Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

KILIBO: Huit personnes incarcérées dans une affaire d'assassinat sur fond politique

 

Abomey, 04 juin (ABP) 

 

Huit (08) personnes séjournent depuis le mardi 25 mai dernier à la prison civile d'Abomey pour assassinat et complicité d'assassinat à Kilibo d'un enseignant; un acte crapuleux survenu le 14 mai, note-t-on, sur fond de considérations politiques.

 

Marcos Taïo, plus de cinquante ans, enseignant de son état et directeur de l'école primaire publique d'Iduya dans l'arrondissement de Challa Ogoï à Ouessè Wogoudo a été atrocement assassiné le 14 mai dernier. Ses bourreaux l'ont accusé, apprend-t-on, d'avoir empoisonné un jeune homme dont il est l'adversaire sur le plan politique. Ce dernier aurait été pris de malaises après qu'ils ont pris un pot ensemble et était passé de vie à trépas. En riposte, il y a eu un déferlement de représailles auxquelles ont pris part une horde de personnes. Un chef traditionnel aurait même prononcé la sentence mortelle contre le mis en cause qui a été lynché, vitriolé avant d'être aspergé d'essence et brûlé. Alertés, même les gendarmes n'ont rien pu faire pour le soustraire à la furie de ses bourreaux. Sa seule maison et tous ses biens ont été, dans la foulée, brûlés.

 

A la demande de sa famille qui rassurait conjuguer au passé tout ce qui était arrivé, son corps a été exhumé huit jours après les événements, soit le 22 mai pour leur être rendu. C'est ainsi qu'il a été découvert que l'homme avait été charcuté et qu'il manquait au cadavre de nombreuses parties, à savoir, le contenu de la cage thoracique dont le cœur, la jambe gauche, l'avant bras droit et le sexe.

 

Sur ces entrefaites, la famille avait refusé de prendre un corps amputé. Dans la confusion, ceux qui l'ont enterré tentent, sans succès, de se débarrasser des restes du cadavre en les déposant à la morgue.

Personne n'a voulu prendre des restes humains en état de putréfaction très avancé, sauf une morgue traditionnelle située à Avogbana dans la commune de Bohicon. Ainsi, depuis bientôt deux semaines les restes de Marcos Taïo y séjournent dans l'attente des parties manquantes.

 

C'est au lendemain de ces nouveaux développements, c'est-à-dire le dimanche 23 mai 2010 que la compagnie de gendarmerie de Savè opère les premières arrestations. Il s'agit de ceux qui ont été identifiés pour avoir brûlé la maison du nommé Marcos Taïo, qui l'ont vitriolé, aspergé d'essence et brûlé vif. Mais depuis bientôt deux semaines, plus rien. Ce qui est inquiétant lorsqu'on imagine, comme le confirment des sources concordantes, que ceux qui en savent beaucoup sur cette affaire courent toujours et sont certainement plus nombreux que ceux qui sont sous les verrous.

 

ABP/JFH/BTM



Tag(s) : #Les TCHABE : le dynamisme

Partager cet article

Repost 0