Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mercredi 26 août 2009


Inédit dans les annales de la République: Yayi Boni mandate ses agents de renseignements pour pister le Président de la Cour constitutionnelle du Bénin

 


Le torchon brûlerait-il déjà entre le Président de la Cour Constitutionnelle et le roi Boni 1er ? Quelque soit la réponse, des sources, généralement crédibles, révèlent que Robert Dossou serait surveillé comme du lait sur le feu. En effet, tout comme de nombreuses personnalités de la République, que ce soit de la mouvance, du gouvernement ou plus simplement, de l’opposition, l’ancien ministre, de Kérékou, puis de Soglo serait actuellement sous étroite surveillance.

 

Ainsi, depuis peu, plus un pas sans qu’il ne soit pisté. L’objectif de cette filature commanditée est bien entendu de répertorier les fréquentations de Robert Dossou, président actuel de la Cour Constitutionnelle et précédemment adoubé par Yayi. Visiblement, le passé récent très pro Boni yayi de Robert Dossou, ne suffit plus au chef de l’Etat pour croire en la fidélité de l’homme.

 

 Connu pour son franc parlé et pour son attachement, en des circonstances mêmes extrêmes, aux vertus nationalistes, l’ancien Bâtonnier serait subitement devenu suspect pour Yayi. La présence à ses cotés, à la cérémonie de nonvitcha, de Bio Tchané, il y a de cela quelques mois serait la pierre angulaire des soupçons que le chef de l’Etat nourrit désormais contre celui qu’il se voulait être son homme de confiance pour magouiller les élections présidentielles de mars 2011.


Cela lui a rappelé qu’il est toujours difficile de s’asseoir sur des certitudes quand on conclut des deals avec les intellectuels épris de la justice sociale de la trempe de Robert Dossou. Un homme qui n’hésiterait pas à cracher dans la soupe et, pour qui, faire volte face ne pose aucun problème dès lors qu’il estime être dans son bon droit. Or yayi rêvait et continue probablement de rêver de faire de lui son allié, un partenaire qui pourrait s’avérer très utile en 2011. Seulement comment être certain de ses affinités ?

 

 Connaissant le passé suffisamment éloquent de Robert Dossou, Yayi craint probablement que, dans un élan de franchise, comme cela a été souvent le cas chez cet homme, Robert Dossou n’en vienne qu’à sa tête, c'est-à-dire, dire le droit. Ce qui voudrait dire, dans une certaine mesure, le lâchachage dans la probité.

 

C'est cette crainte, plus ou moins justifiée, qui aurait motivé la mise en filature de ce haut magistrat. Toujours est-il que, depuis quelques temps, aucune sortie de maître Dossou n’est considéré comme anodine. Ces faits, pas et gestes sont désormais épiés. Il n’y a plus qu’à attendre le jour où Yayi lui cracherait à la figure pour lui demander pour qui il roule.

Eric Djangoun

Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0