Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Revue de la presse béninoise : 12 mars 2008

Assemblée Nationale : question au Ministre de la Justice

A l’occasion de la séance de clôture de la 3ème session extraordinaire du Parlement, hier, le Ministre de la Justice, Gustave Cassa Anani, a répondu à une question d’actualité concernant l’affaire impliquant le deuxième vice-président de l’Assemblée Nationale, Antoine Dayori. Le Matinal titre à ce sujet sur « les leçons de droit de Gbadamassi au ministre de la Justice » et précise que selon ce député du G13, l’article 126 de la Constitution a été violé car c’est le ministre de la Justice et non le peuple béninois qui a instruit le procureur de poursuivre en flagrant délit et de procéder à l’arrestation du député Antoine Dayori. De plus, le flagrant délit ne serait pas constitué. Il demande en conséquence la création d’une Commission d’enquête parlementaire « pour mieux fouiller cette affaire ».

La Presse du Jour relève que « le député Saka Fikara a été plus exigeant en demandant à des collègues d’engager la procédure de poursuite devant la Haute Cour de Justice contre le ministre Gustave Cassa ». Ce dernier avait préalablement « fourni une réponse très laconique (...) loin de convaincre les députés ». Fraternité reprend les propos du Ministre, affirmant que ni lui « ni le gouvernement n’a eu l’intention de contribuer de quelque manière que ce soit à l’arrestation de l’honorable Antoine Dayori ».

Le Matinal signale enfin la recomposition des trois groupes parlementaires de la minorité, qui avait fusionné dans un groupe de 30 députés en décembre 2007 afin d’avoir plus de poids dans les nominations de leurs représentants à la CENA. Les groupes recomposés sont : ADD (Alliance pour une Dynamique Démocratique) « Paix et Progrès », avec à sa tête Jean-Baptiste Edayé, ADD « Nation et Développement » de Rosine Soglo et PRD-PRS (Parti du Renouveau Démocratique-Parti pour une Rénovation Sociale ) présidé par Augustin Ahouanvoébla.

Campagne pour les élections locales du 20 avril

Au plan national, l’organisation d’une manifestation commune de l’opposition est annoncée aujourd’hui à Cotonou. Qualifiée d’« union sacrée RB-PRD-PSD-MADEP » par Nokoué, cette opposition reconstitue le groupe dit « Wologuédé », rassemblant la RB (Renaissance du Bénin) de Rosine Soglo, le PSD (Parti Social Démocrate) de Bruno Amoussou et le MADEP (Mouvement Africain pour la Démocratie et le Progrès) de Séfou Fagbohoun, auquel s’ajoute le PRD (Parti du Renouveau Démocratique). Les ténors de ces partis (Nicéphore Soglo, Adrien Houngbédji, Idji Kolawolé et Bruno Amoussou) doivent signer à cette occasion une déclaration politique commune, destinée à « alerter sur les dérives qui empoisonnent la démocratie béninoise » (Le Matinal).

La Presse du Jour publie les listes présentées par le PRD à Cotonou. Le député Raphaël Akotegnon et Alexandre Sohou seront têtes de liste dans les 1er et 2ème arrondissement tandis que Moukaram Badarou, Secrétaire général du PRD, se présentera dans le 4ème arrondissement et le député Isidore Gnonlonfoun dans le 6ème arrondissement.

En ce qui concerne le déroulement du processus électoral sur le terrain, La Nation relate une « visite du président de la CENA (Commission Electorale Nationale Autonome) aux postes de recensement ». En déplacement dans les départements du Littoral, de l’Atlantique, de l’Ouémé et du Plateau, Pascal Todjinou a remarqué des anomalies. Le Matinal rapporte à ce sujet qu’à Kpomassé, village de Adjaglo « des agents recenseurs ont été surpris hier mardi 11 mars (...) en train de remplir des cartes d’électeurs à partir d’une liste qu’un candidat leur a déposé ».

Fraternité évoque aussi des « violences lors des opérations de recensement dur les listes électorales à Zè, bureau électoral d’Anavié » tandis que La Gazette du Golfe fait sa une sur « une faible mobilisation autour du recensement électoral ».

Mouvements sociaux

La Nouvelle Tribune publie un article sur le lancement d’un mouvement de grève au ministère des Affaires Etrangères. Les grévistes exigent notamment la nomination d’un Secrétaire général, poste actuellement inoccupé, et de titulaires aux différents postes de responsabilité de l’administration. Ils ont soumis une motion de grève de 72 heures.

Plusieurs articles sont parus sur le syndicat étudiant UNSEB (Union Nationale des Scolaires et des Etudiants du Bénin). Celui de La Gazette du Golfe s’interroge sur son action à l’Université d’Abomey-Calavi : « causes nobles ou manipulation ? ». Nokoué évoque de son côté « une crise de confiance entre les étudiants et Boni Yayi » et annonce également des risques de grèves à la douane, « à nouveau en ébullition ».

Le SYNAPROMEB (Syndicat National des Professionnels des Médias du Bénin) « s’inquiète et dénonce » la situation actuelle de la presse (La Presse du Jour) et passe en revue la décoration à titre posthume de Clément Houénontin, la sortie du porte-parole de la Présidence Lionel Agbo, l’utilisation des fonds publics pour l’aide à la presse et la situation du journaliste Wilfried Houngbédji, écarté de la rédaction de La Nation.

Visite du Président Boni Yayi à Dakar pour le Sommet de l’OCI (13-14 mars)

La Nation annonce que « Boni Yayi (est) à Dakar ce jour » pour participer au Sommet de l’OCI (Organisation de la Conférence Islamique). Le journal précise qu’à « l’invitation de Me Abdoulaye Wade, président de la République du Sénégal », le président Yayi prendra part au 11ème sommet devant se tenir les 13 et 14 mars.

L’organisation est appelée à faire face à de grands défis : « développement durable, mondialisation, terrorisme, lutte contre la pauvreté ». La Presse du Jour évoque aussi ce déplacement et note que « 37 chefs d’Etats et de gouvernements ont confirmé leur participation » et précise qu’« un accent particulier devra être mis sur les questions économiques. »

Atelier de la Délégation Commission Européenne sur la bonne gouvernance

La Nouvelle Tribune indique qu’à l’occasion du début du 10ème FED (Fonds de Développement Européen), la Délégation de la Commission Européenne au Bénin organise depuis hier à Cotonou un atelier de formation sur la bonne gouvernance. La transparence en matière de gestion sera au programme de ce séminaire au cours duquel les actions du gouvernement béninois en faveur de la « bonne gouvernance » seront évaluées.

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost 0