Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jeudi 8 septembre 2011

 

 

BENIN - Boni Yayi, Olympe Bhêly-Quenum et Benoît Illassa: qu'est-ce qui les oppose?

 

 

 

Entre le président Boni Yayi et les compatriotes Olympes Bhêly-Quenum et Benoît Illassa, il existe forcément un différend que les Béninois voudraient bien comprendre afin de savoir ce qui peut bien expliquer la position de ces deux Béninois par rapport à la politique du président de la République. Il faut remonter à la veille de la présidentielle de mars 2006 pour comprendre l’origine de cette guerre ouverte entre les trois hommes. En effet que ce soit Benoît Illassa, le doyen Olympe Bhêly-Quenum ou encore l’ensemble du gotha intellectuel béninois, tous ont placé leur espoir dans le président Boni Yayi vu que les deux mandats du général Mathieu Kérékou ont ramené le Bénin à la case de départ. Mais très tôt, leurs espoirs ont été déçus et plus que sous le régime de Kérékou, des insuffisances ont été relevées et cette fois-ci avec de graves menaces sur la démocratie et la liberté d’expression. Du coup, celui qui incarnait l’espoir de tout un peuple est devenu celui qu’il fallait ralentir dans ses élans pour sauver ce qui pouvait encore l’être de la démocratie béninoise.

 

Pour y parvenir, Benoît Illassa ne rate aucune occasion pour fustiger les tares du régime Yayi. Les caciques du régimes ne pouvant laisser le blogueur continuer à donner aux compatriotes de la diaspora les informations du pays ont donc entrepris d’assigner Benoît Illassa en justice. Un procès qui a eu lieu en France et dont le verdict a été satisfaisant pour le camp Yayi. Cependant, l’ardeur de Benoît Illassa n’a nullement été émoussée et il a donc continué à ‘’libérer’’ l’information. Quant au doyen Olympe Bhêly-Quenum, il ne pouvait admettre que son cher et beau pays, le Bénin jadis, un modèle de démocratie en Afrique et dans le monde bascule du jour au lendemain dans le classement des pays dictatoriaux. Toute chose qui le pousse de temps en temps à charger le régime du Changement. C’est d’ailleurs le cas de toute l’intelligentsia béninoise qui avait vraiment foi en Boni Yayi pour changer les choses. Le seul conscient de la chose mais qui reste les deux pieds joints dans le système est le professeur Albert Tévoèdjrè qui place ses intérêts au-dessus de ceux de la Nation. En tout cas, l’histoire retiendra le nom de tout un chacun selon les actes qu’il aura posés.

 

Lire l’interview que le doyen Olympe Bhêly-Quenum a accordée à Benoît Illassa

 

Georges godwill

 

Source: Le Béninois Libéré

 

 


 

 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise