Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Doyen-OBQ.jpg

 

Garrigues-Sainte-Eulalie, 12/01/2014



BENIN : CULTE ET CULTURE LA FÊTE DU VODUN Par le Doyen Olympe BHÊLY-QUENUM


Par Olympe BHÊLY-QUENUM


Glexwévi djidji né le lundi 20 septembre 1926 au quartier Ahouandigo, 
fils et petit-neveu de Grandes Prêtresses du vodun Alladahouin, j’ai 
appris à marcher dans un couvent vodun ; devenu lettré, professeur de 
lettres classiques, écrivain, chercheur en socio-anthropologie 
culturelle, j’avais consacré 25 à 30 ans aux problèmes du Vodun Gléxwé 
(Ouidah) ; mes liens génétiques et amicaux avec cinq camarades 
d’enfance devenus Grands Prêtres m’ont permis d’avoir des précisions 
grâce auxquelles je sais de quoi je parle quand j’écris sur le Vodun. 

Mon mémoire de Maîtrise présenté à la Sorbonne s’intitule : TRANSE ET 
POSSESSION DANS LE VODUN ALLADAHOUIN ; feu mon ami Jorge AMADO, devait 
m’écrire à propose de LES APPELS DU VODUN :  « J'ai trouvé dans Les 
Appels du vodún, saga que je considère comme ton oeuvre majeure ce que 
depuis longtemps je cherchais dans l'univers de la culture et du culte 
vodún auquel l'Afrique a initié le Brésil ; le fonctionnement du 
rituel, son éthique, sa pédagogie et son action dans la vie sociale des 
adeptes sont admirables et tu m'as ouvert des portes. » Jorge Amado.


Or, en 1993 Monsieur le professeur Paulin Hountondji déclara doctement 
à l’envoyée spéciale du quotidien français Le Monde qui l’a écrit et je 
cite de mémoire : le vodoun n’est pas une culture, le vodoun est un 
culte. J’avais visité Ouidah avec Jorge à qui j’avais montré des 
extérieurs de quelques couvents, après l’avoir présenté à Daagbo Hounon 
; la déclaration du ministre, professeur de philosophie « protestant, 
fils de pasteur » (précisions dans Le Monde) a fait pouffer l’immense 
écrivain brésilien qui m’a demandé : Olympe, qui fait ainsi ostentation 
de son inculture ? J’ai répondu : un philosophe béninois.


La position de Monsieur Paulin Hountondji créa un problème grave dans 
le gouvernement du président Nicéphore Dieudonné SOGLO ; Désiré VIEYRA 
m’a appelé. Je crois que ma conversation avec Désiré outré par les 
comportements de ce philosophe est rappelée dans TOMBEAU POUR DESIRE 
VIEYRA, hommage que je lui ai rendu sur mon site : 
www.obhelyquenum.com ou sur mon blog : 
http://glexwevi.over-blog.com

Le professeur en a fait des siennes dans d’autres domaines : il en va 
ainsi quand des ignorants, des incultes ou des dénaturés se mêlent des 
problèmes de l’Afrique des profondeurs. C’est ce même professeur de 
philosophie qui, par fait du prince, a ostracisé du programme scolaire 
mon livre Un Enfant d’Afrique traduit en russe avec une postface 
remarquable ; cet ouvrage était salué par L. Sédar Senghor, René Maheu 
(DG de l’Unesco), Henri Queffélec (Académie Goncourt) et beaucoup 
d’autres ; des chapitres en ont été traduits en kiswahili. Voilà une 
des images que la haine ou l’acte gratuit donne du Bénin.

 


Amitiés d’Olympe.


O.B-Q

 
 
  
  
Tag(s) : #EDITORIAL

Partager cet article

Repost 0