Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BENIN: L'Ambassadeur Joseph Olabiyi YAÏ (UNESCO) dénonce un viol de l'idéal de paix en pays Tchabè
 
 
APPEL POUR LA PAIX, LA RECONCILIATION ET LE DEVELOPPEMENT DU PAYS TCHABE (BENIN) 
 
Des événements douloureux qui entachent l'honneur et l'image de notre peuple et portent atteinte à son intégrité sont survenus dans notre pays tchabè depuis plus d'un an. Parmi eux nous citerons notamment :
-
l'emprisonnement à Abomey de 15 chasseurs de Kilibo depuis le mois de novembre 2008;
 
-
les arrestations du maire de Savè (déjà libéré) et du chef d'arrondissement de Offè (nous ignorons s'il est toujours incarcéré) en 2010;
-
la mort horrible et violente de ORO Marcos brûlé vif à Kilibo en 2010, suivie de plusieurs arrestations dans la ville.
 
Ces évènements constituent un viol de l’idéal de paix plusieurs fois séculaire dont nous avons hérité de nos ancêtres; ils sont également une rupture de fait du pacte de paix auquel adhèrent tacitement les populations de chez nous.
Les conséquences immédiates en sont traumatisantes, voire paralysantes, si violentes et inattendues sont les blessures des cœurs. Or la paix sociale est un trésor si important qu'il faut la sauvegarder à tout prix. C'est en effet la condition première à réaliser pour chercher et trouver le remède servant à panser les cœurs blessés.
 
Rétablir le calme et la sérénité, puis la paix dans notre région tchabè est incontestablement aujourd'hui le premier défi à relever. Gardons à l’esprit que l’enjeu final, c’est-à-dire le développement endogène dans l’harmonie et la paix durable, risque fortement d’être compromis sans cette essentielle composante qu’est la paix.
 
Conscients de ce problème auquel nous sommes tous confrontés et auquel il nous faut trouver une solution, nous enfants du pays tchabè résidant en France, réunis d'urgence à l'initiative du frère YAÏ Olabiyi Joseph le 6 juin 2010 à Paris, appelons de façon pressante tous les fils et filles du pays tchabè à œuvrer pour la paix, la réconciliation des cœurs et le développement de notre société.
 
Nous nous félicitons des initiatives individuelles et collectives déjà prises dans ce sens et encourageons à persévérer dans cette voie et à coordonner toutes les bonnes volontés afin de rétablir la paix dans toute la région tchabè.
 
Le passé éduque le présent pour bâtir le futur. C'est pourquoi nous lançons un appel humble et respectueux aux deux rois, Adetutu et Oyedépo pour qu’ils concluent un protocole de paix et d’entente entre eux, condition sine qua non pour la paix et le développement dans tout le pays tchabè.
 
Nous les appelons à se souvenir et à s'inspirer de la noblesse d’esprit caractéristique de nos ancêtres, notamment de leurs prédécesseurs: esprit de tolérance, de compréhension, de concession réciproque, de volonté de dénouer les difficultés les plus complexes par la parenté à plaisanterie autrement nommée gonnechi pour aboutir à l'unité du royaume, héritage et trésor précieux à préserver. Cela est d'autant plus important que la division nous affaiblit, nous expose et nous rend très vulnérables aux attaques extérieures.
 
Nous voulons ardemment la paix dès maintenant pour les générations actuelles et pour celles à venir de nos descendants.
 
Notre présent appel aux uns et aux autres est notre première pierre apportée à l'édification de notre maison commune. Dans un proche avenir nous comptons envoyer au Bénin une délégation conduite par le frère YAÏ Olabiyi afin d'y rencontrer ceux avec qui il faudra œuvrer pour que la paix soit rétablie chez nous : les deux rois, les sages et les intellectuels de tradition africaine comme ceux formés dans la tradition européenne, les représentants d'associations de femmes, de jeunes, associations de développement, Imonlè, CRI, les dirigeants politiques, les maires avec leur équipe municipale respective, les chefs d'arrondissements, les chefs religieux etc.
Dores et déjà nous préconisons l'institution désormais d'une ’’Journée de la Paix" qui sera célébrée chaque année dans tout le pays tchabè afin de régénérer et de pérenniser la culture de la paix dans les cœurs des différentes populations de notre région, surtout parmi les jeunes. Pour qu’elle soit durable, force sera de protéger cette institution contre toute récupération à des fins personnelles, politiques ou autres.
 
Enfin, face aux conflits répétés au sujet de la propriété terrienne en pays tchabè, la nécessité s'impose d’instituer un forum aux fins, au bout de débats qui s’informent de nos pratiques séculaires en la matière et rejettent toute logique de marchandisation effrénée, d’aboutir à une politique de l’occupation de nos terres entérinée par la loi, pour mettre fin à ces affrontements parfois violents.
                                                                   
Paris le 06 juin 2010
 
Ont signé :
 
Yaya MOUSSA
Olabiyi Joseph YAÏ
Issaou TCHABI
Afolabi BIAOU
Eugène OTEKPO
Wahab SANNI
Djima BACHABI
Kolawolé Djima OGBON
 




Tag(s) : #Les TCHABE : le dynamisme

Partager cet article

Repost 0