Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Émergence recherche promesses pour 2011…

 

Par arimi choubadé

Rédigé le 03 février 2010


 

Les bébêtes de radio Planète l’appelle « le magicien », en référence à la manière dont le docteur-président a emballé les Béninois en 2006. Le rêve de l’avènement d’un Changement radical dans la gouvernance publique qui devrait aboutir à une émergence économique prodigieuse a sonné le glas de la classe politique traditionnelle. A peine si cette dernière a pu sauver quelque chose du naufrage collectif. Le tsunami venu de Lomé a emporté 3 Béninois sur 4. Soutenu par une foultitude de promesse dans la besace à miracle :

 

mobilisation de 5.000 milliards en un an, taux de croissance à deux chiffres, des unités industrielles dans chaque commune, le coton à 600 mille tonnes, la prospérité partagée. Sous un feu de promesse aussi nourri, les suffrages sont tombés sous le charme cauris en 2006. Il fallait mettre une couche supplémentaire dès 2007 à l’occasion des législatives avec l’exonération de frais d’écolage dans le primaire et la maternelle, les micro-finances aux plus pauvres. Le tour de 2008 et les municipales : la gratuité de la césarienne, exonération des frais de scolarité à l’université, aide aux sinistrés des inondations, construction virtuelle de l’école de base de Yagbé.

 

La besace s’est considérablement allégée à l’orée des échéances présidentielles et législatives cumulées de 2011. À moins d’un an de la fin de mandat tout le monde sait à commencer par les émergents eux-mêmes que le taux de croissance ne franchira pas la barre des 4% c’est-à-dire le niveau où le Caméléon l’avait laissé lorsqu’il déménageait de la Marina. Aucune usine supplémentaire n’a ouvert ses portes sous le règne Yayi. Au contraire, les quelques-unes qui existaient avant la déferlante cauris peinent à garder leurs portes ouvertes au bout de quatre ans de Changement. Le bilan en la matière se décline à l’aune de l’agonie programmée des usines d’engrenage de coton et de fabrication d’huile végétale, le lamentable épilogue de l’usine de fabrication de cigarette de Ouidah et l’absence d’inspiration en ce qui concerne la relance de la zone franche économique de Sèmè-kpodji.

 

Le ton de la pré campagne démontre à souhait que le débat sur un quelconque bilan est totalement proscrit. Le grand maître ne saurait se prêter à un malsain jeu de justification. C’est d’ailleurs pour cela qu’il s’est refusé à toute espèce de contrat avec le peuple. Le grand public n’a jamais eu accès à un programme de gouvernement clairement décliné pouvant servir de base à d’éventuelles évaluations. Un avant-goût de sa défense a été dévoilé sur le petit écran au sujet des explications présidentielles consécutives aux malversations autour de l’organisation du sommet de la Cen-Sad à Cotonou : « Responsable mais pas coupable ». La même parade vaut pour tout ce qui n’a pas marché sous le mandat. Et Dieu seul sait si quelque chose a réellement marché pour les non rentiers majoritairement exclus de la mangeoire commune.

 

Avec la réputation de paroles manquées et de signatures non honorées qui lui colle à la prunelle, le docteur-président sait que l’exploit des promesses à tout vent ne peut plus être renouvelé aussi facilement qu’auparavant. Aux cotonculteurs floués, aux consommateurs de des sociétés d’énergie électrique et d’eau quotidiennement escroquées, aux sinistrés des inondations abandonnés, il faut ajouter les fonctionnaires qui ont vu plusieurs de leurs acquis sociaux remis en cause alors qu’il leur a été promis la prospérité partagée. Ce qui suppose que si le nombre et le salaire des ministres augmentent eux aussi devraient espérer une valorisation de leurs revenus. On voit bien au démarrage de la pré campagne que l’option promesse cède progressivement la place à la bondieuserie. Les Béninois seraient très sensibles au gain facile (promesses mirifiques) et à Dieu.

 

Priez et louez Dieu, messieurs ! qui sait ?

 

arimi choubadé

Rédigé le 03 février 2010



 

Tag(s) : #EDITORIAL
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :