Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VŒUX DU NOUVEL AN 2009

 

 

Chers compatriotes,

 

 

Je me permets, en cette veille du nouvel an 2009, de vous souhaiter la bonne année, avec l’espoir que la destinée qui nous est commune en tant que Béninois nous mènera à des horizons plus sereins, faits de santé, de bien-être et de progrès pour tous, non seulement pour 2009, mais également pour les années à venir.

 

 

Cette nouvelle année commence au moment où notre pays, le Bénin, est plongé dans une crise politique-économique sans précédent doublée par l’impunité totale pour les pilleurs de la richesse nationale.

 

 

La première bonne nouvelle de cette année finissante, 2008, nous est venu des Etats Unis d'Amérique. Ce pays de la ségrégation raciale qui punissait, jadis, les esclaves en les jettant aux chiens nous a donné le premier Président noir de toute son histoire. Dans son célèbre petit livre vert, le guide libyen, Mouammar Kadafi, avait écrit:

Les noirs règneront sur le monde” .

Avec OBAMA, nous pouvons désormais rêver que cette prophétie devienne une réalité !!!

 

 

La seconde bonne nouvelle de l'année fût la sortie médiatique des G et F à Cotonou le 12 mars 2008, soit deux ans, jour pour jour, après l'arrivée du roi Boni 1er au Palais de la Marina.

   

La troisième bonne nouvelle fût, incontestablement, le séminaire des G et F à Bohicon. Le Président HOUNGBEDJI y termina son allocution avec ces mots pleins d'espoir pour l'avenir du peuple béninois: 
“Parceque l'union fait la Nation, nous gagnerons”.

Lors de ce séminaire, le Président HOUNGBEDJI constata:

"  Pour nos populations qui espéraient un véritable changement, les attentes et les espoirs suscités par ce régime se sont transformés en désillusion. Nos populations constatent, désabusées, que: sous le Président Yayi, tout change pour que rien ne change: 63 ministres en moins de 2 ans et demie de pouvoir...”

Ajoutons que, chaque ministre aura coûté la somme de 20 millions de FCFA au budget de l'état pour organiser les caravanes de la honte destinées à remercier le Messie, soit 1.260.000.000,00 de FCFA. Ajoutez à cela, la somme de 30 millions de FCFA pour l'argent de poche de l'installation de chaque ministre, soit 1.890.000.000,00 FCFA.

Le roi Boni 1er qui, lors de sa campagne, prônait la réduction du train de vie de l'état est devenu un dépensier hors pair !!!


Quand celui qui se dit chantre du « changement » et de « l’émergence » en vient à résumer son action avec des mots comme « j’ai parlé , j’ai indiqué la voie, j’ai tracé des sillons », c’est que nous avons atteint le degré zéro de l’incompétence. Pourtant, de mémoire de béninois, aucun Gouvernement n’a jamais compté autant de Docteurs, toutes disciplines confondues ! Certains en viennent à croire que notre Docteur-Président-Messie est un médecin !!!


C’est bien beau de parler, même de marcher, d’indiquer la voie, de tracer des sillons. Encore faut-il pouvoir montrer, concrètement, ce que cette parlotte , ces marches et ses sillons ont changé de positif dans la vie des béninois en presque deux ans et demie de pouvoir sans partage.


Chers compatriotes,

   

Yayi Boni a certes beaucoup parlé. Ces paroles faites de promesses creuses vous ont toujours laissé les mains et les estomacs vides. Yayi Boni a certes beaucoup indiqué la voie, mais cette voie a toujours été celle du ventre, de la corruption, de la gabegie et du vampirisme d’état.

   

La Communauté internationale n’a jamais autant injecté de l’argent dans les caisses de l’état béninois. Des obligations qui engagent l’avenir de nos enfants ont été lancées sans vision. Les sillons tracés par Yayi Boni en deux ans et demie de gestion désastreuse de notre pays ont fait de l’état béninois un état requin. Une requinerie, un bal des vampires où l’on suce sans pitié et sans humanité le sang des Béninois pour une poignée de CFA ensanglantés. Résultat, les Béninois passent aujourd’hui plus de temps dans les églises et autres sectes pour noyer leur chagrin.

 

Chers compatriotes,

   

Et qu’on ne vienne pas nous dire qu’il faut laisser du temps aux sirènes des change-menteurs. Yayi Boni avait juré que la production du coton, première richesse du pays, serait sa priorité absolue. Or, que constatons-nous aujourd'hui? Les béninois, producteurs du coton, sont condamnés à s'habiller à missèbô avec des fripperies. Leur pouvoir d'achat ne permettant pas l'achat des habits neufs, les populations béninoises sont obligées, malgré elles, de récycler les déchets des occidentaux. Le coton, matière première, revient en frippes aux producteurs. La boucle est ainsi bouclée !!!

   

Le 12 mars 1990, Nicéphore SOGLO à qui tout le pays avait confié « les travaux d’Hercule » de la période transitoire déclara:

« Nous héritons d’une économie sinistrée, en pleine décomposition. Aucun secteur ne tient plus debout, pas même l’agriculture. La Banque Mondiale estime qu’il faut un minimum de 7 à 10 ans pour restructurer une économie en pleine déconfiture et dont tous les indicateurs ont viré depuis longtemps au rouge. Et l’on ne nous accorde que 11 mois pour essayer de jeter les bases d’un redressement ».

   

Comme Hercule, Nicéphore Soglo réussira la mission en très peu de temps. Cela lui vaudra d’être élu Premier Président de la troisième République du Bénin.

   

Chers compatriotes,

   

Les rapports d’audit de plus de 8000 pages ont épinglé plusieurs personnalités sans qu’on ne sache à ce jour ce qu’on en a fait. Des cadres notoirement corrompus sont laissés en liberté et peuvent organiser la disparition des preuves et jouir paisiblement des biens acquis illégalement avec les deniers de nous tous.

   

Dans une récente lettre ouverte au roi Boni 1er, le Doyen Olympe BHÊLY-QUENUM constata amèrement:

Etonné par l'analyse des remontrances à l'encontre de votre gouvernement, je me suis posé la question que voici: est-ce que l'homme fort démocratiquement élu président de la république du Bénin connaissait vraiment ce pays? J'en doute encore parceque, en peu de temps de fonction de Premier magistrat, vous avez acculé à la misère le Bénin qui souffrait de la pauvreté alors que le changement laissait entendre que vous le conduiriez vers un avenir meilleur. Qui aurait penser que c'était la ruse d'un cynique? La supercherie vous a fait échouer; le masque est tombé...”

     

Chers compatriotes,

   

M’adressant enfin à vous peuple béninois, je vous rappelle de ne jamais oublier que vous êtes le souverain primaire, donc source de toute légitimité, et que vous devez résister par tous les moyens contre toute dictature d’où qu’elle vienne susceptible de compromettre les acquis de la Conférence Nationale des Forces Vives de février 1990.

   

Comme l'a souligné le Doyen Olympe BHÊLY-QUENUM, “Pire qu'une erreur, le Président Thomas Boni Yayi est une faute grave pour le Bénin”.

 

 

A tous les populistes béninois, nous empruntons cette phrase de Bernard DADIE : « Elles sont lourdes, lourdes les chaînes que le nègre met au cou du Nègre pour complaire aux maîtres du jour ».

   

Encore une fois, bonne et heureuse année 2009.

  

Que Dieu bénisse le peuple béninois et la République.

   

 Le 29 Décembre 2008

   

Benoît ILLASSA

 

Ad augusta per angusta !!!

Tag(s) : #EDITORIAL

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :