Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Publié le 14 octobre 2011

 

 

« Moi je pense déjà à l’après 2016. Jamais je ne tricherai. Je quitterai bel et bien le pouvoir d’Etat à la fin de mon second et dernier mandat ». C’est en substance la confession que le Président de la République Docteur Boni Yayi a faite à ses frères Nago lors de la réunion qu’il a tenue avec eux samedi dernier à la Présidence de la République.

 

Autrement dit, le Chef de l’Etat, pour une énième fois vient de démontrer sa bonne volonté à ne pas tripatouiller la Constitution pour s’éterniser au pouvoir. En langue Nago et sans détour donc, Boni Yayi a répété à ses frères venus discuter avec lui des problèmes de leurs localités et lui exprimer leur indéfectible soutien même au-delà de 2016, les mêmes propos qu’il a tenus devant la Communauté internationale et lors de sa prestation de serment en avril dernier.

 Voyant comme une grâce divine le second mandat qu’il vient d’obtenir du peuple béninois, Boni Yayi entend donner au Bénin, un nouveau départ pour sa relance économique. Sans langue de bois, le Chef de l’Etat a rappelé à ses frères et sœurs venus lui témoigner de leur soutien, sa détermination à mener avec succès les différentes réformes qu’il a engagées pour que le pays puisse retrouver ses marques pour un développement certain et durable à travers notamment, le changement des mentalités.

 Sur le second volet de la rencontre lié à la problématique du développement des régions Nago, lesquelles les populations ont estimé avoir été abandonnées par le Chef de l’Etat lors de son premier quinquennat, Boni Yayi a promis faire de son mieux afin que pendant son second et dernier mandat, il puisse donner à l’aire Nago, ce qui lui revient de droit.

 

Boni Yayi sur les traces d’Obassanjo

 

Visiblement, le Chef de l’Etat, Docteur Boni Yayi veut se hisser au rang de certains grands hommes d’Etat africains. En affirmant urbi et orbi sa volonté de quitter le pouvoir d’Etat une fois son mandat échu, le refondateur se met au diapason de ceux qui, en dépit de leur popularité refusent de tripatouiller pour s’éterniser au pouvoir.

 

Le remarquable exemple que Boni Yayi veut suivre semble être celui de son père spirituel, Olouségoun Obassanjo qui a su quitter le fauteuil présidentiel malgré son impressionnant bilan à la tête de l’Etat nigérian pour lequel il a réussi à imprimer une relance économique à nulle autre pareille. On se souvient encore de la légitimité légendaire dont il continuait de bénéficier de son peuple à la fin de son dernier mandat.

 

 Et pourtant, il a fortement résisté à l’appât en quittant plus tôt le pouvoir, donnant ainsi à tout le continent africain, une belle leçon de démocratie. Avec les nouvelles options de Yayi, on peut affirmer sans risque de se tromper, si les choses demeurent à l’état, que le Chef de l’Etat est sur les traces de l’ancien Président nigérian, Oluségoun Obassanjo.

Wandji A

L'Evènement Précis



 

 
 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :