Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

01/11/2013

 

 

BENIN : L’ambassadeur Jules-Armand ANIAMBOSSOU se la coule douce dans les palaces parisiens aux frais de la princesse à 7,2 millions de FCFA par mois

 

 

Par La Lettre du Continent

 

 

L'ambassadeur Jules-Armand ANIAMBOSSOU se la coule douce à Paris avec résidence dans un hôtel des beaux quartiers au prix astronomique de 11.005,90 € mensuels, soit 7,2 millions de FCFA.

 

La Lettre du Continent publie en exclusivité la facture de l’Hôtel LOTTI (quatre étoiles) situé à la Place VENDÔME, quartier des bijoutiers de luxe. L’ambassadeur aime le bon chic parisien digne de son rang… Pour la période du 15 juin au 15 juillet 2013, le Trésor Public béninois devra débourser la rondelette somme de 7,2 millions de FCFA. A multiplier par le nombre de mois que « Son Excellence » a passé dans les palaces parisiens, sans compter les frais de bouche.

 

Pour mémoire, le bounty franco-béninois qui a fait toute sa carrière en France n’a jamais cotisé un sel kopeck au fisc béninois qu’il s’emploie à dévaliser aujourd’hui avec la complicité du roi Boni 1er, l’idiot de service. C’est le prototype même de ce que Frantz FANON qualifie de « Peau Noire, Masque Blanc » :

 

« Je parle de millions d'hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d'infériorité, le tremblement, l'agenouillement, le désespoir, le larbinisme ».

 

Pourtant, le Bénin dispose d’une Résidence officielle des ambassadeurs, rue Alphonse de Neuville, 75017 Paris. Très susceptible, Jules-Armand ANIAMBOSSOU refusera d’y emménager avant que la résidence ne soit désenvoutée. Il soupçonne son prédécesseur, l’ambassadeur Albert AGOSSOU, d’avoir marabouté les lieux. En effet, nous sommes au Bénin, pays du vodoun. On a beau être un bounty, on a toujours le réflexe maléfique bien ancré en soi.

 

Il a eu ce même comportement à l’ambassade sise avenue Victor HUGO. Jules-Armand ANIAMBOSSOU a d’abord installé ses bureaux dans la salle de conférence de l’ambassade, exigeant le désenvoutement du bureau avant de s’y installer.

 

Caprice, caprice, quand tu nous tiens !!!

 

 

 

Source : La Lettre du Continent N°669 du 30 octobre 2013    

 

 
  
  
Tag(s) : #Politique Béninoise