Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

27/05/2013

  

BENIN: L’inutile mensonge !

  

 

« Boni Yayi, premier chef d’Etat africain à être reçu par le Pape François ». Le voyage du président béninois au Vatican a ainsi accouché d’un mensonge étouffant avec cette proclamation qui fait de Yayi le premier hôte africain du successeur de Benoit XVI. Sur cet exploit, fruit de l’imagination, la diplomatie de Bako s’offre injustement une couronne de lauriers. Les mythomanes de la refondation servent à la nation une nouvelle dose de poison, un mensonge cruel. Le poids de ce péché dégrade la balance morale. Sous les flonflons démagogiques et la mauvaise foi, tout glisse dans la perversion.

 

La refondation a ses propres vérités qu’elle déverse dans la communication infernale. Et pour mener le peuple en bateau, le cercle royal puise dans l’absolue saleté sans se soucier d’infecter l’esprit. Dans l’espace anormal crée depuis l’étrange K.O de mars 2011, les contrevérités se bousculent. Dire que Yayi est le premier chef d’Etat africain à être reçu par le Pape François est un scandale sur le vaste chantier de l’illusion. C’est l’un des symptômes de la crise morale. Nos valeurs en disparition cèdent à la contagion des vices, leviers des mensonges les plus grotesques. Les griots veulent pour le roi, des pages dans le livre Guinness. Après le record électoral établi par le K.O et des accessits érigés en exploit artificiel, les barons du yaysisme toutes catégories confondues chopent, au galop, une réputation pour le maître avide d’honneur.

 

Sur la visite au Vatican, apparait le flagrant délit. Yayi n’est pas le premier chef d’Etat africain à se rendre chez François. Le président malgache est celui qui sur le continent à bénéficier de ce rare privilège. Andry Rajoelina, a d’ailleurs lui-même célébré cette fierté sans modération : « Malgré son agenda un peu chargé jusqu’au mois d’Août, le Papa nous a accordé une priorité. Je suis le premier chef d’Etat africain à avoir été reçu par le Pape François. Même en cette situation tumultueuse au pays, j’ai pu rencontrer le chef suprême de l’Eglise catholique…Je peux vous dire que je me suis senti soulagé d’avoir pu confier au Pape tout ce que j’ai sur le cœur. J’ai tout d’abord demandé à sa Sainteté de prononcer une prière spéciale pour la stabilité à Madagascar et ce, pour le bien du peuple ». Sacré Rajoelina !

 

C’est donc Andry Rajoelina et non Boni Yayi. La vérité venant de la grande île ne tarit pas de détails. Le président malgache a eu les faveurs de l’audience papale au palais apostolique du Vatican dans la matinée du Vendredi 26 Avril 2013. Et il a ensuite rencontré le Cardinal Tarcisio BERTONE, Secrétaire d’Etat, accompagné de l’Archevêque Dominique MOMBERTI, Secrétaire pour les Relations avec les Etats. Mialy l’épouse de Rajoelina avait gouté au plaisir de première dame lors du passage du couple présidentiel au Saint-Siège. Yayi n’a serré les mains de François que le mercredi 22 mai dernier. Qui est premier ?

 

A moins de renverser le temps et de vivre mai 2013 avant Avril 2013, Yayi dont la visite au Vatican remonte à moins d’une semaine, doit assumer son rang, devancé par Rajoelina. Pourquoi alors ce grossier mensonge répandu dans le pays en pseudo-refondation ? Quelle est cette obsession qui pousse à se faire passer pour ce qu’on n’est pas et à gérer la propagande sur l’imposture? « La corde du mensonge est courte », prévient le proverbe arabe. Et si le K.O, les tentatives d’empoisonnement et de coup d’état n’étaient que des séquences d’affabulation?

 

Le voyage du roi à Rome ne répond à aucun exploit. Yayi était dans le champ catholique pour l'inauguration à l'Université pontificale du Latran de la nouvelle chaire au nom du cardinal Bernardin Gantin, ami de Benoît XVI. Et il ne sera ni le premier, ni le dernier à rencontrer sa Sainteté. Surtout pas le premier.

 

La pathologie d’être toujours le faux premier a engendré un K.O dont on vit aujourd’hui les terribles conséquences. Avec un tissu de mensonges, l’aventure cauri tourne au calvaire pour la nation abandonnée dans l’abîme psychologique. La gouvernance s’appuie sur les fabricants de chimères. Toutes les incantations visent à faire du roi une légende vivante. Mais les masques partagés ne sont pas séduisants.

 

La vérité est têtue : le roi Boni Yayi n’a jamais été le premier président africain à être reçu par un Pape. Il peut le devenir à condition que François meurt ou démissionne avant le 06 Avril 2016 et que le nouveau pape donne au chef de la refondation la chance de réaliser ce rêve. En 2016 justement se dressera devant Yayi, une épreuve : le respect de la parole donnée à l’ancien Pape Benoit XVI.

 

 

Sulpice Oscar Gbaguidi

 

http://www.notrebenin.com/?section=18

Tag(s) : #EDITORIAL

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :