Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il était une fois Bob Denard, criminel d’Etat et face cachée de la France en Afrique 
16/10/2007

 

Afrikara

 

Un vieillard atteint de la maladie d’Alzheimer s’est éteint un jour d'octobre 2007 dans sa Gironde natale en France à 78 ans, libre de ses mouvements et jouissant de ses biens, de sa famille, de ses ultimes jours de vie comme tout honnête homme aurait souhaité le faire. Cet homme n’est pas n’importe quel vulgum pecus, mais Robert Bourgeaud dit Bob Denard, semence de l’enfer, criminel officieux de l’Etat français en Afrique, qui s’en est allé après un demi siècle à verser le sang d’innocents nègres, arabes, asiatiques.

 

Bob Denard est un nom, un visage, un symbole. Combien de morts par son action directe et indirecte en Afrique, combien de torturés, de suppliciés comme l’ont été les opposants comoriens ? Très peu de médias insistent sur la longue carrière dans le crime raciste de cet homme de basses manoeuvres. Il faut rappeler que Bob Denard agira toujours dans l’intérêt d’une France convaincue que sa présence en Afrique devait se maintenir quel que soit le prix à payer pour les Africains. Il n’aura de cesse de le rappeler et entretiendra toute sa "carrière" durant des relations plus ou moins directes avec les services secrets français.

C'est presqu'une institution qui disparaît, et un mode opératoire "historique" du néocolonialisme français qui ne cesse de se renouveller, dans ses agents, acteurs et stratégies. Bob Denard et ses commanditaires n'ont pas seulement assassinés des hommes et des femmes, mais une Afrique qui se voulait différente du théâtre de précarités et de violences dans lequel elle a été entraînée.  

 

En effet fils de sous-officier de l’armée coloniale, Bob Denard fait ses classes en Algérie et en Indochine pendant les décolonisations. Très vite il devient un agent de l’ombre craint dans toutes les chancelleries africaines, intervenant par préférence pour empêcher les peuples africains d’accéder à la liberté de leurs options politiques. Il se retrouve donc dès 1961 au Katanga du côté des forces rebelles, avec ses hommes de main, et sera en mission en Angola (1975), à Cabinda (1976) et en Rhodésie (1977).

 

Le mercenaire Robert Bourgeaud, en plus de son action anti-indépendantiste démentielle, sera aussi investi dans le soutien au régime odieux d’Afrique de sud sous apartheid. Sa main basse sur les Comores où il occupe par la force une place de quasi roi du pays lui permet de faire de cet archipel une base arrière des commerces illicites et juteux avec l’Afrique de sud. En 1988, la militante sud-africaine et représentante de l’ANC à Paris est retrouvée assassinée en France. Très probablement tuée par le bras droit de Bob Denard. Les Comores transgressent les sanctions économiques des Nations unies frappant l’Afrique du sud

 

Les activités menées contre les indépendances des pays africains s’accompagnent d’autres activités tout aussi criminelles et sanglantes, les coups d’Etat et tentatives de coups d’Etat. Le célèbre débarquement raté du Bénin visait en 1977 la destitution du président Kérékou, mais Bourgeaud auparavant était passé par le Nigeria et le Biafra que la France instrumentalisait pour prendre racine dans un des pays les plus riches en ressources énergétiques. Entre 1975 et 1995, Bob Denard déstabilisera et figera au diapason français et au sien propre la vie politique aux Comores en pas moins de trois coups d’Etats.

 

Pour tous ces forfaits, crimes et tueries pour lesquels la justice française a été saisie, et pas celle des pays dans lesquels Bourgeaud commit ces crimes, le mercenaire de la Francafrique n’écopera que des peines de sursis et peines mineures, tempérées sur la fin de sa vie par son invalidité. Après un demi siècle à guerroyer pour la colonisation, contre les indépendances africaines, pour l’Apartheid, à déstabiliser des pays entiers, Bob Denard, est mort sans rendre compte aux Africains de ses méfaits, et sans que clairement la France soit mise à l’index et en obligation de réparer ses actions criminelles.

Tag(s) : #POLITIQUE FRANCAISE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :