Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jeudi 29 juillet 2010

  

 

Après Zinzindohoué, Lawani, Fassassi et Biaou, Houdé et Golou dans le collimateur de Yayi-Aboumon

 

 

(Le prince du Changement veut porter le masque de Zorro)

  

Par Eric Tchiakpè

 

Après les ministres Kamarou Fassassi, Rogatien Biaou, Soulé Mana Lawani et Armand Zinzindohoué, le Président Boni Yayi s’apprêterait dans les coulisses à envoyer devant la Haute cour de justice d’autres ministres du régime Kérékou II. En effet, non repu de la première portée de son opération main propre devant l’Assemblée nationale, le prince du Changement a apparemment fait l’option de s’afficher comme celui qui, à son tableau de chasse, aurait épinglé le plus de dirigeants béninois. De ce fait, les anciens ministres Emmanuel Golou et Valentin Aditi Houdé seraient désormais dans la ligne de mire du prince du Changement, lequel serait sur le poing de transférer comme pour les 4 premiers, leurs dossiers devant le parlement afin de l’adoption qui les ferait comparaître eux-aussi devant la Haute cour de justice. Selon nos sources, il leur est reproché, pour l’un, son implication dans l’affaire d’achat de groupes électrogènes pour faire face à la crise énergétique du printemps 1998, pour l’autre sa gestion du dossier Lépi lors de son passage au ministère chargé des relations avec les institutions, tous les deux sous le Général Mathieu Kérékou. Le chef de l’Etat Boni Yayi, malgré les conseils de certains de ses proches sur le risque encouru en ouvrant ce nouveau front, serait prêt à aller jusqu’au bout, décidé à porter le masque de Zorro, le redresseur de torts. Visiblement, l’affaire Icc-Services lui offre l’opportunité de régler quelques comptes avec quelques figures politiques précédemment aux affaires. En effet, les deux nouveaux sur lesquels plane le glaive justicier de Boni Yayi sont des personnalités qui ne sont pas avec le Changement quand elles ne sont pas carrément contre. Golou étant du Psd, parti du Groupe l’Union fait la Nation tandis que Valentin Houdé lui, du G13 et précédemment appelé en vain au gouvernement par Boni Yayi. Cette nouvelle épreuve loin de consolider l’image du chef de l’Etat voulant assainir la classe plutôt l’image de celui qui tente le tout pour le tout pour prouver que son régime n’est pas le plus corrompu. Car en vérité, point n’est besoin de remonter si loin dans le temps pour lutter contre la malgouvernance. Les affaires sous le Changement sont tellement nombreuses et écœurantes que cette tentative a plus l’air d’une distraction de mauvais aloi que d’une volonté de faire quelque chose. Et comme dirait l’autre, « balaie ta propre maison d’abord, plutôt que de t’occuper du seuil de la maison du voisin ».



Tag(s) : #Politique Béninoise