Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BENIN - Acharnement contre le numéro 1 du Madep: Si Yayi-Aboumon savait qui était Fagbohoun …

 

 

1 décembre 2010 par richard 

  

 

La publication dans notre parution du mardi 30 novembre 2010 de la correspondance adressée au chef de l’Etat par le député Séfou Fagbohoun et relative à l’acharnement dont ce dernier est victime de la part du gouvernement a suscité beaucoup de réactions. De la synthèse de ces réactions, on retient clairement que si Boni Yayi savait qui est Séfou Fagbohoun, jamais il n’aurait agi de cette façon à son égard.

 


 


 

 

Boni Yayi a cherché là où personne ne se hasarde ! Dans le bras de fer qu’il a engagé avec l’honorable Séfou Fagbohoun, il part assurément perdant à défaut de perdre beaucoup de plumes. Le long silence du numéro 1 du Madep est interprété déjà comme annonciateur d’une réplique sans merci. Selon certaines indiscrétions, la correspondance adressée au chef de l’Etat est l’œuvre de Fagbohoun lui-même. Certaines expressions d’ailleurs poussent à y croire. Ceux qui l’ont décrypté ont compris. Fagbohoun a traduit dans sa correspondance exactement ce qu’il ressent, ce que son cœur lui dit. « … Et rien n’étant plus caché sous la République, il se révélera que tout ce qui était entrepris contre moi l’était de votre fait, sur des recommandations hautement présidentielles. » Une déclaration lourde de sens. En tout cas, tout porte à croire que le député du Madep sait bien l’origine de toutes ses difficultés. Il ne se trompe pas à ce sujet. Selon les informations recueillies auprès de certains de ses proches, c’est le chef de l’Etat qui est le premier commanditaire de tout ce qui est arrivé à Séfou Fagbohoun. Ceci peut expliquer l’utilisation de l’expression « … vous n’avez jamais cessé de me jouer le matin, la comédie de la mise au tombeau et le soir, celle du rapprochement et de l’entente ». La simplicité des langages a permis de mesurer la profondeur de la plaie que traîne le député du Madep du fait du régime du changement. Pour la plupart de nos lecteurs qui ont bien voulu nous donner leurs appréciations par rapport à cette correspondance, Yayi a signé son propre départ en 2011.

 

L’histoire va se répéter

 

Tout aujourd’hui, oblige Fagbohoun à faire en sorte que la page Yayi soit tournée en 2011. Dans un premier temps, il y a son emprisonnement sans raison aucune puisqu’au bout du rouleau, le chef de l’Etat même ne sait pas ce qu’on lui reproche véritablement. En tout cas, la justice a montré qu’il n’avait rien à voir avec ce qu’on a tenté de lui faire endosser. Déjà à ce niveau, la plaie est profonde et mettra du temps pour se cicatriser. Malheureusement, des événements aggravants n’ont pas permis à la plaie de se cicatriser. Le contenu de la lettre permet de le dire. Fagbohoun est très fâché contre Boni Yayi. On annonce même qu’il y a d’autres situations qui ne méritent pas d’être portées sur la place publique. Face à tout cela, Séfou Fagbohoun n’a plus de choix. Sa revanche, il la prendra dans quelques mois lors des prochaines présidentielles et législatives. Même privé de liberté, il a réussi ce que très peu d’hommes politiques peuvent faire. Il ne souffre d’aucun doute que sa machine, une fois mise en marche fera d’une bouchée tous les mouvements qui se réclament du changement au niveau du département du Plateau surtout que cette fois ci ce sera avec l’artillerie Prd. Yayi a cherché et va trouver.

Euloge Badou

 

Tag(s) : #Politique Béninoise
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :