Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié le mercredi 4 avril 2012

 

BENIN: Droit de réponse de l’ambassadeur Euloge Hinvi

 

Écrit par Euloge Hinvi

 

Nous publions ce jour, l’intégralité du droit de réponse de l’ambassadeur Euloge Hinvi malgré sa longueur(3500 mots et deux pleines pages du journal) alors que les deux articles sur le sujet querellé ne font en gros que 1500 mots pour deux raisons : La première tient à la déontologie de notre profession (notre souci d’équilibrer l’information en donnant la parole au principal protagoniste du dossier de l’ambassade du Bénin à Bruxelles. La deuxième raison est l’expression de notre volonté de prouver notre bonne foi qui a pu être abusée par nos sources et démontrer par la même occasion que notre journal n’avait aucune intention de nuire.

 

Euloge HINVI

Cotonou, le 03 avril 2012

A

Monsieur le Directeur de Publication du quotidien « La Nouvelle Tribune »

 

Objet:

Droit de réponse au sujet de la rénovation de la résidence de l’Ambassadeur du Bénin à Bruxelles.

 

Références: - Votre Parution du mercredi 28 mars 2012

Votre parution du vendredi 30 mars 2012

 

Monsieur le Directeur,

J’ai lu avec intérêt vos articles que vous avez rendu publics dans vos parutions du mercredi 28 mars 2012 et du vendredi 30 mars 2012 sous le titre « Gestion des services diplomatiques béninois. L’ex-Ambassadeur à Bruxelles rattrapé par son passé » et Gestion des services diplomatiques béninois - 600 millions de francs CFA et la résidence de l’Ambassadeur en piteux état ».

Je note que la question concernant la prétendue « décrépitude de la résidence de l’Ambassadeur qui tombe déjà en ruine » a été évoquée au cours de la réunion du Comité de Direction le 26 mars et déjà le lendemain mardi 27 mars votre journal a reçu un dossier que vous avez fait paraître le mercredi 28 mars et le vendredi 30 mars.

Il s’agit-là d’une promptitude de réaction fort curieuse qui démontre tout simplement que ces publications font partie d’un montage grossier orchestré contre ma personne pour me discréditer à des fins que vous serez amené à justifier, en temps opportun, car j’entends donner une suite à cette affaire par les voies que je jugerai les plus appropriées.

Mais en attendant et usant de mon droit de réponse, j’entends apporter des clarifications à l’opinion publique au sujet des contre-vérités dont sont truffés vos articles. Je voudrais signaler à votre attention que des personnes citées ont déjà réagi pour dénoncer la manipulation dont leurs propos tenus lors de la réunion du CODIR, ont fait l’objet de la part de l’initiateur de cette cabale.

C’est ainsi que Monsieur l’Ambassadeur qui est l’occupant actuel des lieux et qui selon vous aurait reconnu que « les travaux n’ont pas été bien menés » vient d’écrire dans un rapport circonstanciel adressé à l’autorité de tutelle que « les menaces de dégradation qui sont perceptibles aujourd’hui au niveau du bâtiment, sont dues essentiellement aux problèmes d’étanchéité et d’infiltration d’eau provenant des gouttières (corniches) ou de la toiture du bâtiment, laquelle n’avait pas été prise en compte par les travaux de rénovation ».

Il continue en précisant « Pour ma part, les allégations faisant état d’une résidence « en état de décrépitude » me paraissent excessives et disproportionnées. Je suis l’occupant actuel de cette résidence et je voudrais vous assurer que malgré les dégradations occasionnées par l’infiltration d’eau, cette résidence accueille régulièrement de hautes personnalités béninoises qui ne cachent point leur sentiment de fierté ».

Ces témoignages éloquents qui proviennent des mains de l’autorité la plus habilitée pour se prononcer sur l’état des lieux, suffisent à eux-mêmes pour balayer de revers de main vos insinuations et accusations malsaines et infondées.

Mais dans le souci de donner plus d’éclairage sur les tenants et aboutissants de cette machination sordide contre ma personne, je me dois d’apporter quelques précisions.

 

1- Les circonstances de mon rappel

 

J’ai reçu notification de la fin de ma Mission en Belgique par la lettre n00987-C/MAE/SP-C du 23 juillet 2007.
Cette notification a été suivie d’une note verbale n01042-c/MAEIAFBE/SGM/DAlSP-C du 27 juillet qui informait les autorités belges, directement, de la fin de ma mission. Cette procédure n’est pas habituelle, car lorsqu’un Chef de mission reçoit confidentiellement la notification de la fin de sa mission, il lui revient personnellement d’en informer les autorités des pays de sa juridiction et de disposer d’un temps nécessaire pour faire ses adieux audites autorités.

En ce qui me concerne, cette procédure n’a pas été observée. J’ai attiré l’attention du département par lettre n00840/ABB/07/CM/SP-C du 24 juillet 2007 sur l’incongruité de cette situation. Pour toute réponse, j’ai reçu des instructions pour passer service dans le délai d’une semaine (confère lettre n00840-C/MAEIAFBEIDC/SGMIDAlSP-C du 30 juillet 2007). Je me suis donc résolu à respecter les instructions et je suis rentré au Bénin le 1 er octobre 2007, soit deux (02) mois après mon rappel.

Tous les autres collègues ambassadeurs rappelés dans la même période, se sont opposés vigoureusement à cette procédure et beaucoup sont rentrés en décembre 2007.

La passation de service est donc intervenue dans ces circonstances le 06 août 2007, dans la soirée. Le Chargé d’Affaires a. i. a officiellement démarré son intérim le 07 août 2007. Le procès-verbal de passation de service fait état de ce que l’inventaire des biens de l’Ambassade se ferait au moment du départ de l’Ambassadeur. Malgré cette mention, dans une correspondance n00965/ABB/CM/MC/AFAlSP-C du 27 août 2007, Monsieur le Chargé d’affaires me notifiait que l’inventaire de mon bureau, de la salle d’audience et du Secrétariat particulier se ferait le mercredi 29 août 2007. Face à l’absence de réaction de ma part, Monsieur le Chargé d’Affaires a. i. n’a trouvé d’autres alternatives que d’aller changer les clés des portes du Bureau de l’Ambassadeur, en achetant le matériel avec son propre argent et sans s’en référer au Chef de Chancellerie.

Le jour où je me suis présenté à l’Ambassade pour enlever mes effets personnels qui se trouvaient dans ce bureau, j’ai dû passer par le Secrétariat particulier. Ce comportement du Chargé d’Affaires n’a rien d’administratif dans la mesure où il n’a rien à faire dans le bureau de l’Ambassadeur. Il ne s’agit ni plus, ni moins que le début de la cabale contre ma personne qui se poursuit à ce jour.

Dans votre livraison du 28 mars, vous avez affirmé que je dirigeais l’Ambassade depuis la résidence.

Si c’était vrai, cela démontrerait l’incompétence et l’inefficacité de l’intérimaire qui n’est donc pas capable d’assumer de façon pleine et entière les responsabilités qui lui ont été confiées.

Je veux qu’on m’apporte la preuve d’une quelconque correspondance que j’aurais signée à partir du 07 août, en dépit du fait que les courriers en provenance du Ministère, jusqu’à mon départ définitif, étaient adressés à Monsieur l’Ambassadeur et non au Chargé d’affaires. C’est administrativement correct.

Dans la réalité, il s’agit d’affabulations de la part de l’accusateur qui cherche ainsi à se disculper des harcèlements et des humiliations qu’il m’a fait subir pendant mon retrait à la résidence.

En ce qui concerne les chèques tirés sur les comptes et datés du 06 août 2007, ils concernent des factures en instance qui ont été payées ou des achats qui ont été effectués.

Je ne pense pas que la passation de service envisagée pour le 06 août, devrait avoir pour conséquence de suspendre le fonctionnement normal de la chancellerie. Si certains de ces chèques n’ont pas été mentionnés dans le procès-verbal, il s’agit d’une omission du chef de Chancellerie dont la responsabilité ne peut être portée, en aucune manière, par le Chef de mission qui n’est pas le comptable au sein de l’Ambassade. D’ailleurs, dans le courrier n01054/ABB/07/CM/MC/APJ/SP-C du 14 septembre 2007, adressé au Ministre des Affaires Etrangères, Monsieur Désiré Auguste ADJAHI a écrit « le Chef de Chancellerie interrogé quant aux bénéficiaires de ces transactions et à leur irrégularité a juste répondu qu’il s’agissait de chèques en circulation qui curieusement n’ont pas été répertoriés dans le Procès-verbal de passation pour un gestionnaire des ressources financières de l’Etat ».

Ces opérations ont été effectuées à une date où j’exerçais encore la plénitude de mes fonctions d’Ambassadeur. Dès lors, il est malséant d’affirmer que ces chèques ont été tirés à l’insu du chargé d’affaires a. i. Il ne pouvait être concerné dans la mesure où il n’assumait pas encore l’intérim du Chef de mission.

Il importe de souligner que pendant les deux (02) mois que j’ai consacrés à préparer mon retour définitif au pays, il y a eu beaucoup d’autres dérives de la part du Chargé d’affaires que le département a essayé d’arrêter. C’est le cas de mon personnel de maison dont les contrats de travail ont été suspendus en septembre, alors que j’étais encore présent à Bruxelles. J’étais tout simplement interdit de séjour à l’ambassade. C’est ainsi que le Chargé d’Affaires s’est opposé à une réception que le personnel avait décidé d’organiser au sein de l’ambassade à l’occasion de mon départ. En définitive, cette réception a eu lieu dans un restaurant en ville et certains membres du personnel ont bravé l’interdiction du Chargé d’Affaires pour y assister. Par la suite, ces personnes ont été persécutées jusqu’à l’arrivée du nouvel ambassadeur.

Certains de mes homologues ambassadeurs du Groupe Afrique, caraïbes et Pacifique, ont désapprouvé la manière dont mon rappel a été opéré et particulièrement les agissements indignes du Chargé d’affaires. Ils le lui ont manifesté par leur mépris.

Toutes ces accusations ne sont donc que des élucubrations vaseuses d’un individu qui a perdu tout sens des valeurs humaines élémentaires.

 

2- La gestion de la rénovation de la résidence

 

J’ai pris fonctions à Bruxelles, le 04 janvier 2002. A mon arrivée, j’ai trouvé la résidence dans un état de ruine avancée, abandonnée aux rats et aux cafards. Les murs des chambres étaient noirs ou verdâtres à cause des moisissures. Le sous-sol était constamment inondé, après chaque pluie, parfois jusqu’à 50 cm de hauteur d’eau.

J’ai donc pris une maison en location et entrepris de rénover la résidence. J’ai soumis au Gouvernement un dossier. J’ai pu obtenir grâce à mes démarches insistantes des transferts de fonds d’un montant total de 777.000.000 de francs CFA répartis sur quatre (04) ans. Sur ce montant, dix millions (10.000.000) sont réservés pour la Commission interministérielle chargée de réceptionner les travaux (billet d’avion et frais de mission des membres). Lors de la passation de service au chargé d’affaires, ce compte PIP était créditeur de 104.799.430 francs CFA.

J’ai recruté le cabinet d’architectes ORTS et DELTOMBE qui a procédé à une étude technique de la résidence. Des plans de réaménagement du bâtiment, du jardin et des dépendances ont été soumis au comité de trois (03) membres que j’ai mis en place comme l’exigent les textes, pour gérer les travaux. Il s’agit de : l’Ambassadeur, le Ministre Conseiller (Monsieur Désiré Auguste ADJAHI) et le Chargé administratif (Monsieur Richard SOUNOU).

Le comité a opté pour la rénovation parce qu’il fallait conserver l’architecture ancienne tout en modernisant les lieux pour en faire un espace agréable de vie. La rénovation de la résidence s’étant avérée urgente, les travaux y sont concentrés. Il est apparu qu’une rénovation lourde était nécessaire.

L’immeuble présentait des infiltrations importantes dans le sous-sol, les installations techniques n’étaient plus aux normes et J’organisation interne de la maison ne permettait pas de répondre aux multiples besoins d’un Ambassadeur.

La résidence étant un lieu de vie, de travail et de réception pour les hôtes du Bénin en Belgique, il a fallu la réorganiser afin de créer une structure souple, capable de répondre simultanément à différentes exigences. Ainsi, les travaux suivants ont été nécessaires:

L’aménagement extérieur a été revu. L’ensemble de la propriété a été clôturé par des grillages métalliques complétés d’écran végétaux. Les chemins et allées ont été entièrement refaits et réorganisés. Le jardin en façade avant a été redessiné et une clôture végétale en plusieurs étages permet de rendre intime et de magnifier la propriété. Trois nouveaux portails d’accès ont été crées (entrée carrossable, entrée principale et entrée de service).

Ensuite les travaux se sont concentrés sur la réorganisation interne de J’immeuble. La maison avait la particularité d’avoir été agrandie successivement au fil du temps et de souffrir d’un problème d’échelle et de distribution (hall d’entrée trop petit, différences de niveaux entre les différentes ailes de la maison, manque de luminosité, lien avec le jardin inexistant).

Par la création d’un hall d’entrée central ouvert sur les deux étages de la maison et la modification des niveaux d’une partie de la maison, J’accueil des visiteurs est devenu plus agréable. Ce hall permet de desservir les deux ailes principales de J’immeuble et les nouvelles terrasses arrière, de grande dimension. Ces deux terrasses descendent vers le jardin.

La façade arrière a été modifiée pour permettre un lien généreux avec les terrasses et le jardin.

Outre les dispositions spéciales, des installations techniques ont également été prévues pour organiser une bonne réception. La cuisine principale est une cuisine semi professionnelle et deux espaces sont prévus au sous-sol, en lien direct avec la cuisine du rez-de-chaussée pour permettre J’installation d’une cuisine d’appoint et J’accueil éventuel d’un service traiteur extérieur. Des commodités homme et femme sont prévues à droite du hall d’entrée ainsi qu’un grand vestiaire.

Un bureau a également été prévu pour l’Ambassadeur, complété d’un salon de réception et une salle d’attente indépendante. Du même côté, a été aménagée une chambre pour les visiteurs avec sa salle de bains attenante.

Enfin, l’étage a été organisé en deux parties (séparés par le vide du hall d’entrée principal) recevant respectivement les chambres de l’Ambassadeur et de son épouse avec un salon privé et les quatre chambres pour les enfants et leur salon privé. Trois salles de bains complètent ces pièces de vie.

Un logement de fonction a été aménagé au demi-sous-sol de l’immeuble pour le personnel de maison. Ce logement bénéficie d’un accès et d’une terrasse indépendants.

Une fois l’avant-projet terminé, une demande de permis d’urbanisme a été introduite à la commune de Waterloo. Les autorisations furent accordées et le chantier a commencé au mois d’août 2004.

Les différents corps de métier ont été répartis comme suit:

Travaux de gros œuvre;

Entreprise LELOUP

Réception définitive accordée le 24 novembre 2006

Garantie décennale sur les étanchéités et la stabilité à partir de cette date.

Retenue sur les terrasses en arrière.

Plomberie - sanitaires

Entreprise OMNITHERM

Garantie sur l’installation: 10 ans

Garantie sur les appareils: 02 ans

Electricité

Entreprise PA TELEC

Garantie sur l’installation: 10 ans

Garantie sur les luminaires: 01 ans

Climatisation

Société AIR AMBIANCE

Garantie sur l’installation: 3 ans si contrat d’entretien

Cuisine

Garantie sur les appareils électroménagers: 02 ans

Garantie sur les meubles: 10 ans

Les travaux se sont déroulés de manière satisfaisante, avec la collaboration efficace de l’équipe de l’Ambassade.

Outre quelques petits travaux à compléter et qui entraient dans le cadre des garanties des entreprises, deux points restaient en suspens pour clore cette opération de grande envergure.

Un projet d’aménagement du jardin arrière a été dessiné et des entreprises ont fait des offres pour ces travaux.

Le garage en bois à l’arrière de la propriété devrait être démoli et un nouveau petit bâtiment est prévu. 1/ est destiné à recevoir deux véhicules et un local de rangement pour les outils de jardin.

Pour l’ensemble des corps de métier, la date de la réception provisoire des travaux correspondait à l’emménagement dans la résidence, à l’automne 2006.

Le départ du Ministre Conseiller évoqué dans l’article du 28 mars, est lié au fait que celui-ci s’est permis, en l’absence de l’Ambassadeur et sans son accord, d’ordonner le démarrage des travaux. Ce comportement a été reproché au Ministre Conseiller qui dès cet instant, s’est volontairement retiré du Comité. Il fut remplacé par la suite par un autre membre du personnel de l’Ambassade.

Ces travaux ont été conduits du début à la fin par le Cabinet d’architectes belges (ORTS et DEL TOMBE).

Deux contrats ont été signés entre l’Ambassade et ce Cabinet (l’un pour l’exécution et l’autre pour la surveillance des travaux). Ce cabinet d’architectes a sélectionné à chaque fois, par procédure de consultation restreinte, au moins trois (03) entreprises pour chaque phase des travaux.

Les offres reçues notamment en ce qui concerne les matériaux utilisés, sont minutieusement examinées avant les choix des entreprises adjudicataires. Des visites de chantiers sont organisées de façon périodique pour contrôler l’évolution des travaux.

Il faut souligner que lors de leur déroulement, ces travaux ont connu plusieurs périodes de suspension du fait de la non-disponibilité à temps, des crédits pour payer les entreprises à échéance.

Il a fallu l’habileté du cabinet d’architectes pour éviter à l’ambassade, des procès successifs.

Les comptabilités des dépenses effectuées, étaient transmises de manière régulière au département avec toutes les pièces justificatives, avant le transfert des fonds de l’année suivante.

Ces travaux ont pris fin en 2007 et la réception provisoire est intervenue en août 2008. (Confère le rapport de mission d’inspection technique et d’évaluation du 14 août 2008 et le procès-verbal de réception).

Il importe de souligner que la commission interministérielle qui a réceptionné la résidence est composée de représentants du MAEIAFBE, du Ministère des Finances et du Ministère de l’Urbanisme.

