Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SITUATION INSURECTIONNELLE A KILIBO (Dpt. Des COLLINES) FIEF SUPPOSE DE YAYI BONI


18 Mai 2010


Par Benoît ILLASSA


Le jeudi 13 mai 2010, jour de l'Ascension, le sieur Idohou KPELEBE fût entraîné dans un traquenard dont il ne sortira pas vivant. En effet, Chef du ballet musical local , il fût invité par le sieur Marcos ORO et un autre ami à boire un verre dans l'un des nombreux bistrots de la ville. Marcos ORO est Directeur de l'école primaire publique de IDOUYA, village distant d'une quinzaine de kilomètres de KILIBO, théâtre du drame.


Une fois la rencontre terminée, les trois amis prennent congés. Mais, aussitôt, le jeune Idohou peine à monter sur sa moto. Il aurait été paralysé de l'un de ses bras et de l'une de ses jambes. Transféré chez un marabout du coin, celui-ci dira ne pouvoir rien faire pour le sauver car il aurait été victime d'un envoûtement. Peu rassurés, les amis du jeune Idohou prennent la décision de se rendre chez Marcos avec qui il venait de trinquer. Marcos aurait alors avoué être l'auteur des maux dont souffrait Idohou. Il aurait ajouté être en mission pour le compte de quatre personnes qui auraient mis la tête de Idohou à prix !


Il faut dire, à ce stade, que Marcos n'est pas n'importe qui. Il serait craint de beaucoup de personnes à cause de ses supposés pouvoirs obscurs. Affecté à Kilibo comme Directeur de l'une des écoles primaires, il fût renvoyé par les populations à cause de ces mêmes pouvoirs occultes. Entre-temps, il a réussi à construire une maison à Kilibo où il aurait eu de nombreux enfants. De Kilibo, il se retrouva à cinq kilomètres de là, à Ikêmon. Les populations de cette localité l'auraient viré à leur tour. On l'affecta alors à Akpéro. Les populations disent là aussi non. Marcos se retrouva alors affecter chez lui, à Idouya. Mais il continue de se domicilier à Kilibo.


Les amis de Idohou demandèrent à Marcos de donner l'antidote de son poison à la victime pour le sortir d'affaire. Il en était incapable. Le soir même, le jeune Idohou rend l'âme. Stupeur et émoi dans toute la ville de Kilibo. Malgré la présence d'une garnison de gendarmerie à Kilibo, les gendarmes ne bougent pas.


Le vendredi 14 mai 2010, les amis de Idohou se rendent chez Marcos et mettent feu à sa maison. On lui fit boire de l'acide, sans effet. Il serait puissant à cause de ses pouvoirs occultes qui le rendrait invincible. Vers 14H00, les amis de Idohou décidèrent de lui faire subir le supplice du collier ! Il sera brûlé vif avec un pneu embrasé autour du cou.


Cette situation insurrectionnelle est la résultante d'une situation pourrie à Kilibo.


En effet, il y a quelques semaines, certains hommes politiques de la ville auraient demandé à la divinité ORO d'enlever pour de bon six personnes qu'ils considéraient comme leurs adversaires politiques. En plein 21 éme siècle, des débats d'idées n'ont plus cours dans certaines contrées du Bénin. On préfère procéder par des intimidations des plus sordides. Le jeune Idohou serait-il la victime expiatoire de cette guerre de l'ombre?


On se souvient que les élections municipales furent reprises à Kilibo en 2008. A qui profite cette situation délétère qui embrasse cette ville, jadis paisible? Sans aucun doute, aux hommes tapis dans l'ombre qui sont prêts à tout sacrifier sur leur passage à cause de leur égoïsme.


On sait qu'en Afrique sub-saharienne, les richesses des pays font le malheur de leurs peuples. Le Tchad avec son pétrole. La RDC avec tout le potentiel de son sous-sol. A une moindre échelle, c'est la route de la contrebande Kilibo/Nigeria qui fait le malheur des populations de Kilibo. En toile de fond, c'est la guerre pour contrôler cette manne financière (qui ne profite pas à la population) qui ferait couler le sang des innocents à Kilibo.


L'association de développement qui devrait régler ce genre de conflit est en pleine déconfiture. Les gendarmes participent à leur manière au festin. Et les populations crèvent de faim sans aucune infrastructure socio-sanitaire.


Pour ramener la balle à terre à Kilibo, l'état béninois doit prendre ses responsabilités:


  • Le Ministre de la Défense doit rappeler les gendarmes de la localité à l'ordre, voire les muter tous;

  • Le Ministre des finances devrait installer un poste des douanes à Kilibo en urgence.


Benoît ILLASSA

Tag(s) : #Les TCHABE : le dynamisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :