Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

GIF - 81.6 ko

Pour un raciste condamné, combien en cavale ?

« Ah voilà Bamboula », « Ne prends pas ma règle tu vas la salir » ou encore « Chouaib, souris la nuit, sinon je vais t’écraser »… Mauvais et pas marrant pot pourri de blagues racistes du temps jadis, infligées à Chouaib, adolescent de 17 ans originaire d’Angola, d’octobre 2006 à février dernier, par son professeur de mathématiques. Une fois n’est pas coutume, plainte a été déposée, instruction menée et verdict rendu. Le prof était absent, le 20 août, au tribunal correctionnel d’Epinal. Il avait un mot du médecin (comme Doc Gynéco, pour pouvoir sécher un concert à Bandol, après son catastrophique et glorieux show helvétique). Un mot diagnostiquant « un état de stress consécutif aux accusations portées à (son) encontre ». Il a été condamné à un mois de prison avec sursis (sans doute a-t-on eu peur qu’il ne récidive au contact des caïds enchristés… à moins qu’on ait redouté qu’à son tour, à l’école du vice, bon élève il ne se mît à briller…) et 1500 euros d’amende. Ah, j’allais oublier l’essentiel : le lycée lui a infligé un blâme. Avec ça, le voilà bien puni ! Un gamin traitant un prof de « sale Blanc » s’en tirerait-il avec juste un blâme ? Pourtant, des deux, « républicainement », moralement et « éducativement » parlant, le plus coupable, c’est bien le prof, c’est lui l’obligé à l’exemplarité ? Quel sens peut bien avoir ce blâme ? Quel sens peut bien avoir ce blâme au regard de la condamnation pénale et d’une amende (fut-elle si peu élevée, même pas un mois de salaire !) ?

« Pour ne pas faire d’histoires », Chouaib ne répondait rien aux « Retourne dans ton pays manger des bananes » ou autre « Tu es noir, tu voles ». Ce sont quatre autres élèves qui ont dénoncé le professeur à la direction du lycée.

« Mon client est un peu bourru avec un franc parler qui n’est pas admissible, ce n’est pas quelqu’un de raciste », a plaidé Me Stéphane Jiurana, avocat du professeur. « J’ai tenu des propos indignes de la part d’un professeur, je l’ai traité de Bamboula parce que son comportement jovial en cours me faisait penser à un fêtard », a-t-il tenté de s’expliquer. Me Jiurana a précisé que son client s’était « excusé à de nombreuses reprises » et avait déjà « été sanctionné d’un blâme par l’autorité administrative ».

Le voilà, le sens du blâme…

Mais le plus étonnant, vous en conviendrez, c’est que la Licra et le Mrap – qui, rappelons-le, n’eurent pas la moindre réaction lorsque deux éboueurs se firent agresser rue des Rosiers, à Paris, en 2006 -, parties civiles dans cette affaire, ont également, suite à ce verdict, empoché 1500 euros…

Au nom de quoi ? C’est devenu un nouveau sport, une nouvelle façon de faire rentrer du blé ? Ca consiste en ça, l’antiracisme ? Si c’est ça, je m’y mets ! Et le Gri-Gri derrière, je suis sûr aussi ! Le charmant moyen d’arrondir les faims de moi de tous ces cochons sans âme.

Alors, on résume : un prof raciste se fait poirer la bouche pleine de vilains mots. Bilan : 1 blâme + 1 mois de sursis + 1500 € pour la victime + 2 X 1500 € pour les descendants de victimes favorables au rapprochement entre les peuples. Avec, en bonus, une petite campagne pas chère. Légitime. Morale même, si vous y tenez. Parfaite. Idéale pour contrer la contenue éruption de racisme médiatique et politique consécutive au procès du frère du Garde des sceaux. Ca fait quoi, Mme Dati, de devenir « la sœur en Sort médiatique » de Tariq Ramadan ? Et oui, c’est dégueulasse, le racisme télévisuel, journalistique. Presque autant que le racisme politique. C’est moche comme les élites. Ca ne vous a pas échappé, j’en suis sûr, Mme Dati, les histoires de votre frère, dans l’opinion, n’ont pas déclenché de tempête. Je parie mon salaire contre le vôtre que, dans la rue, vous recevez plein de messages de sympathie, de soutien. Ils sont comme ça, les Français. Vous êtes en train de devenir la Lucy Ewing du grand « Dallas » dans lequel les fait vivre Nicolas Ewing. Ils vous aiment déjà bien. A part les journalistes – la preuve ! -, qui en parle encore ? Alors bien sûr, les juges, eux, ils ont voulu faire un exemple, démontrer leur indépendance. C’est pour ça qu’en appel, ils ont été encore plus sévères avec votre frère. C’est de votre faute. Au moment de monnayer auprès du Ranch une défense digne de ce nom pour lui, fallait pas accepter le complice de Noachovitch chez Courbet ! En le voyant, les magistrats ont vu venir aussi les caméras. Ils ont guéri sans prévenir. Pas de quoi ironiser. Ni lui ni vous ne méritez ça.

Le Blanc masqué

Tag(s) : #ILS ONT DIT...

Partager cet article

Repost 0