Conclusion

Monsieur le Ministre Conseiller et moi avons fait les classes ensemble, depuis le lycée en passant par l’Université avant d’atterrir tous les deux (02) au Ministère des Affaires Etrangères. J’ai eu le mérite d’avoir été nommé ambassadeur et son supérieur hiérarchique direct.

Je pense que c’est-là l’origine de la haine viscérale dont je suis l’objet.

Je ne peux croire que le seul fait de lui reprocher la liberté qu’il a prise d’autoriser le démarrage des travaux de rénovations sans mon accord et en mon absence et qui a abouti à son retrait du comité de gestion, soit un prétexte suffisant pour mener cette opération de délation et de harcèlement bien avant déjà mon départ de Bruxelles. Aucun texte ne m’obligeait à la maintenir dans ce comité. De là, à établir un lien avec une prétendue mauvaise gestion, il y a un pas qui a été trop vite franchi.

Ceci étant, les insinuations et accusations fallacieuses qui sont contenues dans ces deux (02) articles et comme je l’ai démontré plus haut, ne sont que la suite logique de cette mascarade pour les raison suivantes: les travaux de rénovation ont été opères avec toutes les précautions requises et le professionnalisme nécessaire.

Un cabinet d’architectes a été recruté sur la base de contrats, pour évaluer les travaux à réaliser, élaborer des plans d’aménagement et d’exécution et surveiller du début à la fin leur réalisation.

Un dossier technique a été ainsi conçu et soumis à l’appréciation et à l’approbation du comité de gestion dont faisait encore partie le Ministre Conseiller.

Ce dossier technique a été soumis aux services communaux (urbanisme, incendie etc ...) pour l’obtention des autorisations nécessaires avant le démarrage des travaux.

Les entreprises adjudicataires des travaux sont des références dans leurs secteurs d’activité respectifs. Elles ont été sélectionnées sur la base d’une consultation restreinte et après la présentation d’un dossier technique avec la spécification des matériaux à utiliser.

Des contrôles de chantier périodiques ont été organisés pour évaluer au fur et à mesure l’évolution des travaux.

Les travaux exécutés sont accompagnés de garanties parfois décennales.

Certaines garanties courent encore jusqu’en 2016.

Les paiements des factures aux entreprises ont été faits par des virements bancaires après l’autorisation préalable du cabinet d’architectes.

Les décomptes relatifs à l’utilisation des fonds mis à disposition par le budget national, sont adressés régulièrement aux services financiers compétents. Ainsi, jusqu’à la fin de ces travaux et cinq (05) années après mon départ de Bruxelles, je n’ai fait l’objet d’aucune interpellation pour mauvaise gestion.

Il est étonnant qu’après avoir mal géré les ressources mises à disposition, je parte du poste en laissant sur le compte PIP, plus de cent millions (100.000.000) de francs CFA.

J’ai reçu en janvier 2006, une inspection des finances qui n’a relevé aucun cas de mauvaise gestion.

La réception provisoire des travaux a été effectuée en 2008, soit un an après la fin des travaux, par une commission interministérielle en présence d’une délégation de l’Ambassade dont le Ministre Conseiller. Le procès-verbal de réception a été signé par l’ensemble des personnes présentes sans qu’aucune réserve n’ait été enregistrée et sans contrainte aucune.

Parti depuis bientôt cinq (05) ans de Bruxelles, je ne peux être comptable de la manière dont la résidence est entretenue.

L’Ambassadeur du Bénin à Bruxelles, occupant actuel des lieux, a fait un rapport circonstanciel à l’autorité de tutelle, le 29 mars 2012, qui contredit en tout point la description mensongère que vos articles ont donné de l’état des lieux actuel.

Au demeurant, toutes nos affirmations peuvent être vérifiées et sont étayées par des preuves irréfutables. Il suffisait donc que l’auteur de l’article qui s’est prêté à cette opération de calomnie, ait un peu de décence et fasse preuve de professionnalisme et d’honnêteté intellectuelle, comme l’exige la déontologie de sa profession, pour mener ses propres investigations.

Contrevenant à ces principes élémentaires, il s’est volontairement rendu complice d’une démoniaque conspiration.

Je vous saurais donc gré, Monsieur le Directeur de Publication, de publier intégralement ce droit de réponse.

Dans l’attente de votre prompte réaction, je vous prie de croire à ma parfaite considération.

 

Source: LNT

 
Cotonou
Ambassadeur, Secrétaire Général
Adjoint- MAEIAFBE
01 BP 318 Cotonou
 
 
 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise