Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fadela Amara rattrapée par le "syndrome Rachida Dati"?

Le "syndrôme Rachida Dati" serait-il en train de faire de nouvelles victimes au sein du gouvernement? Il y a dix jours, deux membres du cabinet de la secrétaire d'Etat chargée de la politique de la Ville ont quitté leur poste avec perte. Mais sans fracas. Exactement comme cela avait été le cas au début de l'été au sein du cabinet du Garde des Sceaux. Comme de coutume chez les haut-fonctionnaires, on lave son linge sale entre deux portes capitonnées. Sans bruit.

Des "raisons personnelles"

Pourtant, ce ne sont pas des quidams qui quittent le navire du Plan banlieue. Le premier d'entre eux, Yannick Prost, n'est rien moins que le directeur de cabinet de la ministre. Comme Rue89 le racontait il y a deux mois, l'ancienne militante a parfois des relations tendues avec ses collaborateurs. Début octobre, elle s'en prenait ainsi à ce jeune énarque, lui-même très proche de l'association Ni putes ni soumises (NPNS):

"Tu es nul, tu n'as pas de charisme. Avec le réseau que j'ai maitenant, un nouveau dir' cab', j'en trouve un en dix minutes!"

Visiblement, il n'a pas fallu plus de dix minutes à la secrétaire d'Etat pour lui trouver un remplaçant, puisqu'elle s'est contentée de passer dans le bureau d'à-côté, pour promouvoir son directeur-adjoint de cabinet, Dominique Dufour. Lui aussi un jeune énarque spécialisé dans la politique de la Ville. Interrogé sur le motif de son départ, Yannick Prost se contente d'un laconique:

"Je suis parti pour des raisons personnelles, pas sur un désaccord de fond."

L'ex dir'cab' ne sera pas plus disert sur sa démission. Qui veut aller loin... ménage sa monture au royaume des cabinets ministériels.

"Une journée par semaine"

Jean-Alain Steinfeld est l'un des meilleurs experts des banlieues. Ingénieur de formation, membre du Parti socialiste, il travaille pour la Caisse des dépôts et consignations, où il est expert en investissement dans les friches industrielles et projets de rénovation. Ancien du cabinet de Marie-Noëlle Lienemann, il n'a pas hésité à reprendre du service lorsque Fadela Amara a formé le sien. Il y est conseiller technique.

Mis à disposition par la Caisse, il s'occupait des aspects techniques du Plan banlieue, là où Yannick Prost avait une responsabilité politique et globale sur le projet en cours d'élaboration. Que s'est-il passé pour que les deux hommes quittent le ministère dans la dernière phase de préparation? S'il ne tient pas à commenter les raisons de son départ, Jean-Alain Steinfeld ne cache pas qu'il quitte l'équipe Amara "sur un désaccord". On n'en saura pas plus.

Pour sauver les apparences, le secrétariat d'Etat a publié un communiqué précisant que l'expert continuerait à travailler "une journée par semaine" sur le projet.

"C'est faux, répond Steinfeld, je ne travaille pas un jour par semaine au secrétariat d'Etat à la Ville. Je peux donner des coups de main si on m'appelle, mais je n'ai qu'un seul employeur, la Caisse des dépôts."

Dans l'équipe de Fadela Amara, on minimise la signification de ces départs. Le premier serait justifié par un événement personnel -"sa femme est enceinte"-, quant au second, il serait arrivé au terme de sa mission prévue pour durer trois mois...

Pour mémoire, rappelons l'explication donnée en octobre dernier par le conseiller spécial de Fadela Amara, Mohammed Abdi, à propos des relations de la ministre avec ses collaborateurs:

"Non, il n'y a pas de relations tendues dans l'équipe. C'est une femme qui ne laisse rien passer, y'a pas la fête au village, c'est tout. Elle est exigeante et il faut travailler vite fait. C'est une femme courageuse et exigeante. Ça dérange, surtout quand on est un homme. On n'accepte pas qu'un bout de femme comme elle fasse ça. Ça dérange, parce que ça renvoit à ses propres faiblesses."

Les intéressés apprécieront.

Tag(s) : #POLITIQUE FRANCAISE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :