Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

26/06/2012

 

BENIN: À QUAND UN INSTITUT PANAFRICAIN DE CRÉATION LITTÉRAIRE ? [1]

  

Par Olympe BHÊLY-QUENUM

  

Le Bénin n’est pas la Quartier latin d’Afrique : parlant du Dahomey qu’il visita en 1947, Emmanuel Mounier qualifia de « Quartier Latin de l’A.O.F. » cette colonie de l’Afrique occidentale française ; la nuance étant importante, je l’ai déjà soulignée en citant quelques-unes des personnalités que le philosophe personnaliste avait rencontrées ; ce Dahomey-là devenu le Bénin aura-t-il besoin d’un Alain Mabanckou pour savoir ce qu’il faudra faire en matière de création littéraire, culturelle, renouvellement, etc ? Qu’il prospecte en vue d’un colloque ou salon des Etonnants Voyageurs à Brazzaville est légitime : prix Renaudot obtenu au forceps, écrivain ubiquitaire, il est normal - marketing personnel aussi oblige- qu’il soit utile à quelque chose dans son pays qu’il n’osera jamais affronter politiquement.

 

La régression tous azimuts de l’ex-« Quartier Latin de l’A.O.F. » est telle qu’en matière de création littéraire, le Béninois Florent Couao-Zotti s’estime si important in situ, si soucieux de renouvellement comme l’autre l’a été de « Changement », qu’il a jugé primordial de pilorier « les thématiques relativement éculées de Jean Pliya et d’Olympe Bhêly-Quenum. »

 

Quant à son confrère Alain Mabanckou, il appert que le Bénin n’aura jamais besoin d’un homme de son tissu pour pallier sa carence en création littéraire bien que, hélas ! les potentialités, énormes, soient systématiquement annihilées par le régime de l’inculture, de la dictature aussi contre laquelle s’insurge enfin l’Ordre des avocats que je soutiens ; il faut les aider : la France sous François Hollande ne connaîtra pas, je l’espère, la détestation du sarkozysme, mais c’est l’insurrection des artistes, des écrivains et des intellectuels qui sortira le pays de l’impasse et du marasme actuel.

 

Le fait que Monsieur Alain Mabanckou ait été l’hôte de l’Ifb après la diffusion de : « LE MYSTERE DES MESSES QUOTIDIENNES DEMANDEES PAR SASSOU NGUESSO A UNE EGLISE BENINOISE (GODOMEY) » a généré des suspicions; que Florent Couao-Zotti l’eût cornaqué a fait souffler un vent de magouilles dans le prélart de cette invitation ; que le programme du séjour eût été, entre autres, souché sur l’animation de « deux conférences respectivement à l’Institut Tévoédjrè de Porto-Novo et à l’Ifb » dénote sans ambages le fonctionnement des courroies de FrançAfrique : bien qu’enfantin, le piège du séjour de Monsieur Mabanckou est à multidétentes ; j’exhorte donc les élèves, les étudiants, les enseignants, les intellectuels aussi à avoir les yeux grands ouverts.

 

Quand je travaille à mes livres dont plus d’un tient la route depuis plus d’un demi-siècle, je ne songe jamais à piétiner mes prédécesseurs, qu’ils soient africains ou d’un autre continent ; je dis donc : eu égard à l’estime que j’avais pour Florent Couao-Zotti, je suis triste pour son avenir littéraire ; Socrate réussissait la maïeutique ; quel avenir pour la création littéraire au Bénin, si le récipiendaire d’un prix littéraire obtenu au forceps comme pour un accouchement à problèmes ? Ni Florent Couao-Zotti ni Monsieur Alain Mabanckou venu l’encenser au Bénin ne détrôneront Olympe Bhêly-Quenum. Je pourrais traiter leur démarche par le mépris, voire, par l’indifférence, mais abikú, je préfère sortir du Bois et déminer le terrain.

