Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mercredi 04 août 2010   

Au-delà des affaires ICC Services, les libertés publiques sont menacées au Bénin

 

La coupure de l'émetteur de RFI sur le Bénin vient de fournir un indicateur clair de l'état des libertés au Bénin. Tous les béninois de la diaspora et tous les amis du Bénin doivent savoir que nous avons glissé subrepticement vers un Etat d'exception.

 

Transformation des chaînes de TV et de radios (publics et privés) en instruments de grossière propagande et de dénigrement de l'opposition ou contrôle subtil des chaînes (dirigées par des personnes intelligentes et non motivées exclusivement par l'argent) visant à créer de la confusion permanente dans l'opnion. Tendance à faire de la séparation des pouvoirs une réalité factice. Mépris pour et refus de dialogue avec la "minorité" - l'opposition -. Interdictions des réunions de l'opposition sous divers prétextes fallacieux. Interdiction de diffusion sur les radios et TV nationales des déclarations et manifestations de l'opposition. Surveillance des faits et gestes les plus élémentaires des dirigeants de l'opposition par les services de renseignement, alors que les citoyens ont étés livrés aux malfrats et aux bandits de grands chemins, ainsi qu'aux escrocs du genre de ceux des "sociétés de placement, ICC Service et consorts". Culte de la personnalité, dénigrement et agressivité systématique contre toute critique qui ose donner un avis sur les propos et actes du Président de la république, etc.

 

La vérité de Yayi Boni doit être la seule. La lecture de la réalité faite par Yayi Boni, doit être la seule. RFI a osé proposer des informations qui ont été étouffées au plan national, RFI a donné une lecture différente de celle de la bande à Yayi, donc crime ! Ce crime doit être puni. Le Président Yayi a même convoqué les diplomates européens ce mardi, pour leur dire sa décision de faire taire RFI. Yayi Boni ne fait plus honneur à notre pays. En tout cas, j'ai honte pour mon pays.

 

Restaurons la démocratie au Bénin. C'est le défi le plus urgent, le plus important, le plus structurant. Continuons la lutte pour relever ce défi, par les urnes, en 2011. Il s'agit d'une oeuvre de salubrité publique.


Lazare SEHOUETO

Député à l'Assemblée Nationale.


 

Source: RFI



Tag(s) : #Politique Béninoise