous mêmes. Ce n’est que le prolongement d’un héritage colonial.
NB : Ceci n’est qu’un point de vue.
 
Cordialement,
 
 
Ganiou LIADY
Cotonou, République du Bénin
 


"Seule activité humaine capable de contrôler l'exercice du pouvoir
de façon positive,
le doute est essentiel à la compréhension" . (John Saul)
Tag(s) : #ACTIVITES MILITANTES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :