Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Justification maladroite du scandale des quarante milliards : Dix ministres du gouvernement accusent Kérékou

jeudi 26 février 2009, par DP Le Grand Journal

 

La diplomatie recommande de ne jamais stigmatiser ses prédécesseurs mais de se contenter simplement de mieux faire que lui. Aujourd’hui le régime de Boni Yayi qui en début de mandat accusait celui de Kérékou de mauvaise gestion prend exemple sur ce dernier pour justifier le scandale financier qu’on lui reproche. C’était hier au cours d’une conférence de presse à Cotonou.


Roamain L. KIKI

 

Pour les dix ministres de Boni Yayi qui se sont livrés à cet exercice difficile, parce que les recettes ne seraient pas budgétisées en 2005, il n’y a pas à les accuser de ne l’avoir pas fait à leur tour.

Comment Koupaki et sa troupe peuvent oser nous bleuir à ce point. Tous les Béninois savent qu’en 2005, l’activité de l’escorte de véhicule d’occasion était confiée à des opérateurs privés.

Moins d’un mois après son accession au pouvoir, Boni Yayi a retiré discrétionnairement le monopole de cette activité à l’entreprise « Défi Emploi Jeunes » présidée par un fils du général Kérékou qui avait un contrat en bonne et due forme avec les ministères concernés.

Les deux cas ne sont pas les mêmes car en 2005, l’activité était contrôlée par un privé alors que sous Yayi, c’est l’Etat qui s’est accaparé du monopole. Que veulent comparer alors les ministres Koupaki, Lawani, Topanou, Madougou, l’intrus Davo qui était un sympathisant de Kérékou. Quand on n’a rien à dire, il vaut mieux se taire messieurs les ministres.

En attendant de revenir plus amplement sur cette conférence de presse maladroite et les justifications plates avancées, il faut remarquer qu’elle intervient à un moment où la famille Kérékou accuse le gouvernement de Boni Yayi d’être le commanditaire d’un livre écrit par la ministre de la micro finance et qui, peint en noir le régime Kérékou.

Que dix ministres du gouvernement y compris l’auteure du livre querellé viennent accuser dans ce contexte le régime défunt, il y a anguille sous roche.

Les déclarations du gouvernement interpellent Zul Kifl Salami, ministre du Plan ; Cosme Sèhlin, ministre des Finances de l’époque ainsi que Wilfried Kérékou président de « Défi Emploi Jeunes » qui doivent situer l’opinion.

 

Décidément Kérékou n’a pas la paix avec Yayi.



Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :