Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

14/03/2014


BENIN - Débâcle cotonnière 2013-2014 : Le gouvernement doit appeler Talon pour sauver les meubles

 

La campagne cotonnière est en souffrance et l’Armée désœuvrée est appelée au secours. Le gouvernement Yayi est aux abois et recourt aux méthodes contreproductives et suicidaires. Sur ce nous l’invitons à faire sienne, cette formule. Quand on n’a plus de solution, la démarche humble veut qu’on s’en remette à celui qui la détient. En l’espèce, on n’en voudra pas à Yayi de faire appel à Patrice Talon dont il a écarté les usines. Cet homme d’affaires bien avisé dans le domaine cotonnier peut le sauver de la débâcle actuelle. La république lui en sera doublement reconnaissante.

 

On ne saurait cacher la lumière du soleil avec la main. L’absence des usines du groupe Ica de Patrice Talon dans la campagne cotonnière 2013-2014 se fait cruellement sentir malgré la politique de désinformation conduite par les ministres pour cacher cela au peuple. Mais l’évidence est toujours là persistante. En tout cas, les chiffres dont on dispose aujourd’hui révèlent que les performances enregistrées il y a environ un an, c’est-à-dire courant mars 2013, sont largement supérieures à celles notées en ce moment-ci par les structures impliquées dans la campagne cotonnière. En mars 2013 plus de 231 000 tonnes de coton graine avaient été déjà réceptionnées et égrenées dans toutes les usines qui avaient participé à la campagne cotonnière. Alors qu’actuellement c’est-à-dire pour mars 2014, c’est seulement 178 000 tonnes environ de coton qui ont été réceptionnées. Selon nos informations et à écouter le gouvernement à peine 109 000 tonnes ont été réellement égrenées. Faites le calcul vous-même. On se retrouve avec environ 69 000 tonnes de coton graine stockées contre 0 tonne en 2012-2013. Comme quoi, et c’est une réalité, rien ne va cette année malgré les mesures urgentes prises récemment par le chef de l’Etat. Le mois dernier, réunissant plusieurs acteurs du domaine, il a décrété l’opération « Une semaine pour la fin du ramassage du coton dans la zone Centre-Sud Bénin et deux semaines dans la zone Nord Bénin » pour sauver le coton des pluies précoces. Pour réussir, il se donne les moyens de sa politique en déployant sur le terrain les bras valides de l’Armée. Leur nombre avoisinerait 4 000. La question est de savoir, s’il a atteint son objectif. En se rendant dans les zones cotonnières, le constat est lamentable. L’espoir n’est pas permis.


..Du gaspillage pour des contre performances


Il s’agit tout simplement du gaspillage d’énergie, de ressources financières et de la main d’œuvre. Comment admettre cela quand on sait que c’est le Gouvernement lui-même qui s’est substitué aux structures compétentes pour organiser cette campagne qui se révèle catastrophique et très coûteuse. On s’en convainc, lorsqu’on ajoute à ce gaspillage, les charges de stockage estimées à plusieurs centaines de millions, sans oublier les autres risques découlant du stockage (vol, mouille du coton, dégradation de la qualité...). Le chef de l’Etat croyait se donner tous les moyens d’une bonne campagne à travers la réquisition des usines de la Sodeco au nom de l’intérêt supérieur de la Nation, le déploiement des militaires, la mise à contribution des maires et de tous les ministres. Mais, il s’est trompé de politique en écartant les usines de Patrice Talon. Le gouvernement est en train de payer cher la mise à l’écart des cinq usines du groupement Ica qui, selon les spécialistes, ont une capacité de 140.000 tonnes. A s’en tenir à certaines statistiques, les usines du groupement Ica à elles seules avaient déjà réceptionné et égrené environ 70 000 tonnes de coton en pareille période, il y a un an. Et, c’est mal s’y prendre quand on connait ces statistiques et on décide de faire des choix inopérants. Le Dg Sonapra Idrissou Bako devenu dans la foulée coordonnateur des usines de la Sodéco et la Ministre de l’Agriculture Fatouma Amadou Djibril, ont tué le coton béninois en choisissant de manœuvrer pour écarter les usines du groupement Ica. Et pourtant, ces usines appartiennent à un opérateur qui s’y connait le mieux dans le coton et possède une longue expérience. Malheureusement, c’est celui que Yayi Boni persécute par tous les moyens au point de créer du tort à l’économie nationale.

A.T

Source : Le Matinal

 

 

Tag(s) : #Politique Béninoise