 

Qui est Monsieur Alain Manbanckou ? Aura-t-on constaté qu’il était allé au Bénin à l’époque où circulait le document faisant état de la messe d’Action de grâces dont la somme provenait du Congo Brazzaville ? Il n’y a pas de connexion probable entre les deux faits, mais l’argent, somme énorme, provenait du Congo-Brazzaville ; Monsieur Alain Mabanckou y naquit en 1966[2] ; on s’est hâté de m’écrire : «… un des acteurs, le manipulateur des fonds est de votre famille » ; je ne renie jamais les miens, mais je ne suis pas comptable de leurs actes, bons, ou mauvais et préjudiciables. Dans son élucubration dont on peut lire(fj) l’essentiel à mon sujet, Monsieur Mabanckou déclare :

 

« Kourouma est le deuxième auteur africain à recevoir le Renaudot >>. Qui dit mieux ??? C’était suffisant pour que le vieux sage ivoirien, l’indéboulonnable Kourouma, soit la cible des tirs groupés de quelques écrivains envieux qui guettent à chaque aurore le jour de leur propre couronnement... qui ne viendra jamais ou, dans le meilleur des cas, surviendra à titre posthume ! Et encore... »

 

Qu’il m’ait accusé ou simplement soupçonné de jalousie à propos de mon interview consacrée à Ahmadou Kourouma m’a fait rire et rappeler deux anecdotes d’un de ses amis :

 

1°A Alger, lors d’un colloque littéraire, la pulsion de paraître, de se mettre en vedette tel le chaton de l’anneau de Gygès avait incité Monsieur Alain Mabanckou à déclarer que Wole Soyinka était décédé.

 

2° Cherchant à bien se coller à Sarkozy, l’écrivain congolais lui dit avoir fréquenté la même université que lui ; l’ex-chef d’Etat a vivement pris ses distances en précisant où il avait fait ses études de droit.

 
 Ces comportements révèlent sa nature et je dis : des regrettés Félix Tchicaya U’ Tamsi, Sony Labou Tansi[3], Jean-Baptiste Tati Loutard, à Aimée Gnanli et Henry Lopès, les écrivains congolais que j’ai continus et que je relis volontiers étaient et sont d’une texture autre que celle de Monsieur Alain Mabanckou ; ni lui ni Monsieur Florent Couao-Zotti qu’il est allé épauler au Bénin où il cherchait à étoffer son public de lecteurs n’ont encore eu et n’auront jamais le courage du romancier-écrivain politique que je suis : je décris mon pays, ceux des régions africaines où il m’arrive de séjourner, constate les maux dont ils souffrent, leur pauvreté, leur régression tant culturelle que morale ; à visage découvert, l’écrivain politique montre du doigt en les dénonçant nommément les acteurs politiques qui réduisent nos pays à un tel stage. De Promenade dans la forêt [4] à C’était à Tigony, roman dont 45 exemplaires envoyés à la presse de l’Hexagone ont été étouffés, nul ne peut me taxer de plagiat.
 
 Sur le plan politique, j’aimerais bien connaître les réactions écrites de Messieurs Couao-Zotti et Mabanckou quand, président de la République française, le sieur Nicolas Sarkozy a eu piétiné l’Afrique au sein de l’université Cheikh Anta Diop; exemplaire était la virulence des filles de Kourouma parue dans Libération ; mes ripostes contre Sarkozy et son scribe Henri Guaino sont encore en ligne à : www.obhelyquenum.com (( cf rubrique Politique) ; par deux fois Olympe Bhêly-Quenum est cité dans L’Afrique répond à Sarkozy[5]
 

Voilà qui et quel écrivain africain je suis : le contraire des salamandres des Instituts français, anglais, américains, allemand, etc. dont j’apprécie la présence, l’utilité ainsi que l’importance dans nos pays, mais pas au point d’applaudir les lobbies, ni les Africains dénaturés, serviles qui sapent les fondements socioanthropologiques et socioculturels des pays africains.

 

Olympe BHÊLY-QUENUM

[1] L’idée et le projet en existent depuis 1998 ; j’en avais longuement discuté avec le Cardinal Gantin.

 

[2] Année où j’ai été fait lauréat du Grand prix d’Afrique pour Le Chant du Lac.

[3] Il avait reçu le prix Ibsen en 1988 et je lui ai consacré une partie de mon intervention à Oslo.

[4] Ma première nouvelle écrite en 1949 après ma rencontre avec André Breton.

[5] Edits Philippe Rey, Paris.

Tag(s) : #EDITORIAL

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :