Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 13 décembre 2012

  

BENIN : L’AmbassadeurOlabiyi Joseph Yai aurait détourné les Fonds alloués par l’UNESCO dans le cadre de la célébration du Cinquantenaire de la coopération du Bénin avec l’Unesco (1960-2010).

 

 

Les Béninois dans les Institutions internationales défient les solutions pare-corruption et continuent de faire tout ce qu’ils font dans leur pays ; l’impunité étant la tradition.

 

Olabiyi Joseph Yai, Ambassadeur délégué permanent du Bénin à L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation la science et la culture (Unesco) à Paris, ne reflète plus l’intégrité [...]

  

Par Arsène DOSSOU-HOUNTONDJI

  

Olabiyi Joseph Yai, Ambassadeur délégué permanent du Bénin à L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation la science et la culture (Unesco) à Paris, ne reflète plus l’intégrité diplomatique Unescosienne. Il est venu jusqu’au Bénin prélevé en 2011 les 2/3 du Fonds alloué par l’Organisation de Paris dans le cadre de la célébration du Cinquantenaire de coopération du Bénin avec l’Unesco (1960-2010).

 

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation la science et la culture (Unesco) à Paris, a financé dans son programme de participation 2010-2011 la commémoration des Cinquante années de coopération qu’elle venait d’avoir avec le Bénin. Pour Six millions cinq cent soixante-neuf mille deux cent cinquante (6.569.250) francs CFA donnés, Olabiyi B. Joseph Yai, Ambassadeur délégué permanent du Bénin près l’Organisation de Paris s’est prélevé du coup les Deux tiers soit Quatre millions trois cent soixante-dix-neuf mille cinq cents (4.379.500) francs CFA. Le Tiers abandonné, on le devine bien, ne permet plus de rien faire. Ce crime économique dûment constaté est un délit d’initié. Pour le moment on ignore le sort qui sera réservé au compatriote. Ce qui est sûr est qu’il va retourner les fonds détournés. Et parce qu’il a commis un délit d’initié, qui est ignoble au regard des procédures qui régissent l’administration Unescosienne, il va sortir par la petite porte après y avoir passé plus d’une décennie en qualité d’ambassadeur.

 

Michèle Froment-Védrine, la chargée d’Audit interne Unesco Paris, est partie du Bénin seulement depuis mercredi 31 octobre après-midi. Elle effectua l’audit du lundi 29 à ce mercredi-là. Ledit audit qui s’effectue pour la première fois depuis la création de la Commission Béninoise Unesco (Cnbu) s’inscrit dans les mesures prises, par l’administration de l’actuelle Directrice générale, pour faire face aux difficultés financières engendrées par la suspension des aides des Etats-Unis d’Amérique de ladite Organisation. Irina Bokova arrivée en 2009 à la tête de l’Organisation a visité le Bénin en Juin dernier. Entre autres grands moments qui lui sont consacrés par le Président de la République Docteur Boni Yayi, il y a sa cérémonie de décoration au cours du dîner présidentiel offert nuitamment à ladite présidence. Le programme de la célébration du Cinquantenaire de la coopération Bénin-Unesco (1960-2010) a fait l’objet d’un projet de publication et conférence, avec pour thème portant sur «Rétrospectives et perspectives », est soumis à l’Organisation de Paris qui l’a financé dans son programme de participation 2010-2011.

 

Le montant de Six millions cinq cent soixante-neuf mille deux cent cinquante (6.569.250) francs CFA est viré par transfert depuis Paris dans le compte de la Commission béninoise pour l’Unesco (Cnbu) domicilié à l’Agence de la Banque of Africa (BOA) à Porto-Novo – Oganla. La quantité de somme prélevée aussitôt, soit Quatre millions trois cent soixante-dix-neuf mille cinq cents (4.379.500) francs CFA, après par Olabiyi B. J. Yai, Ambassadeur délégué permanent du Bénin à L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation la science et la culture (Unesco) à Paris, n’a pas permis de réaliser l’emploi qui justifierait la commémoration et conséquemment ferait comprendre les grandes actions menées.

 

L’Unesco s’attendait d’entendre parler des conférences passées dans ce cadre. Et des réalisations ou des tentatives de réalisations financées ou à financer il y en a eues ; de très bonnes d’ailleurs. Il s’agissait notamment des réformes majeures du système de l’éducation conduites par l’Unesco ; la Route de l’esclave qu’il faut travailler à faire valoir ; tel le Guèlèdè délocalisé parce que ravi à Kétou et l’Ecole du patrimoine africain qui forme les cadres d’action culturelle de niveau universitaire pour l’Afrique puis les qualités de hauts fonctionnaires du Bénin travaillant dans l’administration Unescosienne à Paris.

 

Ce détournement opéré par O. B. J. Yai avec la complicité donc de l’ancien Secrétaire général Boko Irénée Fidégnon suspendu en Mai dernier par le Ministre de Tutelle Eric Kouagou N’Dah. Le portefeuille n’est pour le moment remis encore à aucun cadre. Madame Ogountchi Professeur d’anglais et Secrétaire générale adjointe, en attendant, gère les affaires courantes.

 

Aujourd’hui les Céènebusiens justifiés !

 

On se souviendra que le Personnel à l’époque paraissait soucieux du sort de la Commission qui est mal géré. Ils avaient à plusieurs reprises sonné l’alarme ; adressant des lettres aux autorités de Tutelle pour attirer l’attention sur leur insatisfaction et par l’organisation de sit-in de protestation contre la mal gouvernance. La Tutelle à l’époque s’est rendue sourde à toutes leurs dénonciations entreprises. Aujourd’hui on convient que ce Personnel a raison.

 

Boko Irénée Fidégnon est parti mais le mauvais temps continue. Et Michèle Froment-Védrine, la chargée d’Audit interne Unesco Paris, au terme de ses travaux conclut que de nombreux problèmes touchant la mauvaise gestion font que la Maison Unescosienne du Bénin vivote. Aussi que ses cadres éprouvent beaucoup de difficultés pour retourner la situation.

 

La nouvelle équipe

 

Entre temps, Eric Kouagou N’Dah a remplacé Chabi Félicien Zachari et devient devant la Nation le Ministre des enseignements maternels et primaire (Memp) et donc le président de la Commission. Il est convaincu des désordres qui fragilisent la Cnbu. C’est lui qui a suspendu le Secrétaire général pour incompétence. Mais le retour se fait toujours difficile pour les Céènebusiens qui attendent la nouvelle équipe nécessaire à son développement. Certainement que la nouvelle équipe que mettra le Ministre Eric Kouagou N’Dah va se séparer de cette gestion scabreuse. Pourtant tous les prédécesseurs de Boko sont farouchement opposés à l’ingérence de la délégation permanente dans la gestion des projets.

 

Source : http://djakpata.info/?p=5039

 

Tag(s) : #Politique Béninoise