Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

(27-04-2010)

 

L'ORTB, une télé de propagande dans le bouquet africain

 

Dans tous les pays du monde, il existe une télé de service public et des télés de service privé. Les premières, sans but lucratif, s'efforcent de faire un travail de qualité, du fait qu’elles détiennent des moyens, une couverture conséquente du territoire et une stabilité de l'emploi pour ceux d'entre eux, plus nombreux, qui émargent au budget national, qui rend la création de programmes, plus aisée, variée et plus éclectique.

Les secondes n’ont pas de contenus culturels de fond mais s’efforcent de varier les opinions, et les courants qui existent dans le pays, tant le débat politique est une denrée bien lucrative dont ils sont censés vivre et faire vivre leurs salariés.

Du fait que les responsables des télévisions nationales tiennent leurs missions, leurs rémunérations et leurs promotions des politiques qui exigent d’eux une très grande attention à ce qu’ils font et une quasi exclusivité pour leurs actions au niveau des programmes, cette main mise accentue le risque d'une Télé de basse qualité qui finit par faire la réputation d'un grand nombre d'organes subsahariens.

L'organe de Mon pays, le Bénin, l'ORTB n'échappe pas à ce que l'on désigne sous le vocable de Télé navet, terme désignant l'ensemble des programmes jugés comme ayant une valeur culturelle moindre ou approximative, par rapport à l'ensemble des émissions télévisuelles proposées, dont l'objectif serait, avant tout, de proposer des sujets racoleurs, des reportages et des émissions sur ces chapiteaux qu'animent les groupes politiques de la mouvance, destinées à endormir le peuple, plutôt que de lui fournir des informations sur des sujets qui intéressent son avenir et celui du pays, ou des informations internationales, importantes par leurs répercussions sur son destin.

La chaîne de télévision nationale publique béninoise détenue à 100 % par l’Office de Radiodiffusion et de Télévision du Bénin (ORTB), société publique de radiodiffusion et télévision de l’État béninois, est accessible en Europe, parmi les chaînes du bouquet africain que proposent les opérateurs téléphoniques, depuis un peu plus d'un an et, symboliquement pour le Bénin, depuis la dernière fête de notre indépendance.

Ses émissions son visibles sur le canal 251 pour FREE, 388 pour ORANGE, 455 pour NEUF et SFR etc., via un abonnement au Bouquet Africain qui comporte deux offres, Le « Bouquet Africain classic à 6,90€ » et le « Bouquet Africain Premium à 9,90€», respectivement de 8 pays : Cameroun, Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Congo (Brazzaville) et l'ORTB du Bénin, et de treize pays.

Ces deux bouquets rencontrent un franc succès sur le marché français, pour l'instant. La chaine de télévision béninoise propose, dit-elle, dans ses programmes, des émissions d’information, de divertissements, culturelles et éducatives, deux JT en français par jour, un journal parlé, des débats, le compte rendu du conseil des ministres, des documentaires, ainsi que des magazines comme Wanrou qui a pour objectif de faire connaître les richesses cultuelles et les initiatives de développement en cours dans le nord bénin mais aussi dans l’Espace Francophone ou encore l’Espace UEMOA.

Après quelques semaines d'abonnement à ce produit qui était prédestiné à être un objet de rapprochement et de rattachement culturel des béninois expatriés avec leur pays, grande est déjà la déception de ce public qui en attendait beaucoup plus que cette soupe aux ingrédients mal dosés et aux saveurs bien fades.

Le manque d'intérêt et d'équilibre dans le choix de la plupart des émissions proposées et les nombreuses rediffusions, à caractère plutôt politicien et populiste, tendent à ranger cette offre parmi les déceptions de notre temps

La propagande politique à très forte dose, relayant les sorties de ceux qui travaillent à réélection du chef, les reportages à sens unique qui durent des heures ont pris littéralement le dessus.

Aucun débat contradictoire sur les problèmes de notre société et, pour ce qui est la conception d'une télé intelligente attrayante, on peut aisément deviner que celle-ci n'apporterait rien, non plus, à la construction et à l'éducation des jeunes béninois que des professionnels sérieux de télé devraient largement prendre en compte pour la confection de leurs programmes.

Certains évoquent déjà la possibilité de se désabonner dans les jours, semaines et mois à venir. Ce serait, bien évidemment, la rançon des nominations partisanes dans notre pays et de la trop grande présence du pouvoir dans les institutions. L’office n’a semble t-il pas échappé à la règle

Deux conséquences: la sous qualité due la télé présidentielle a fini par être étalée au grand jour et l'organe de la télévision béninoise se privera à coup sûr de revenus substantiels en devises.

Pour tous ceux qui passeront prochainement à l'acte, c'est l’air du pays et l’expérience plus élaborée des autres télés, notamment celle du SENEGAL, qui leur manqueront, après tout

A qui la faute? Sûrement à l’OFFICE DE RADIODIFFUSION THOMAS BONI YAYI.

Christian Désiré HOUSSOU

  

Source: LNT

 



Tag(s) : #Politique Béninoise
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :