Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Revue de la presse béninoise : 18 mars 2008

Campagne électorale à Cotonou

Le Matinal propose un portrait croisé des deux candidats à la mairie de Cotonou et se demande en première page « Soglo ou Dandjinou, à qui la chance ? ».

Le journal souligne les atouts et les faiblesses de chacun : Nicéphore Soglo, qui peut « compter sur le soutien naturel de l’ethnie fon », est un « grand bâtisseur » mais « sa formation, la Renaissance du Bénin (...) est aujourd’hui sérieusement érodée par le départ massif de bon nombre de ses cadres ». De plus, son action en tant que maire « n’a pas réussi à donner satisfaction aux électeurs » en raison d’une décentralisation qui n’est pas encore effective et du « blocage astucieux de ses actions par le pouvoir central ». En revanche Jérôme Dandjinou, le Directeur général du Port Autonome de Cotonou, est proche du président Boni Yayi et est soutenu par les communautés Xwla et Seto [NdR : réputées les premières à s’être installées à Cotonou]. Pourtant, ces groupes ne sont pas majoritaires à Cotonou, et il doit faire face à la concurrence interne à son camp. Le candidat FCBE Hubert Balley était aussi pressenti pour affronter le maire sortant. De plus, la rigueur « excessive » qu’il avait démontrée lorsqu’il était à la tête de la circonscription urbaine de Cotonou, « lui a créé des inimitiés ».

Nokoué consacre un article à l’action « des pasteurs en campagne pour la FCBE (Forces Cauris pour un Bénin Emergent) », citant l’exemple d’une Eglise évangélique d’Akpakpa (quartier populaire de Cotonou) où les fidèles sont « entretenus sur la politique nationale » et « convaincus des promesses du pouvoir exécutif ».

La Presse du Jour annonce que « des partis sont prêts pour défier Galiou Soglo » : celui-ci avait en effet invité samedi les meilleurs économistes de l’opposition à débattre avec lui au sujet de l’action gouvernementale. Le quotidien ne cite toutefois pas quels sont les partis prêts à envoyer un représentant à un tel débat, qui serait télévisé.

Selon Fraternité, le président Boni Yayi aurait rencontré les têtes de liste FCBE avant-hier au palais de la Présidence, afin « de doper leur moral » et éviter que les élections locales ne « soient un fiasco ».

Intervention du Ministre de l’Industrie et du Commerce Grégoire Akofodji

Fraternité rapporte que Grégoire Akofodji, Ministre de l’Industrie, du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises, était hier l’invité de l’émission « A qui de droit » de l’ORTB (Office de Radio-diffusion et Télévision du Bénin), au cours de laquelle il a rassuré sur la « bonne foi du gouvernement ».

En ce qui concerne le problème de la cherté de la vie, il a évoqué les prix de l’essence, du riz ou du ciment, afin de démontrer « la volonté inébranlable du gouvernement de gérer l’inflation des produits de première nécessité ».

Sur le plan politique, au sujet de la déclaration de « la vieille garde politique », il s’est dit « en partie d’accord sur le fond mais pas sur la forme ». Celle-ci aurait dû selon lui, adresser un memorandum au Président Boni Yayi pour exprimer son point de vue. Le ministre a ajouté que « le Bénin n’est pas à une étape de déstabilisation mais plutôt à celle du développement intégral. »

Préparation des élections locales

Le Matinal titre sur « un malaise à la CENA (Commission Electorale Nationale Autonome) ». Cette dernière serait confrontée à « une crise de confiance » et divisée par « les ratés relevés depuis le démarrage de la délivrance des cartes d’électeurs ». Selon La Presse du Jour, la CENA « n’a obtenu que pratiquement le tiers de ses besoins financiers » et sur le terrain, « les problèmes sont monstres et ont pour nom : insuffisance de fournitures de bureau, mauvais état des moyens de locomotion, absence de locaux pour abriter les sièges des démembrements ».

La Nouvelle Tribune relève cependant, à Porto-Novo, un « taux d’inscription à mi-parcours légèrement en hausse par rapport au recensement de 2007 ».

Rappel de la HAAC sur la directive au sujet de la couverture des élections

En ce qui concerne la couverture de ces élections, Fraternité note que la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) « invite les journalistes au professionnalisme et à la responsabilité ».

La HAAC a en effet procédé hier à son siège à une « séance d’échange avec les responsables des organes de presse du secteur public et du secteur privé ». « Les directeurs de la télévision nationale Stéphane Todomè, de Canal 3 Bénin, Berthe Cakpossa, de la radio nationale Christian de Souza, de l’Office National d’Imprimerie et de Presse (ONIP) Akuété Assévi, la directrice de publication du journal « La Nation » Reine Azifan et le directeur des relations publiques de l’Office de Radiodiffusion et Télévision du Bénin (ORTB) Joseph Ogounchi » étaient présents à cette réunion.

Le conseiller Joseph Gnonlonfoun a lu la directive de la HAAC du 22 janvier 2008 qui stipule, dans son article 3, que « les organes de presse (...) doivent s’interdire tout genre tendant à faire l’éloge ou à tourner en dérision un homme politique, un parti politique, un regroupement de partis politiques ». Fraternité ajoute que « selon les conseillers, de nombreux dérapages s’observent déjà ».

L’association PADME au centre d’une polémique avec le gouvernement

La Presse du Jour évoque la réaction des personnels réunis en assemblée générale autour de René Azokli, directeur général démis de l’association PADME (appui au développement des micro-entreprises), et reproduit la « lettre de l’acharnement » qui aurait déclenché l’affaire. Il s’agit d’une lettre datant de mai 2007, adressée au Président de la République et dénonçant des dérives au sein de l’association dans son activité de micro-crédit. Hier, l’ancien directeur général a boycotté la cérémonie de passation de service avec son successeur, Didier Djoï.

Fraternité annonce que les locaux de PADME ont été « militarisés », les forces de l’ordre contrôlant l’entrée de l’association, et que Sakinatou Abdou Alpha Orou, Ministre de la Microfinances, donnera aujourd’hui une conférence de presse afin « d’apporter plus de lumière sur cette affaire » (La Gazette du Golfe).

Délestage électrique

La Nouvelle Tribune évoque en une les « coupures intempestives de courant » et annonce que « le délestage est de retour ». Le quotidien relève « il n’y a plus un jour (...) où les consommateurs ne subissent pas des coupures électriques ».

La Nation évoque aussi le sujet et publie « les explications de la SBEE (Société Béninoise d’Energie Electrique) » : selon le directeur général adjoint de la société publique, Camille Kpogbémabou, « la situation désagréable qui s’observe » est due au fait que l’énergie électrique nécessaire au Bénin est « importée du Ghana, de la Côte d‘Ivoire (et du) Nigeria » à hauteur de 81% et ne suffit pas. Il précise en effet qu’« aux heures de pointe, la consommation de l’énergie électrique avoisine les 130 MW alors que le Bénin ne produit que 30 MW ».

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost 0