Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Affaire Cen-Sad et difficultés de trésorerie du Bénin : Les députés Prd et alliés toujours aux trousses de Boni Yayi

 

     

Écrit par Vincent LEZINME  

 

24-08-2009

 

ImageLe gouvernement aura à beaucoup s’expliquer dans les jours à venir. Conformément à l’article 106 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, les députés viennent d’interpeller le gouvernement aux fins d’avoir des explications par rapport aux origines des difficultés de trésorerie actuelles au niveau du Trésor public. La représentation nationale veut aussi avoir le point des subventions et exonérations accordées par le gouvernement dans le cadre des travaux de la Cen-Sad.
Des heures chaudes en perspective pour le gouvernement du Changement et son chef. Puisque le député Raphaël Akotègnon et douze autres de ses collègues viennent d’interpeller le gouvernement. Ils ont posé deux séries de questions orales avec débat au gouvernement conformément à l’article 106 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Les députés auteurs des questions veulent voir clair dans les subventions et exonérations fiscales et douanières accordées par le gouvernement à certains opérateurs dans le cadre des travaux de la Cen-Sad ou par rapport aux mesures prises par le gouvernement pour juguler la crise alimentaire survenue en 2007. A cet effet, ils veulent avoir le point de tous les opérateurs économiques concernés ainsi que la copie des marchés conclus avec eux et le montant des subventions et exonérations à eux octroyées. Le gouvernement doit dire, selon les auteurs des questions, les types de céréales concernés par lesdites mesures, les quantités importées par chaque opérateur et leurs coûts. Les détails des exonérations accordées à chaque importateur et particulièrement la société qui aurait bénéficié de plus de 30 milliards de francs Cfa d’exonérations ; la valeur des différents domaines attribués à certaines personnes dans le cadre de la construction des villas de la Cen-Sad. C’est dire donc que le feuilleton Cen-Sad n’est pas encore à son dernier épisode. Il y a aura, à coup sûr, d’autres révélations avec cette interpellation du gouvernement. Car, après le dossier Cic-Palais du congrès, des voix s’élevaient pour signifier qu’il y a aussi les villas de Cen-Sad.

Toujours des dossiers à donner de soucis aux hommes du change-menteur

L’autre dossier qui préoccupe les députés reste les origines des difficultés actuelles au niveau du Trésor public. Les députés estiment que, depuis août 2006, il est fait profusément usage des Ordres de Paiement pour très souvent régler des dépenses extrabudgétaires. Par conséquent le député du Prd de maître Adrien Houngbédji, Raphaël Akotègnon et ses alliés veulent avoir du gouvernement les raisons de la fréquence élevée des dépenses extrabudgétaires qui ont entraîné un recours exagéré aux Ordres de Paiement. Ils veulent aussi le point des Ordres de Paiement non régularisés dans le délai généralement admis et ceux non régularisés à ce jour. Le député Akotègnon et ses camarades estiment qu’il y a des factures de manifestations de soutien aux Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) ou au chef de l’Etat ainsi que celles afférentes à l’édition du quotidien Citadelle Expresse qui sont, soit payées par le Trésor public soit imputées sur les budgets des ministères ou des sociétés et offices d’Etat. Alors, les députés veulent connaître les bases juridiques de la prise en charge de ces dépenses par le Trésor public ou le budget national. Le montant de ces dépenses de 2006 à ce jour intéresse également la représentation nationale. Car, les députés trouvent qu’il y a une corrélation entre les difficultés actuelles de trésorerie au niveau du Trésor public et ces dépenses extra budgétaires. Les députés signataires des questions parlent d’acquisition extrabudgétaire d’armes de guerre et de matériels militaires de transmission pour plus de 100 milliards de francs Cfa. Pour eux, ces dépenses sont inopportunes eu égard aux problèmes de santé, d’éducation et nourriture qui se pose à la nation. Par conséquent, ils cherchent à comprendre les motifs de cette acquisition qui représente environ 10% du total du budget général de l’Etat. Les sources de financement de cette préoccupent également la représentation nationale. Voilà autant de préoccupations qui peuvent laisser penser qu’il y a de quoi à donner de soucis au président Boni Yayi et à son gouvernement.
 
Souce: Nouvelle Expression

 



 

Tag(s) : #Politique Béninoise
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :