Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En Guinée, le chef des putschistes se proclame "président de la République
 
LEMONDE.FR avec AFP | 25.12.08  
 

es militaires putschistes en Guinée ont commencé à asseoir leur pouvoir, mercredi 24 décembre au soir, deux jours après de la mort du président Lansana Conté. Armes à la main, ils ont défilé dans l'après-midi dans le centre de Conakry, où ils se sont fait acclamer par des milliers de Guinéens formant une foule enthousiaste. "Vive le nouveau chef", "vive la nouvelle Guinée", criaient les habitants qui avaient envahi dans l'après-midi l'avenue de la République menant au palais présidentiel.

 

Dans la soirée, le capitaine Moussa Dadis Camara, jusqu'à présent directeur général des hydrocrabures de l'armée, a été nommé chef de la junte et s'est autoproclamé président de la République. Lors de sa première conférence de presse, il a déclaré : "Je suis convaincu, rassuré que je sois le président de la République, le président du CNDD", le Comité national pour la démocratie et le développement.  "Le grand mouvement de soutien qui vient de se passer, du camp [militaire] jusqu'au niveau du palais présidentiel, cela se passe de commentaire", a-t-il ajouté.

"Je vous le dis, je ne suis pas parvenu au pouvoir par hasard, c'est par rapport à beaucoup de qualités, je suis un patriote. Il y a eu trois événements successifs qui se sont passés, et c'est bien moi, le capitaine Dadis, qui ai calmé ces événements", a-t-il affirmé. Sans dire précisément de quels "événements" il s'agissait, il a évoqué "des moments de vacance du pouvoir", pendant le règne de Lansana Conté, souvent malade, ainsi que "la première grève" des soldats, au printemps 2007, qui avait abouti au limogeage du chef d'état-major de l'armée et du ministre de la défense. Le chef de la junte n'a, à aucun moment, évoqué dans cette conférence de presse les condamnations du coup de force par la communauté internationale.


 

"ÉLECTIONS LIBRES, CRÉDIBLES ET TRANSPARENTES FIN DÉCEMBRE 2010"

 

Interrogé sur le sort de l'équipe gouvernementale en place avant le coup de force, M. Camara a déclaré : "Jusqu'à maintenant, je ne sais pas si effectivement, un seul membre du gouvernement a été arrêté". Comme la presse guinéenne insistait pour savoir si des membres du gouvernement avaient été interpellés, il a ajouté : "A ce jour, non. Les hommes sont allés [pour les trouver], mais personne ne se trouve à son domicile." Un peu plus tard, dans un communiqué lu à la radio et à la télévision d'Etat mercredi soir, le CNDD a annoncé que "tous les officiers généraux de l'armée et tous les anciens membres du gouvernement sont priés de se rendre au camp Alpha Yaya Diallo [de Conakry] dans les 24 heures qui suivent". "Passé ce délai, il sera organisé un ratissage sur toute l'étendue du territoire national", a annoncé le comité des 32 putschistes, qui comprend 26 militaires – dont un général et neuf colonels ou lieutenants-colonels – et six civils.

 

Dans la journée, marchés, stations-service et grands magasins sont demeurés fermés à Conakry. Les rues, habituellement embouteillées, étaient désertées, faute de carburant disponible pour les véhicules. Seules quelques échoppes avaient ouvert, la grande majorité de la population préférant rester chez elle par crainte de violences. Les auteurs du coup de force, qui avaient décrété le couvre-feu dans tout le pays à compter de mercredi soir, l'ont officiellement repoussé à vendredi "pour permettre aux chrétiens de passer tranquillement la fête de Noël". Ils ont aussi tenté de rassurer en fixant un terme à la "transition", en s'engageant à organiser "des élections libres, crédibles et transparentes fin décembre 2010".




Tag(s) : #Politique Africaine

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :