Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Revue de la presse béninoise : 20 mars 2008

Le recensement électoral touche à sa fin

Nicéphore Soglo, actuel maire de Cotonou, lance un appel en vue des prochaines élections locales. La Presse du Jour reproduit sa déclaration dans laquelle il « exhorte (les Cotonois) à prendre massivement leurs cartes d’électeurs ». Fraternité mentionne en outre l’appel du gouvernement, « par l’entremise du Ministère en charge des relations avec les institutions », à participer à « une prière de bénédiction des élections municipales communales et locales en cours » aujourd’hui à Kindonou (Cotonou).

En ce qui concerne le recensement, Pascal Gandaho, secrétaire à la communication de la CENA (Commission Electorale Nationale Autonome), précise dans un entretien accordé à La Nation que « cette opération a commencé depuis le 7 mars dernier et s’achèvera dimanche prochain », le 23 mars. Il estime que « le processus électoral ne devrait plus faire l’objet de menaces ».

Un article de L’Option Infos relève également que la CENA a reçu le 17 mars de Soulé Mana Lawani, Ministre de l’Economie et des Finances, l’assurance que 1,2 milliards de F CFA (soit 1,8 millions d’euros), destinés à payer les agents recenseurs, ont été débloqués.

Cependant, Pascal Todjinou, le président de la CENA fait lui-même face à « la colère des membres des Commissions Electorales d’Arrondissements (CEA) du Littoral », d’après Fraternité et La Presse du Jour. Ce dernier quotidien évoque des « menaces sur les élections du 20 avril » et des « signes annonciateurs d’un nouveau report ».

Politique nationale

Galiou Soglo, Ministre de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, pourrait être « bientôt exclu de la RB (Renaissance du Bénin) » selon Le Matinal. Le quotidien, de même que Nokoué, reproduit le communiqué du bureau politique de la RB, signé de sa présidente Rosine Vieyra-Soglo, mère de Galiou Soglo. Selon ce communiqué, « les déclarations faites par Galiou Soglo (...) ne constituent qu’une consternante manifestation de la plate allégeance d’un ministre au chef du gouvernement auquel il appartient ». De plus, « il ne représente pas la RB au sein du gouvernement de Boni Yayi » et « une procédure d’exclusion » est engagée contre lui.

La Nouvelle Tribune revient sur la rencontre entre Idji Kolawolé du MADEP (Mouvement Africain pour la Démocratie et le Progrès) et le Médiateur Albert Tévoédjré et se demande : « la vieille classe politique tend-elle la main à Boni Yayi ? ». Le journal évoque « une probable réconciliation entre Boni Yayi et ses anciens alliés politiques regroupés au sein de Wologuèdè hormis le PRD (Parti du Renouveau Démocratique) de Me Adrien Houngbédji ». Le Matinal évoque plutôt « les enjeux politiques d’un bras de fer » entre la nouvelle classe politique et l’ancienne.

Du côté des mouvements de soutien au Président Boni Yayi, il faut noter qu’à l’occasion du lancement officiel de ses activités, le Mouvement des Jeunes pour la Préservation et la Pérennisation des Acquis du Changement (MJPPAC) se réunira demain au Conseil National des Chargeurs du Bénin (CNCB) en présence d’Alexandre Hountondji, Ministre chargé des Relations avec les Institutions et Porte parole du gouvernement.

Mouvements sociaux

La Nouvelle Tribune rapporte que le mouvement de grève au Ministère des Affaires Etrangères a connu « un record dans le suivi ». Le 18 mars, il y aurait eu une « paralysie totale de toute l’administration », face à « l’indifférence qu’affiche jusqu’ici le gouvernement » et Moussa Okanla, Ministre des Affaires étrangères.

Dans le secteur de l’enseignement, ce même journal écrit que « les étudiants réclament de l’eau » sur le campus d’Abomey-Calavi et rapporte la protestation du Syndicat National des Enseignants Communautaires du Bénin (SYNECOB) « pour exiger le reversement des enseignants contractuels » dans le corps des agents de l’Etat.

Fraternité évoque également un mouvement du Syndicat National des Travailleurs du Secteur de l’Environnement (SYNTRA-SEN) qui « appelle Boni Yayi au secours ».

Passation de pouvoir à la SONEB (Société Nationale des Eaux du Bénin)

Le Matinal titre « Baba Moussa part de la Soneb satisfait ». Après quatre ans d’administration de la société qu’il a contribué à créer et à gérer, il est remplacé par un nouveau directeur général, Assouma Karimou. Selon La Nouvelle Tribune, son premier dossier sera celui de la « situation des agents occasionnels ».

Le directeur sortant a évoqué dans son discours de passation la situation financière de la SONEB, dont le budget 2008 est de près de 118 millions de F CFA (soit 180 000 euros) tandis que la trésorerie de la société nationale s’élève à près de 4 milliards de F CFA (soit 6,1 millions d’euros).

Affaire PADME

Dans la polémique au sujet de malversations dans la gestion de l’association PADME (Projet d’Appui au Développement de la Micro-Entreprise), Me Martin Hounkanrin, avocat de l’association a déclaré que « seul le ministre des Finances est habilité » à ordonner une enquête (La Nouvelle Tribune). L’avocat estime en outre que le gouvernement n’a pas la capacité de révoquer René Azokli, le précédent directeur général, nommé par le bureau exécutif et précise que les prétendus détournements de crédits ne seraient en réalités que des impayés.

L’Option Infos annonce que Sakinatou Abdou Alpha Orou, Ministre de la Microfinances et de l’Emploi des Jeunes et des Femmes, n’a pas rencontré comme prévu les agents de l’association au Chant d’Oiseau hier à Cotonou.

L’Autre Quotidien rappelle que « cette structure (...) sauve des centaines de milliers de Béninois exclus des circuits classiques de financement » et publie en une, sous le titre « Eviter la déstabilisation du secteur micro-finances », un dessin montrant des femmes, principales destinatrices des micro-crédits, déçues de trouver la porte du bureau du PADME définitivement fermée.

Campagne cotonnière 2008-2009

Selon Fraternité, « de réelles menaces planent sur la campagne » : « la flambée du prix des engrais, conséquence de la hausse du prix du pétrole » constitue en effet un problème pour les acteurs de cette filière représentant l’essentiel des exportations du pays. Le prix du coton-graine devra être déterminé par les négociations en cours en ce moment à Cotonou et Parakou.

Célébration de la Fête de la francophonie au Bénin

La Nouvelle Tribune évoque quelques manifestations prévues à l’occasion de la Journée Internationale de la Francophonie : concours « le livre frappe à votre porte » dans l’Ouémé, concours d’orthographe à Natitingou et le prix Paul Hazoumé, décerné à la maison de la francophonie, marqueront cette édition, avec « la nuit du web (...) ; une mini Olympiades de mathématiques » ou la suite du festival du film qui avait été démarré au CCF (Centre Culturel Français) de Cotonou le 4 mars dernier ».

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost 0