Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Façon de voir : Un Gigolo à la Télé 

18 février 2008

Gloire à Dieu qui a voulu, pour des raisons que nous ne connaissons pas, que la méchanceté et la bêtise conduisent l’univers.

Actuellement au Bénin, changement et émergence riment parfaitement avec bêtise et méchanceté gratuite. Je n’en veux pour preuve que cet abruti reçu hier sur l’une de nos chaînes privées de télévision. Au nom ’d’un machin d’observatoire, et d’un truc anticorruption, Il se croit tout permis et se lance dans de fausses accusations. Alors que tout le monde sait aujourd’hui que le seul leitmotiv de notre société civile s’appelle billets de banque. Vous Voulez remplacer un Dg ? Allez simplement voire le président de notre« machin d’observatoire et truc anticorruption ». N’allez surtout pas les mains vides. Le lende­main, ou Il sort un communiqué, ou alors, Il donne une Interview. Il trouvera des poux. Il fabriquera des preuves. Il appelle ça émergence.

Deux faits m’ont frappé hier :

Il a parlé de l’attribution de nouvelles fréquences. Il n’est pas spécialiste du domaine. Mais que voulez vous ? Là où des billets de banque passent, la vérité trépasse. Figurez vous qu’avant de se faire Inviter par cette chaîne privée, Il n’a même pas pris la peine d’aller faire une petite enquête à la Haute autorité. Il af­firme que les fréquences appartiennent à l’Etat. Mais dans sa fichue tête, l’Etat, c’est le gouvernement. Donc, les fréquences appartiennent au gouvernement. La Haute autorité devient dans ce cas, un appendice du gouvernement. Vive la sépara­tion des pouvoirs. Qu’un ministre ait l’outrecuidance d’interdire à la Haac l’attribution des fréquences, Il n’y trouve aucun incon­vénient. Que le gouvernement piétine la compétence des autres institutions républicaines, notre fameux président du« machin d’observatoire et truc anticorruption » applaudit. Quelqu’un disait déjà que les« hommes ne sont pas aussi bêtes qu’on le croit. Ils le sont davantage ». Notre cher président du« machin d’observatoire et truc anticorruption » l’est encore plus.

Deuxième sujet abordé : les audits des sociétés. Il affirme que les résultats de toutes les sociétés auditées ont été publiés sauf ceux de la Société Nationale des Eaux du Bénin. C’est vrai. Pourquoi ? Le président du« machin d’observatoire et truc anticorruption » pense que la nièce du directeur de la Soneb est une collaboratrice directe du chef de l’Etat. C’est elle qui bloquerait cette publication. On tombe des nues. Et je conseille à notre président du« machin d’observatoire et truc anticorruption » d’aller faire Zémidjan. Il leur ressemble par son raisonnement. Ou carrément il a perdu le nord. Là, je pense qu’il y a encore les lits vides à Jacquot. Car, penser qu’un collaborateur, même direct du chef de l’Etat bloque un dossier, c’est injurier d’abord Yayi Boni lui-même. Je serai même plus cinglé que lui : ce n’est pas parce qu’on couche avec une ministre du gouvernement qui vous habille, vous nourrit, vous blanchit qu’on doit tout se permettre. On comprend dès lors que malgré tous les problèmes des ensei­gnants, malgré tous les maux qui minent nos universités (mauvaise gestion, violences, achats des épreuves), notre président du« machin d’observatoire et truc anticorruption » n’a trouvé rien à dire. On comprend. De même on comprend comment les dossiers les plus sensibles du gouvernement se retrouvent dans la rue. La fuite provient d’un lit. A la fin de son émission, Ils invitent toutes les bonnes volontés à aider le président Yayi Boni dans sa lutte contre la corruption. Entendez par là : taper vous toutes les ministres de Yayi Boni. Pendant que le président court partout pour faire comprendre ses ambitions pour le Bénin, lui il chauffe le lit de ses ministres. Un proverbe Bariba dit : à renifler le pet de l’insolent avec discrétion, on vous traite de sans nez. Notre président« machin d’observatoire et truc anticorruption » doit savoir que nous avons un nez. Et un gros.

Charles TOKO

 

Tag(s) : #Le matinal

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :