Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

15/10/2013

 

 

BENIN – L’inquisiteur Boni YAYI jette en pâture l’honorabilité du batonou Sacca LAFIA lequel doit démissionner pour laver son honneur

 

 

 

Par Benoît ILLASSA

 

 

 

« Si un bâtard peut oser monter le ton jusqu’à humilier à ce point un Prince Batonou, c’est que l’honneur a déserté la plus haute sphère de l’Etat au Bénin ». Benoît ILLASSA

 

 

Ils étaient tous là, les guignols. Pour assister à la mise à mort symbolique d’un Prince Batonou, Sacca LAFIA. Yayi s’est mué en Abraham pour sacrifier Sacca LAFIA (Isaac dans la Sainte Bible) à la veille de la fête de l’Aïd al-Kabïr, grande fête de tous les musulmans.

 

Sacca LAFIA est Président du COS-LEPI (Conseil d’Orientation et de Supervision de la LEPI – Liste Electorale Permanente Informatisée). Il est aussi connu pour être le Président du parti politique U.D.S. dont Boni Yayi fut un militant clandestin, encarté au même moment à la RB (Renaissance du Bénin). C’est d’ailleurs en cette qualité de membre de la RB que le Président Soglo le nommera à la tête de la BOAD.

 

Sacca LAFIA fut d’ailleurs le seul homme du nord à affronter le Général Mathieu Kérékou au scrutin présidentiel de 2001. Vétérinaire de formation, il sera nommé ministre de l’énergie, des mines et de l’eau le 17 juin 2007 alors qu’il était Député à l’Assemblée Nationale depuis 1999. Même si l’homme se réclame toujours de la majorité présidentielle, il a dû prendre ses distances avec le dictateur Boni Yayi dans sa volonté de s’éterniser au pouvoir par le tripatouillage de la Constitution béninoise. C’est donc ce qui lui vaut aujourd’hui d’être traduit devant le tribunal de l’inquisition du roi Boni 1er.

 

QUE VEUT SACCA LAFIA, PRESIDENT DE COS-LEPI ?

 

L’homme a commis le péché originel de vouloir afficher les listes qui ont valu la fraude monumentale du KO présidentiel de 2011 cautionné par la réfugiée éthiopienne et égérie du roi, Nardos Békélé-Thomas du PNUD. Aveu fatal du roi, c’est à la demande pressante du SG de l’ONU qu’il a décidé de sacrifier son mouton à lui de la Tabaski, Sacca LAFIA.

 

En effet, avec cet affichage de la LEPI 2011, ce qui constituait un soupçon de fraude devient irréfragable, donc insusceptible de preuve contraire en droit. Il a donc soulevé le lièvre, à son corps défendant. Il n’en fallait pas plus pour irriter les chiens de garde et les dresser prêt à l’attaque. On a donc eu droit aux jérémiades des déshonorés Karimou CHABI SIKA (pourtant membre de COS LEPI) et André OKOUNLOLA, sans oublier le vilain et courtisan devant l’éternel, le nouveau frère en Christ du roi, Mathias GBEDAN.

 

Osons le dire, l’exposé de  Sacca LAFIA était limpide et bien pensé intellectuellement. Son seul tort est de ne pas être partisan de l’instauration de la dictature au Bénin. L’homme n’est pas angélique. Loin s’en faut. Car on l’a vu cautionné, maladroitement par le passé, le régionalisme. Mais, aujourd’hui, force est de reconnaître qu’il est contre la volonté de Yayi de s’éterniser au pouvoir. Et, rien que pour cela, nous applaudissons des deux mains. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

 

Pour mémoire, Yayi n’est pas bariba et n’a aucune filiation de ce valeureux peuple. Pour arriver au pouvoir en 2006, il a dupé le peuple béninois avec son patronyme. Aussitôt élu, il a rajouté Thomas à la demande expresse des faux religieux évangélistes qui l’ont pris en otage. Ces mêmes personnages maléfiques le poussent aujourd’hui à renier tous ses amis d’hier. C’est comme dans la chasse à courre. Les chiens isolent l’animal, le chasseur n’a plus qu’à tirer pour ramener le trophée.

 

Le roi Boni 1er ne veut pas organiser les élections au Bénin. Il est arrivé au pouvoir grâce à cette même démocratie qu’il a décidé de jeter aux calendres grecques. Son bouc émissaire est désormais tout trouvé. Mais, tous les démocrates béninois doivent se souvenir que Adolphe HITLER aussi est arrivé au pouvoir démocratiquement avec l’aide des politiciens compradore. On connaît la suite…

 

 


IB



 
 
  
  
Tag(s) : #EDITORIAL

Partager cet article

Repost 0