Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

lundi 5 juillet 2010, par dp 24 H
 
Affaire ICC- Services: Les déclarations de Marcel de Souza compromettent Boni Yayi

 
L’ancien directeur national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) à Cotonou et actuel conseiller technique du chef de l’Etat chargé des questions macroéconomiques et bancaires, Marcel de Souza était hier sur l’émission ‘’75 minutes pour tout dire’’ de Radio Tokpa.
Consciemment ou inconsciemment, il a fait des déclarations compromettantes pour le président Boni Yayi dans l’affaire ICC-Services.
 

Le conseiller technique du chef de l’Etat, chargé des questions économiques, financières et bancaires, Marcel de Souza, a-t-il convaincu les Béninois, ce dimanche ? Non. Dans ses déclarations, il a fait des révélations compromettantes pour le chef de l’Etat. La preuve est que la plupart des auditeurs ne lui ont pas fait cadeau. En effet, il a souligné que le président Boni Yayi n’est mêlé ni de près, ni de loin, aux manœuvres de ICC- services. Toutefois, il a reconnu que les responsables de ce scandale ont été reçus en audience par le premier Magistrat de la République au cours de laquelle, ce dernier a décidé de régler le problème d’agrément auquel ils étaient confrontés.

 

En plus, il a révélé que le président Boni Yayi a rencontré le pasteur Benoît Agbaossi, très malade, dans les locaux de ICC- Services. Pour lui, ces indices ne suffisent pas pour le mêler à ce scandale qui fait actuellement des ravages dans plusieurs milliers de foyers de Béninois. Les déclarations de Marcel de Souza ont suscité de grandes inquiétudes dans l’opinion qui avaient du mal à croire à la non complicité des autorités béninoises dans cette affaire. Lors de ladite audience, les responsables de ICC- Services n’ont-ils pas expliqué le fonctionnement de leur structure au chef de l’Etat ? Voilà une question que les intervenants se posent surtout que cette société de placement d’argent est installée au Bénin depuis quatre ans au moins ; donc à l’ère de Changement.

 

Un argument peu convaincant quand on sait que les services de renseignement de la présidence de la République sont là tout au moins pour révéler au président Boni Yayi que les opérations de ICC-Services sont illégales, un rôle également important que l’espionnage politique. Face à cette question, les Béninois demandent que toute la lumière soit faite sur ce dossier. Le comble est que les responsables de cette structure ont exploité les photos faites avec le chef de l’Etat pour plus attirer les clients. Aucune autorité n’a réagi jusqu’à l’éclatement du scandale pour corriger le tir. Au contraire, ils ont fait des œuvres sociales aux populations sous couvert de certains hauts gradés de la mouvance.

 

Pourquoi n’ont-ils pas été interpellés sur l’origine de leurs fonds par le gouvernement du président Boni Yayi ? En plus, Marcel de Souza a laissé entendre que le premier responsable de ICC- Services a été arrêté dans son bureau à Abomey-Calavi. Qu’est-ce qui prouve qu’il ne s’agit pas d’une arrestation négociée ? Alors, pourquoi les accusés n’ont-ils été présentés au procureur de la République pour décider de leur sort ? Des dispositions adéquates doivent être prises dans les meilleurs délais pour dédommager les victimes. C’est un nouveau test pour le régime du Changement.

 

Cécile AGOSSA

Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0