Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

BENIN - Comme au Rwanda, le nouveau slogan du dictateur Boni Yayi: A mort les journalistes !

  

 

Charles Ingabiré, en exil à Kampala (Ouganda), a été tué le 1er décembre. Trois autres journalistes avaient été arrêtés en novembre. Ils avaient pour point commun de critiquer le président rwandais Paul Kagamé.

 

 

08.12.2011|Courrier international

 

Charles Ingabire

 

Dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre 2011, le journaliste Rwandais Charles Ingabire, éditeur et rédacteur en chef du site internet Inyenyerinews.org, a été assassiné à Kampala, capitale de l'Ouganda voisin. Très critique vis-à-vis du président rwandais Paul Kagamé et son régime, ce journaliste rescapé du génocide de 1994 était réfugié à Kampala depuis 2007.

 

Selon le quotidien ougandais The Daily Monitor, Charles Ingabire s'est présenté à un rendez-vous, le 30 novembre vers 22 heures, dans un bar situé en banlieue de Kampala. Vers 2 heures du matin, le journaliste s'apprêtait à rentrer chez lui lorsqu'il a été touché par balle dans la poitrine. Il est mort sur le coup. Deux suspects, un gardien et un serveur du bar ont été arrêtés pour être interrogés.

 

"Le gouvernement n'a pas su protéger la vie de Charles Ingabire, mais il doit faire le nécessaire pour que les investigations avancent et révélent les coupables" a déclaré Mohammed Ndifuna, responsable à Human Rights Watch (Organsiation de défense des droits de l'homme) dans Africa Review, un journal kenyan.

 

Ingabire, 32 ans a été enterré dans le cimetière gouvernemental de Kampala. Il laisse derrière lui une femme et un bébé de 5 mois. Aucun membre du gouvernement rwandais n'a assisté à ses funérailles. Avant de prendre le chemin de l'exil et de créer Inyenyerinews.org, Charles Ingabire travaillait à Kigali pour un journal critique et culturel Umuco. Depuis 2009, le journal Umuco ["culture et valeur" en kinyarwanda] n'est plus actif. "Ingabire avait été plusieurs fois menacé de mort, par téléphone, ou par l'intermédiaire de commentaires laissés sur notre site. Il avait récemment été violemment agressé à Kampala. Ce qui lui avait coûté deux semaines à l'hôpital. Ces agresseurs voulaient manifestement que le journaliste ferme son site Internet", rappelle Inyenyerinews.

 

Les journalistes rwandais en exil à Kampala sont souvent en danger d'après Reporters Sans Frontières. En 2010, plusieurs d'entre eux avaient été agressés dans la capitale ougandaise. "Il s'agit du deuxième journaliste rwandais tué en l'espace d'un an et demi, après le meurtre en juin 2010 de Jean-Léonard Rugambage" dénonce l'organisation. Jean-Léonard Rugambage était rédacteur en chef adjoint du bimensuel Umuvugizi. Le journaliste menait des investigations sur l'assassinat de l'ancien chef d'Etat-major de l'armée rwandaise, Kanyumba Nyamwasa à Johannesburg (Afrique du Sud). Umivugizi avait été suspendu en octobre 2010 par le Conseil de médias rwandais (l'autorité gouvernementale).

 

Trois journalistes ont été arrêtés la semaine du 14 novembre. Deux d'entre eux ont été libérés et le troisième est toujours en détention.

 

D'après Rwanda News Agency, l'ambassadrice Susan Rice, représentante des Etats-Unis à l'ONU, a affirmé dans un discours à Kigali que la culture politique avait été étouffée, que la liberté de presse était minimale dans le pays et que les journalistes, les militants des droits de l'homme et les opposants politiques n'avaient pas le droit de se rassembler pacifiquement. "Certains ont tout simplement disparu", a-t-elle dit sèchement, estimant que le défi du Rwanda serait de renforcer sa démocratie.

 

 



 
 
 
Tag(s) : #Politique Africaine

Partager cet article

Repost 0